Navigation – Plan du site
DOSSIER
Approches régionales

La répression des révoltes en Amérique espagnole

Pierre Ragon
p. 01/01/200877-85

Résumé

Espace périphérique, l’Amérique espagnole ne demeure pas à l’écart des transformations qui touchent les pays d’Europe et d’Amérique anglo-saxonne à la fin du xviiie siècle. Toutefois, elle constitue un espace socialement original qui, de surcroit, reçoit les Lumières selon des modalités qui lui sont propres : à travers l’action réformatrice de l’État, avant tout. Les mouvements de la société civile y prennent donc des formes particulières, alors même que l’autorité monarchique n’y est guère véritablement ébranlée avant 1808.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Amérique latine

Chronologie :

XVIIIe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Traitant de la répression des révoltes en Amérique espagnole, j’élargirai délibérément le cadre chronologique de mon propos et prendrai l’année 1767 pour point de départ, ainsi que l’année 1808 pour point d’arrivée : 1767, c’est en effet la première grande vague de soulèvements en Amérique espagnole où apparaissent des traits modernes, et c’est un phénomène qui est lié bien sûr à l’expulsion des Jésuites ; 1808, c’est bien entendu le début des mouvements d’indépendance proprement dits. C’est-à-dire que l’on est ici dans une période où l’on n’a pas de révolution, où l’on n’en a même peut-être pas à l’arrivée, où l’on a essentiellement des révoltes.

2Ces révoltes en Amérique espagnole ont des caractères que l’on retrouve un peu partout ; elles ont aussi des caractères originaux. Voici les trois caractères généraux que je rappellerai rapidement :

  1. Les formes de la révolte sont extrêmement variées et là encore j’ai employé le terme « révolte » dans un sens très large qui va de la révolte individuelle, du propos subversif qui est un objet d’inquiétude de la part du pouvoir, au soulèvement majeur ; et le soulèvement majeur en l’occurrence dans la période et dans notre aire, c’est le soulèvement de Tupac Amaru dans la zone andine en 1780-1781, prolongée jusqu’en 1783 par un de ses parents, Tupac Catari. Et entre ces deux formes de révoltes, on a évidemment toute une gamme très large.

  2. Le deuxième caractère que l’on peut retrouver un peu partout, que l’on retrouve en Amérique latine, c’est la perception qu’a le pouvoir de ces révoltes, perception qui joue un rôle dans les formes de leur répression. Les conceptions en matière de politique de maintien de l’ordre du pouvoir sont en Amérique espagnole dominées en principe (je dis bien en principe, car en réalité ce n’est pas si vrai que cela) par un constat qui a été dressé en 1762. 1762, c’est l’entrée en guerre, je le rappelle, de l’Espagne qui est alors entraînée dans la guerre de Sept Ans. C’est un désastre militaire rapide, même immédiat, pour l’Espagne, et notamment pour ses possessions lointaines, puisqu’en 1762 l’Espagne se voit ravir par l’Angleterre deux clés de l’Empire, à savoir Manille et La Havane. L’Espagne prend alors conscience de sa faiblesse militaire, et met en place un certain nombre de réformes inspirées des Lumières, notamment en matière de politique de défense et de contrôle de l’ordre public et des populations.

  3. L’Amérique latine est une zone militairement fragile, très mal défendue, où les forces de maintien de l’ordre sont peu nombreuses, où les politiques de maintien de l’ordre face aux révoltés sont très peu développées.

3J’en viens aux originalités, ce qui est peut-être plus significatif. Il y en a deux :

  1. L’Amérique espagnole, à la différence de l’aire européenne au moins, est, il ne faut pas l’oublier, il ne faut jamais l’oublier, une ère pluriethnique, une ère métissée, une aire où les populations sont fortement hiérarchisées et bien entendu les révoltes en portent la marque et les répressions aussi. On ne réprime pas de la même manière, pour un même délit, un Noir et un Blanc, bien entendu.

