Navigation – Plan du site
DOSSIER
Approches régionales

Révoltes, factions, catégories juridiques et sociales en Guadeloupe (1789-1794)

Frédéric Régent
p. 87-99

Résumé

Entre 1789 et 1792, la révolte qui gronde en Guadeloupe oppose les municipalités patriotes aux aristocrates de l’assemblée coloniale. Mais, les patriotes des villes échouent en raison de leur incapacité à rallier à leur cause les libres de couleur. Suivent en 1793 deux importantes révoltes : l’une servile et dirigée contre les planteurs aristocrates, l’autre des sans-culottes dans une volonté d’égalitarisme social. Enfin, une troisième et ultime révolte de la période 1789-1794 éclate en août 1793, conduite par plusieurs centaines d’esclaves réclamant la liberté. Réprimée, ce fut un échec. En avril 1794, la colonie est livrée aux Anglais t la Guadeloupe devra attendre juin 1794 et la reconquête des armées républicaines françaises pour bénéficier du décret émancipateur du 4 février 1794.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France, Guadeloupe
Haut de page

Texte intégral

1A la fin du xviiie siècle, la population de la Guadeloupe est structurée selon trois classes juridiques : les Blancs, les libres de couleur et les esclaves. Chaque catégorie juridique a sa hiérarchie sociale interne. Chez les Blancs, les grands propriétaires de plantations sucrières sont au sommet de la société, suivent les petits propriétaires fonciers et la bourgeoisie urbaine (hommes de loi, négociants, maîtres artisans). Les ouvriers, les marins, petits boutiquiers, les commis forment le petit peuple des villes. Pour les libres de couleur, au sommet se trouvent les petits propriétaires fonciers et les maîtres artisans et, à la base, des ouvriers, des marins, des pêcheurs, des domestiques, des fermiers. La population servile est hiérarchisée en fonction de la qualification. Les ouvriers, les domestiques et les commandeurs sont au sommet de la pyramide sociale, les cultivateurs à sa base.

2La révolte recouvre deux réalités différentes. Elle peut être aussi bien un acte d’opposition au despotisme qu’un refus de la Révolution. Il n’y a qu’une révolte sanglante entre 1773 et 1789. La guerre d’indépendance américaine suscite les revendications des colons qui souhaitent abolir le système de l’Exclusif colonial et qui obtiennent un aménagement de celui-ci leur donnant la possibilité de commercer avec les 13 États indépendants d’Amérique. Cette guerre a agrandi la classe des libres de couleur, par le biais des affranchissements d’esclaves enrôlés dans la force armée. La période 1789-1794, de la réception des cocardes à l’occupation anglaise, est particulièrement digne d’intérêt car elle voit la multiplication des révoltes dans un contexte de lutte des factions.

3Quel sens donner aux révoltes qui se développent en Guadeloupe ? La classe juridique ou la position sociale ont-elles une incidence sur la propension à se révolter ? En quoi les révoltes perturbent-elles le pouvoir politique en place et la société coloniale ?

4A des révoltes patriotes contre un pouvoir local jugé despotique succède une révolte royaliste contre le pouvoir central. Les révoltes deviennent alors les véritables moteurs du processus révolutionnaire en Guadeloupe, même si celui-ci reste inachevé en 1794.

Les révoltes des patriotes contre le pouvoir aristocratique local

5Le pouvoir local en 1789 est assuré par un gouverneur nommé par le roi. Le baron de Clugny est en poste depuis 1784. Il est secondé par un Intendant. En 1787, une assemblée coloniale est instaurée. Elle est composée du Gouverneur, de l’Intendant, du Commandant en second, du Commissaire général de la marine, de deux députés du Conseil souverain et d’un député pour chacun des 32 quartiers de l’île. L’assemblée coloniale dont les députés sont élus pour 4 ans dispose de la répartition de l’impôt et d’un pouvoir réglementaire sur le commerce, l’agriculture et les travaux publics. Les députés de l’assemblée coloniale élus par les propriétaires blancs (les propriétaires de couleur sont exclus de la citoyenneté active) sont très majoritairement des propriétaires d’habitations sucrières (comptant environ 150 esclaves en moyenne). Cette assemblée compte aussi des hommes de loi des villes. Le gouverneur Clugny appartient à cette aristocratie foncière et partage les options politiques de l’assemblée coloniale qui se résument ainsi : une plus grande liberté économique, le maintien de l’esclavage et du préjugé de couleur.

6Les nouvelles de la transformation des États généraux en Assemblée nationale et de la prise de la Bastille ne sont connues dans la colonie qu’à la fin du mois de septembre 1789. Ces informations s’accompagnent de la diffusion de la cocarde tricolore. Sentant le danger que représente pour l’ordre colonial ce symbole de la liberté, le gouverneur de la Guadeloupe Clugny prend certaines précautions.

7« Les gens de couleur libres ont réclamé, comme sujets de sa majesté & citoyens français, la permission de porter la cocarde, les Blancs sont venus me la demander en leur nom, j’ai cru qu’il était de la bonne politique de leur accorder cette faveur, surtout dans la circonstance, où la tête des esclaves doit travailler, tant d’après ce qui se passe à la Martinique, qu’en Europe. J’ai fait publier partout, au son du tambour, que les esclaves qui porteraient la cocarde seraient fusillés sur la place publique. »

8Le 29 octobre 1789, Clugny fait à nouveau part de ses inquiétudes sur l’éventualité d’une émeute populaire. Il redoute une collusion entre esclaves et libres de couleur. Contrairement aux craintes répétées de Clugny, effrayé par la diffusion des propos philanthropiques, les années 1789-1792 sont marquées par des conspirations serviles qui ne débouchant pas sur des révoltes. D’ailleurs, la Guadeloupe n’a pas connu de révolte servile sérieuse depuis 1773. Le 21 décembre 1791, le gouverneur Clugny, informé de la grande révolte, ordonne aux habitants de faire de fréquentes patrouilles pour en « imposer » aux esclaves. Il se veut d’ailleurs très rassurant sur la situation de la Guadeloupe.

9« Les esclaves sont très soumis, et n’ont donné aucune marque qui peut faire craindre une insurrection. En général, les nègres sont plus doux, plus soumis, et mieux traités qu’à St Domingue ; la majorité des atteliers, est composée de nègres créoles, qui pensent et qui raisonnent, qui ont des connoissances des forces immenses que la France a déploïés dans le dernière guerre, et qui calculent très bien, que s’ils avoient l’avantage dans un premier moment de révolte ; ils ne tarderoient pas à s’en repentir, et qu’ils seroient bientôt subjugués par les troupes que l’on enverroit de France. D’ailleurs tous les propriétaires vivent ici au milieu de leurs nègres qui les ont vu naître eux mêmes, et chaque nègre regarde l’habitation de son maître comme sa propriété : ceux ci les traitent moins en despotes qu’en frères, enfin j’oserois répondre que la Guadeloupe n’éprouvera de ce coté aucune secousse violente. »

10Le danger ne vient pas non plus des libres de couleur qui revendiquent l’accès à la citoyenneté active dont ils sont privés par l’arrêté du 31 mars 1790 de l’Assemblée coloniale qui écarte du droit de citoyen actif tous les gens entachés par mésalliance, c’est-à-dire les libres de couleur mais aussi les Blancs mariés avec eux. Pour défendre leurs intérêts, les libres de couleur de Guadeloupe choisissent de se placer sous la protection des planteurs aristocrates.

11Entre 1789 et 1792, le danger pour le pouvoir local vient des Blancs, notamment des citadins de la ville de Basse-Terre et des soldats en garnison en Guadeloupe. En novembre 1789, des négociants et hommes de loi de Basse-Terre tentent de semer la contestation dans le régiment de la Guadeloupe, en garnison près de la ville. Au même moment, Basse-Terre se dote d’un comité chargé de la police intérieure et dominé par les opposants à l’assemblée coloniale. Cette dernière représente surtout les riches planteurs sucriers et assez peu les citadins. D’ailleurs, elle décide d’imposer davantage les villes que les campagnes en 1790. Les citadins de Basse-Terre commencent alors leur opposition à l’assemblée coloniale et au gouverneur. Ils se qualifient eux-mêmes de patriotes. Ce groupe majoritairement formé de citadins : négociants, maîtres artisans, hommes de loi, comporte aussi quelques riches planteurs comme Coquille Dugommier ou Pautrizel. La volonté politique des patriotes est de s’opposer au pouvoir jugé absolu des planteurs aristocrates qui peuplent l’assemblée coloniale et qui entourent le gouverneur de la Guadeloupe.

12Les soldats du régiment de Guadeloupe se soulèvent à plusieurs reprises en 1790. En effet, une partie des troupes sous la conduite du patriote Dugommier participe à trois expéditions (en février, en avril et septembre 1790) de soutien aux patriotes de la Martinique. Le 1er septembre 1790, les grenadiers et les chasseurs conduits par les sous-officiers quittent leur garnison et font acte de fédération avec la municipalité patriote de Basse-Terre. En novembre 1790, les soldats patriotes du régiment de Guadeloupe prétendent que les planteurs ont le dessein de marcher contre eux et d’armer à cet effet les nègres et mulâtres. Pour s’en prémunir, ils envisagent de s’emparer des forts et des munitions. A la fin de 1790, les troupes de Dugommier en Martinique refusent d’obéir à l’ordre de Clugny de rentrer en Guadeloupe. Le 15 septembre 1791, la fédération générale des « bons citoyens », initiée par les planteurs aristocrates, se tient à Pointe-à-Pitre, des soldats refusent de prêter le serment qu’ils ne jugent pas assez révolutionnaire. Les mutins sont désarmés et renvoyés en France. L’esprit de sédition est particulièrement développé chez les soldats. La troupe influencée par les nouvelles de la métropole est mécontente car les soldes n’arrivent plus en Guadeloupe. La troupe patriote se heurte violemment aux officiers aristocrates. Face aux mutineries, les seuls moyens dont disposent les autorités locales sont le renvoi des éléments séditieux ou leur fréquent déplacement d’une garnison à l’autre. Dans la marine, des heurts similaires ont lieu entre officiers et équipage. Un officier évoque « des insurrections légères » qui se multiplient. Toutefois les mutineries de soldats ne parviennent pas à renverser le gouverneur et l’assemblée coloniale.

13La municipalité patriote de Basse-Terre qui se sent menacée par le gouverneur de la Guadeloupe le place en détention pendant 17 jours en septembre 1790. Cet acte de révolte marque le début d’un long conflit entre les patriotes, essentiellement des citadins, d’un côté, et le gouverneur et l’assemblée coloniale, de l’autre. Le 17 juillet 1791, les tenants de l’aristocratie marchent sur la municipalité patriote de Basse-Terre à la tête de libres de couleur et d’esclaves. La confusion la plus grande règne dans la ville. Cette troupe composée d’une quarantaine de libres de couleur s’en prend violemment aux patriotes. L’un d’eux, le sieur Moras, comédien, est frappé. Cet événement est particulièrement symbolique car c’est la première fois que des hommes de couleur frappent un blanc ouvertement sans être punis. Le calme ne revient que le 20 juillet 1791. Des événements semblables vont se produire à Sainte-Anne six jours plus tard. Le conflit oppose les patriotes du bourg et leurs adversaires de la campagne. La municipalité patriote de Sainte-Anne est mise en accusation et des citoyens du bourg sont proscrits. Le 12 septembre 1791, la municipalité patriote de Basse-Terre est dissoute par l’assemblée coloniale, mais elle est rétablie par les commissaires du roi, un mois plus tard. Le 24 avril 1792, l’Assemblée coloniale de Guadeloupe décide de suspendre la municipalité patriote de Basse-Terre. Le 1er mai, les citoyens de la ville se réunissent pour contester cette décision. L’un des principaux chefs de la faction aristocratique, Brindeau, envahit la ville avec un important groupe armé formé de planteurs, de libres de couleur et d’esclaves. De cette manière le parti aristocrate s’empare des bâtiments administratifs et applique la destitution de la municipalité patriote. Celle-ci recrute également des esclaves. Ces derniers servent à garder le fort Saint-Charles (garnison du régiment à Basse-Terre) avec quelques soldats et participent à la bataille de rue opposant les deux factions. Finalement, les aristocrates sortent vainqueurs du conflit. L’armement de leurs esclaves est l’une des principales clés de leur victoire.

14Les patriotes ont échoué dans leur révolte contre le pouvoir local de 1790 à 1792. Minoritaires, ils n’ont pas su rallier à leur cause les libres de couleur en raison de leur incapacité à se hisser à la hauteur de leurs idéaux égalitaires. De plus, les patriotes des villes possèdent peu d’esclaves (7 en moyenne) contrairement aux grands propriétaires (150 en moyenne) qui eux n’hésitent pas à armer la population servile pour mater la révolte de leurs adversaires.

La Contre-révolution en Guadeloupe : une révolte royaliste contre le pouvoir central révolutionnaire

15Après leur victoire sur les patriotes, les aristocrates vont eux-mêmes s’insurger contre le pouvoir central. Déjà, en octobre 1791, le pouvoir local s’opposait aux commissaires du roi qui avaient déclaré inconstitutionnels la dissolution de la municipalité de Basse-Terre du 12 septembre 1791 et la fédération du 15 du même mois. Le 24 septembre 1792, une fausse nouvelle venue de la colonie anglaise de Monserrat annonce que Louis XVI a rétabli son entière autorité royale grâce aux Autrichiens et aux Prussiens. La Guadeloupe brûle le drapeau tricolore et hisse le pavillon blanc. Le 25 septembre, les planteurs royalistes alliés aux libres de couleur décident de proscrire les patriotes. Différentes sources indiquent que les libres de couleur sont alors majoritairement favorables aux royalistes. En effet, le 31 mai 1792, ces derniers ont accepté de promulguer le décret de l’Assemblée législative du 28 mars 1792 qui permet aux libres de couleur répondant aux critères d’imposition d’être électeurs ou éligibles. Les libres de couleur deviennent des citoyens de couleur, pour la grande majorité d’entre eux passifs. Le 16 octobre 1792, l’assemblée coloniale apprend les événements du 10 août. Elle proteste contre la suspension des pouvoirs du roi et se déclare fermement résolue à lui rester fidèle. Le même jour, elle ordonne que les officiers municipaux remplacent l’écharpe tricolore par la blanche. Peu après, la colonie refuse d’accueillir les forces révolutionnaires envoyées pour appliquer la nouvelle politique coloniale issue de la chute de la royauté.

16Le basculement des planteurs aristocrates dans la Contre-révolution se situe dans un triple contexte. Tout d’abord, les soulèvements de la population de couleur libre et de la masse servile à Saint-Domingue inquiètent les puissants habitants. Ensuite, l’influence de la Société des Noirs augmente à l’Assemblée législative. Enfin, la monarchie constitutionnelle est remplacée par un régime républicain favorable aux classes populaires. Alors que deux ans auparavant, les planteurs adhéraient à la Révolution contre l’arbitraire royal en matière économique et politique. Ils se réclament désormais du roi contre les mesures des assemblées révolutionnaires. La fidélité de la colonie au roi est secondaire. Il s’agit avant tout pour eux de refuser une révolution dorénavant faite par les philanthropes. Les planteurs qui se sont opposés à la Révolution, par peur qu’elle n’accorde certains droits aux libres de couleur, sont désormais obligés de leur donné l’égalité des droits pour avoir des alliés leur permettant de lutter contre les forces envoyées par l’assemblée législative, puis la Convention.

Des révoltes motrices du processus révolutionnaire en Guadeloupe

17Cette révolte royaliste est bientôt confrontée à l’organisation de la résistance des patriotes. Ceux-ci commencent dès 1791 à rallier, en milieu urbain, certains citoyens de couleur. Ces derniers, artisans, marins, boutiquiers sont pour la plupart des citoyens passifs comme leurs confrères blancs. Ces citoyens passifs blancs et de couleur revendiquent notamment la suppression des critères d’imposition pour être électeur ou éligible. Ce conglomérat constituera le noyau du ralliement de l’île à la République, d’autant que le système censitaire, lors des élections de l’été 1792, a privé du droit de vote la grande majorité des citoyens de couleur, trop pauvres, et ils n’ont obtenu aucun représentant à l’assemblée coloniale. Les royalistes commencent à avoir des inquiétudes sur la valeur du soutien des citoyens de couleur. De leur côté, les patriotes essaient de pousser à la révolte les citoyens de couleur. En octobre 1792, Gosier, un patriote, Fleury de Ramasai, un compagnon de Dugommier en Martinique, tente de soulever les citoyens de couleur contre les royalistes.

18De nombreux patriotes de la Guadeloupe se sont réfugiés en Dominique. Là, environ 700 citoyens se réunissent pour élire les députés de la Guadeloupe et de la Martinique à la Convention nationale, le 28 octobre 1792. Non seulement la résistance à la Contre-révolution s’organise dans la colonie anglaise de la Dominique, mais aussi à Sainte-Lucie et à Marie-Galante, îles restées patriotes. C’est dans ce contexte qu’apparaît aux Îles du Vent, le 1er décembre, le capitaine de vaisseau Lacrosse. Il est envoyé par la Convention pour annoncer la proclamation de la République et contrôler les agents civils et militaires dépêchés par l’Assemblée législative. Il entre en contact avec les patriotes de la Dominique et s’installe à Sainte-Lucie. Comptant sur les patriotes dispersés dans les différentes Îles du Vent et la faiblesse de l’alliance entre les aristocrates et les citoyens de couleur, Lacrosse lance une proclamation appelant la population et surtout les citoyens de couleur à adhérer aux principes républicains.

19« L’égalité, la liberté, telles sont les bases de notre gouvernement. C’est donc à vous, Citoyens, de toutes les couleurs que je m’adresse, ne faisant plus qu’une seule et même famille, notre union sera notre force, et l’esclave, votre propriété, sera attaché à ses travaux par l’exemple que vous lui donnerez. »

20La propagande de Lacrosse a des effets rapides. Le 9 décembre, certains citoyens de Gosier reprennent la cocarde tricolore, parmi eux le mulâtre Nicolas Des Enclos, petit propriétaire terrien. Aussitôt, un officier blanc à la tête d’une escouade de nègres libres et d’esclaves les entoure et les conduit à la municipalité. Là, on leur demande seulement d’enlever leur cocarde, même si certains royalistes réclament leur mort. Le 13 décembre 1792, ces derniers annoncent que les efforts des républicains sont parvenus à ébranler la « religion » des gens de couleur qui sont peu sûrs. Le 18 décembre, les citoyens de couleur, les marins et les citadins de Pointe-à-Pitre se rebellent. Le rôle des citoyens de couleur est déterminant dans le ralliement de cette ville à la République. Ce groupe social est formé d’artisans, de petits marchands, de pêcheurs et de marins. Ils ne sont pas liés comme ceux des campagnes par des liens familiaux ou de clientèle avec les planteurs royalistes. Ces derniers n’ont jamais réussi à les séduire. Les citadins de couleur, plus pauvres que ceux des campagnes, sont pour la plupart citoyens passifs comme un grand nombre d’artisans, de marins, de soldats et de boutiquiers blancs patriotes. La communauté d’intérêts de tous ces citadins explique leur alliance. Les citoyens de couleur alliés aux marins, aux soldats et aux autres citadins, parviennent à soumettre les officiers et les planteurs royalistes. Le 19 décembre, le pavillon tricolore flotte alors sur tous les bâtiments de Pointe-à-Pitre. Le 30 décembre 1792, les forces royalistes formées de planteurs et d’hommes de couleur se dispersent sans combattre lorsqu’elles voient les troupes républicaines s’approcher de leurs positions.

21La défaite des royalistes s’explique par le manque de solidité de l’alliance formée par les planteurs et les citoyens de couleur des campagnes. Les premiers résistaient contre la Révolution pour empêcher les seconds de devenir leurs égaux mais ils ont été contraints de leur accorder des droits. Les seconds ont obtenu la possibilité de voter mais n’ont pas pu entrer dans les corps représentatifs. Pour les citoyens de couleur, se rallier à une République qui supprime le suffrage censitaire devient plus attrayant que de se battre aux côtés des royalistes. Le 4 janvier 1793, Basse-Terre arbore le pavillon tricolore. Le 9, les royalistes, les plus impliqués dans la révolte évacuent cette ville et émigrent. Peu de citoyens de couleur les suivent. La Contre-révolution est vaincue à la Guadeloupe sans effusion de sang. La révolte royaliste des propriétaires fonciers a été vaincue par une révolte républicaine et urbaine. C’est cette insurrection qui permet la proclamation par Lacrosse de la République en Guadeloupe, le 5 janvier 1793.

22Les républicains se partagent bientôt en deux tendances car le débat se cristallise autour de la personnalité du gouverneur Collot. Nommé par Louis XVI, puis reconnu par la République, il remplace Lacrosse, le 20 mars 1793. Selon ce dernier, il tend à « se former dans la colonie, deux classes parmi les habitants, l’une de patriotes ardens, l’autre de modérés ». Considéré comme trop modéré, nommé sous le ministère du brissotin Roland, Collot est accusé d’être disciple de Brissot. Ceci constitue un double inconvénient en Guadeloupe. D’une part, parce que les Brissotins sont renversés le 2 juin 1793. D’autre part, parce que les chefs de ce parti sont assimilés à de farouches partisans de l’abolition de l’esclavage. C’est sous la dénomination de sans-culottes que se désignent les adversaires de Collot. Ces derniers appellent modérés ou collotins (dérivé de brissotin) les partisans du gouverneur.

23C’est dans ce contexte d’opposition qu’éclate la première grande révolte servile de la Révolution en Guadeloupe. Au début de 1793, une grande agitation règne dans la paroisse de Trois-Rivières. Celle-ci est le lieu de résidence de Brindeau, un des principaux planteurs aristocrates. Ce dernier tente de dresser les esclaves contre les citoyens de couleur, séduits par l’égalitarisme républicain, en affirmant que pour différencier les deux classes juridiques la population servile serait marquée au visage. Une pétition des patriotes et gens de couleur réclamant le marquage de la population servile circulerait. 2 500 esclaves armés de serpes, coutelas et bâtons ferrés se rassemblent près de l’église de Trois-Rivières, avec le désir de « faire main basse sur les patriotes & notamment sur les gens de couleur qui avaient fait cette pétition ». Pautrizel, maire de Basse-Terre et farouche républicain, envoie un détachement de 40 hommes et une goélette qui dissipe les troubles.

24Dans la nuit du samedi 20 au dimanche 21 avril 1793, une bande d’environ 200 esclaves assassinent 19 Blancs de la faction royaliste à Trois-Rivières. Les assassins se dirigent vers Basse-Terre et sont reçus avec bienveillance par les patriotes ardents. Ils appartiennent à différentes plantations. Leurs chefs sont Pierre et Jean-Baptiste de l’habitation sucrière de Grande Anse à Trois-Rivières, propriété de Brindeau. Ce dernier a profité du départ en France et de l’endettement du chef des patriotes Coquille Dugommier pour acquérir cette habitation. Les esclaves de l’habitation Grande Anse sont donc témoins, mais aussi acteurs du conflit entre les factions patriotes et aristocrates. Attachés à la famille Dugommier comme le montre leur désertion de février 1792, ils appréhendent certainement d’une manière négative leur rachat, le 6 mai 1792, par l’aristocrate Brindeau. Ce dernier est l’ennemi déclaré de leur ancien maître. Il a déjà armé des esclaves quelques jours avant, lors de l’offensive contre la municipalité patriote de Basse-Terre.

25La révolte est dirigée par le nègre Pierre, commandeur de l’habitation, et Jean-Baptiste surnommé Gommier, un domestique. Ce sont donc deux esclaves appartenant au sommet de la hiérarchie sociale servile qui dirigent la révolte. Les esclaves armés et excités par les royalistes devaient favoriser la livraison de la colonie aux Anglais, mais ils ont retourné leurs armes contre les conspirateurs blancs. D’après le Journal républicain de la Guadeloupe du 24 avril 1793, les esclaves « n’ont agi que de leur propre mouvement » sans avoir « à leur tête quelques blancs ou hommes libres ». Les esclaves ont donc fait le choix d’assassiner leurs propriétaires royalistes et de se mettre sous la protection de la République. Il leur était tout à fait possible de prendre l’option inverse qui était d’ailleurs moins risquée !

26L’évocation de toutes ces circonstances replace l’insurrection servile de Trois-Rivières davantage dans le cadre de relations personnelles entre Blancs et esclaves que dans un choix idéologique clairement défini. Il est néanmoins vrai que rapidement, les insurgés s’approprient le langage républicain. Conduits par la garde nationale à Basse-Terre, « les cris de vive la République furent répétés plusieurs fois par les esclaves ». Un autre témoignage est encore plus précis sur l’adhésion à l’idée républicaine « de nègres mal armés qui nous dirent que leurs maîtres voulloient les faire marcher contre la ville pour exterminer les patriotes, leurs femmes et leurs enfants, mais qu’eux voullant être pour la république, ils avaient tués leurs maîtres et leurs maîtresses, & après ce rapport crièrent vive la République ».

27La motivation première des esclaves n’est pas de sauver la République, mais d’obtenir d’elle l’affranchissement. En effet, l’action de prendre les armes pour défendre la colonie a toujours permis aux esclaves d’obtenir la liberté. Les insurgés de Trois-Rivières à partir de leur observation des conflits politiques ont fait le calcul de se rendre aux autorités républicaines plutôt que de s’enfuir dans les montagnes. Ils ont parfaitement apprécié la situation en estimant qu’en s’attaquant aux royalistes, ils recevraient un bon accueil des républicains.

28L’attitude de la Commission générale extraordinaire est symptomatique d’une grande mansuétude pour les insurgés. Pautrizel, l’homme fort de la Commission, ami et parent de Dugommier, a vu sa famille épargnée par les révoltés. La Commission place ces derniers sous sa « surveillance immédiate », n’instruit pas leur procès et certains députés qualifient les insurgés de « sauveurs de la colonie ». Placés au parc d’artillerie, ils y restent consignés à la subsistance de la République. Les principales mesures répressives sont prises contre les royalistes. Certains planteurs accusés de faits contre-révolutionnaires sont arrêtés. Ils sont emprisonnés à Basse-Terre ou Pointe-à-Pitre. En vertu de la loi sur les émigrés du 28 août 1792, appliquée en Guadeloupe à partir du 9 avril 1793, leurs biens sont séquestrés au profit de la République. Le 8 mai 1793, un arrêté décrète d’arrestation les citoyens en intelligence avec l’ennemi ou poussant les esclaves à la révolte. Les sans-culottes s’appuient sur la révolte des esclaves pour doter la Guadeloupe d’institutions révolutionnaires comme un comité de sûreté générale au niveau de la colonie et des comités de surveillance dans chaque municipalité. Les sans-culottes ont tout intérêt à multiplier arrestations et confiscations car ils bénéficient ensuite des séquestrations des biens des riches propriétaires fonciers. Il y a chez eux une volonté de redistribution des richesses des colons, voire d’égalité sociale.

29Les révoltes des sans-culottes contre Collot se multiplient. A Basse-Terre, le 15 mai 1793, le gouverneur est accusé par le Comité de sûreté d’avoir trahi la colonie. Il lui est reproché de vouloir limiter les arrestations des royalistes. Il est également soupçonné de vouloir abroger la loi du 4 avril 1792 favorable aux citoyens de couleur. Ces derniers se rassemblent dans la salle des séances de la commission et menacent de mort Collot. Celui-ci réussit à calmer les esprits.

30A Pointe-à-Pitre, le 7 juillet 1793, les sans-culottes assassinent 8 détenus royalistes dans leur prison. A l’origine de ce lynchage, il y aurait l’insulte proférée par l’un des prisonniers à l’encontre du factionnaire de couleur, Jean-Baptiste Duval, traité de « gueux de mulet ». L’insulté dénonce ces faits à la municipalité. La population se révolte et la prison est prise d’assaut. Les citoyens modérés assimilent ce massacre à ceux de septembre 1792 en France.

31« Une septembrisation s’exécute sous les yeux de la municipalité. Quelques détenus eurent le bonheur d’échapper aux septembriseurs. »

32Ces deux révoltes révèlent la formation d’un groupe de citoyens radicaux, souhaitant l’élimination de toute trace du royalisme que l’on peut assimiler au mouvement des sans-culottes en France. La question de la couleur sert également de prétexte aux révoltés qui sont des citoyens blancs ou de couleur.

La révolte de Sainte-Anne : un échec de l’alliance des citoyens de couleur et des esclaves

33Le 2 août 1793, à Sainte-Anne, une assemblée de citoyens modérés demande à la Commission générale extraordinaire la fin des arrestations et la formation d’une fédération de réconciliation. Le même jour, les citoyens de couleur Auguste Bonretour dit Coquille et Noël Corbet, membres de la fédération, parcourent la campagne pour faire signer une pétition. Ils sont soupçonnés par le comité de surveillance de Saint-François d’être « gagnés par les aristocrates ». Le comité remarque que ces deux hommes « ne veulent paraître dans les bourgs et se tiennent sur les habitations, leur ordre étant tel ». Une fois de plus, le bourg républicain s’oppose à la campagne royaliste. La propagande des deux mulâtres est efficace puisque, le 6 août 1793, l’assemblée des citoyens de Saint-François se fédère à celle de Sainte-Anne. La composition sociale de ce groupe de fédérés rappelle celle de la faction royaliste. Il s’agit de propriétaires aisés des campagnes et de citoyens de couleur appartenant à leur clientèle. Le 6 août 1793, des émissaires armés des deux paroisses fédérées sont dépêchés pour entraîner le Moule dans leur mouvement. La municipalité et la société populaire du Moule (bourg portuaire important) les repoussent. Cette démarche fédérative est condamnée par la Commission, le 14 août. Pourtant le mouvement s’étend à Baie-Mahault. Le fédéralisme en Guadeloupe se développe à peu près en même temps qu’en France. Là, le terme de fédéré est utilisé par les sans-culottes pour qualifier leurs ennemis et faire un amalgame entre royalistes et républicains modérés. En Guadeloupe, ce mot s’associe à la suspension des arrestations de royalistes ou supposés tels.

34Les citoyens de couleur menés par Auguste Bonretour ont deux aspirations : la possibilité pour tous les sang-mêlé d’hériter de leur père naturel blanc et l’affranchissement des esclaves combattant pour la République. Auguste Bonretour dit Coquille est le fils naturel d’un riche habitant : le procureur général Coquille, décédé depuis peu. L’éventualité de la mise en place d’une telle loi sert donc ses propres intérêts dans la succession de son père naturel. Les revendications initiales qui étaient la cessation des arrestations et le soutien à la modération ont disparu. Elles ont laissé place aux doléances des citoyens de couleur qui, pour obtenir gain de cause, n’hésitent pas à recruter des esclaves à qui ils promettent la liberté.

35Le dimanche 25 août 1793, des citoyens de couleur parviennent à insurger plusieurs plantations de Sainte-Anne. Le lendemain, plusieurs centaines d’esclaves armés de fusils, de sabres et de piques se rendent au bourg de Sainte-Anne pour obtenir de la municipalité la liberté qui a été promise à beaucoup d’entre eux. Ils entendent « l’avoir ou mourir ». Il leur est répondu qu’elle sera donnée à ceux qui auront des justificatifs, mais ils la veulent pour tous et tout de suite. L’insurrection est réprimée par l’arrivée successive de détachements de gardes nationales des paroisses voisines durant toute la journée du 26 août. Ce sont plusieurs centaines de citoyens bien armés qui réduisent les foyers d’insurrection. Le nombre de révoltés tués dans les combats ou fusillés après une instruction sommaire est estimé à environ 200.

36Par certains aspects, la révolte de Sainte-Anne présente quelques caractères communs à l’insurrection servile de Trois-Rivières. Elle se déclenche le dimanche et les commandeurs participent au soulèvement des ateliers. La population servile tente de profiter des nouvelles divergences entre sans-culottes et fédérés et entre citoyens blancs et de couleur. Si au départ, la révolte s’inscrit dans la lutte entre les factions, elle se transforme rapidement en mouvement de revendications juridiques et sociales. Les esclaves ont été manipulés par les citoyens de couleur qui ont joué à la fois le rôle de provocateurs des troubles en circulant sur les habitations, le dimanche 25, et de négociateurs au bourg, le lendemain. L’échec de la révolte s’explique par le manque d’organisation de l’insurrection et par le fait que les citoyens de couleur responsables des troubles, débordés par les esclaves, se livrent aux forces de répression sans combattre.

37C’est également la surveillance accrue exercée sur les citoyens de couleur et les esclaves qui explique le dénouement de la révolte. Les autorités sont prêtes à réagir à toute tentative d’insurrection. Lorsqu’elle éclate, les gardes nationales de toutes les municipalités voisines de Sainte-Anne convergent très rapidement vers le foyer de la révolte. Modérés et sans-culottes s’unissent pour écraser le danger représenté par un millier d’esclaves révoltés. La crainte d’un embrasement similaire à celui de Saint-Domingue reconstitue le front des propriétaires d’esclaves. La participation des citoyens de couleur à la révolte de Sainte-Anne s’inscrit dans un double contexte, celui d’une revendication d’égalité sociale et celui de l’affrontement des factions. Les citoyens de couleur, souvent utilisés par les factions rivales, montrent leur capacité à s’insurger pour obtenir la satisfaction de leurs propres revendications.

38Suite à la révolte de Sainte-Anne, des concessions sont accordées aux citoyens de couleur qui obtiennent, le 30 août, la suppression des appellations citoyens de couleur ou nouveaux citoyens et, le 5 septembre, la possibilité de choisir un nom de famille. L’arrêté du 10 octobre 1793 permet à tout propriétaire d’esclave de l’affranchir sans frais avec un simple enregistrement à la municipalité du domicile. Cette mesure montre rapidement son efficacité. De nombreux esclaves surtout parmi les qualifiés, les sang-mêlé et les concubines de propriétaires sont alors affranchis dans les mois qui suivent. Les troubles serviles cessent à la fin de 1793. De plus, le système de surveillance de la colonie et le recrutement de gardes nationales parmi les affranchis renforce le dispositif répressif. La révolte de Sainte-Anne est la dernière révolte réprimée dans le sang de la période 1789-1794. En avril 1794, les Anglais s’emparent de la Guadeloupe avec une grande facilité. L’affrontement des citoyens de toutes couleurs au sein des factions et la crainte d’armer massivement les esclaves sont les deux principales causes de cette rapide défaite. Les révoltes successives, tout comme la peur d’une révolte servile généralisée, paralysent l’action de nombreux citoyens modérés qui préfèrent livrer la colonie aux Anglais.

39L’irruption de la violence politique dans la société coloniale de la Guadeloupe est liée au fait révolutionnaire venu de la métropole. Le pouvoir local parle de contagion révolutionnaire. Les rumeurs les plus insensées sur ce qui se passe en Europe précèdent souvent les révoltes. L’exacerbation des clivages sociaux entre habitants des campagnes et citadins est à l’origine de nombreuses révoltes. Ces dernières, dans les villes, se font à l’encontre du représentant de l’autorité locale, Clugny en 1790-1792 ou Collot en 1793-1794. Ils sont considérés comme n’étant pas assez révolutionnaires par les artisans, marins, boutiquiers, hommes de loi qui peuplent les deux villes de la colonie : Pointe-à-Pitre et Basse-Terre. A la fin de 1792, avec la victoire momentanée des aristocrates sur les patriotes, la Guadeloupe se retrouve en état de rébellion contre le gouvernement révolutionnaire. C’est une révolte urbaine qui assure la victoire de celui-ci. Jusqu’à la fin de 1792, les esclaves et les libres de couleur sont utilisés comme forces supplétives par les factions dans les révoltes. Les esclaves servent leurs maîtres et, les libres de couleur, les Blancs dont ils sont les clients (le plus souvent leurs parents naturels). Cependant, peu à peu, les révoltes en Guadeloupe suivent leur propre dynamique. A partir de 1793, les citoyens de couleur et les esclaves ont un rôle plus autonome dans les révoltes. Les esclaves mettent en avant la revendication de la liberté et les citoyens de couleur, celle de l’égalité sociale. L’échec des révoltes serviles ne permet pas l’obtention de l’abolition de l’esclavage comme à Saint-Domingue, où la liberté générale est proclamée à la fin du mois d’août 1793. Les esclaves de Guadeloupe devront attendre la reconquête de la Guadeloupe par Victor Hugues en juin 1794 pour bénéficier du décret émancipateur du 16 pluviôse an II (4 février 1794).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Régent, « Révoltes, factions, catégories juridiques et sociales en Guadeloupe (1789-1794) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 94-95 | 2005, 87-99.

Référence électronique

Frédéric Régent, « Révoltes, factions, catégories juridiques et sociales en Guadeloupe (1789-1794) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 94-95 | 2005, mis en ligne le 01 janvier 2008, consulté le 24 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1094

Haut de page

Auteur

Frédéric Régent

Professeur à l’Université des Antilles et de la Guyane, (EA 929)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page