  2. Deuxième particularité de l’aire hispanique, c’est le rôle, propre peut-être à l’aire hispanique en général (et là j’inclus l’Espagne),  que joue le clergé dans les politiques de maintien de l’ordre, le clergé et les institutions dépositaires de l’autorité religieuse. Il y en a deux dans le monde hispanique. Tout d’abord, bien entendu, comme partout, les sièges épiscopaux qui peuvent mobiliser les curés, lesquels peuvent utiliser les prônes, ce qu’ils ne manquent pas de faire. Et puis, il y a aussi dans le monde hispanique une institution extrêmement originale, les « Tribunaux d’inquisition » qui jouent un rôle important dans les politiques de maintien de l’ordre et dans la répression. Il y en a trois en Amérique espagnole : Mexico, Lima et Carthagène, soit un maillage qui est là encore très lâche. Mais ces tribunaux d’inquisition s’appuient sur des commissaires, et surtout sur des réseaux de familiers. C’est-à-dire en fait de gens qui mènent une vie anonyme, mais qui sont des informateurs et des collaborateurs éventuels de l’Inquisition, et qui sont répartis très largement sur le territoire. Ces tribunaux interviennent en amont dans la surveillance et la mise en garde, en aval dans la répression, notamment si des clercs sont impliqués dans le mouvement de révolte ou s’il s’agit d’un crime contre la foi. Mais l’évêque peut aussi intervenir au cours du conflit pour appuyer l’autorité politique ou offrir une médiation. La combinaison de ces différents facteurs amène des cas de figure très différents. Mais je ne vais pas me lancer dans une typologie des révoltes en Amérique latine compte tenu de la diversité des facteurs que j’ai invoqués et de la liberté de choix des acteurs, cela me mènerait beaucoup trop loin. Je vais simplement me placer du point de vue des acteurs du maintien de l’ordre et voir qu’elle est la palette dont ils disposent. Je partirai de l’action de ces différents acteurs qui sont au nombre de trois : l’autorité politique, les forces de coercition, l’Église et ses institutions.

L’autorité politique

4L’Amérique espagnole a toujours été un domaine sous-administré, mal administré, c’est lié à son histoire, c’est lié à sa géographie aussi. Je rappelle que la conquête est une entreprise privée au départ, que l’autorité royale a pris le contrôle de la situation très progressivement en adoptant deux attitudes, en mettant deux fers au feu. D’une part, en imposant en Amérique espagnole un pouvoir symbolique fort, en utilisant une institution à l’origine aragonaise, à savoir les vice-rois, vice-rois quasi-rois, dotés de pouvoirs étendus larges et d’un prestige colossal, mais il n’y en a que quatre pour la période qui nous concerne en Amérique espagnole, ce qui est relativement peu : à Mexico et Lima depuis le xvie siècle, à Bogota et Buenos Aires depuis l’arrivée des Bourbons sur le trône d’Espagne. Et puis en bas de l’échelle administrative, l’autorité s’affirme en maillant le territoire (mais en le maillant d’une manière très lâche, très inégale et très faible), par une institution que l’on appelle le corregimiento ou l’alcadia mayor. Les Alcaldes Mayores (je ne sais pas comment on pourrait traduire cela en français) sont des fonctionnaires très mal payés, très faibles, très corrompus aussi, et qui rentabilisent leur charge par un système que l’on appelle le système de la vente forcée, c’est-à-dire en obligeant leurs administrés à acheter des biens de consommation dont ils sont les seuls à approvisionner la zone. Il y a donc une confusion entre un rôle économique, et un pouvoir politique qui, généralement, ne permet pas l’exercice de l’autorité à l’échelon local. Très souvent, les corregidors, qui sont en principe chargés du maintien de l’ordre, sont en fait les premières victimes des révoltes. Ils sont tout à fait incapables de les juguler. Dans le comptage qu’a fait Scarlet O’Phelan Godoy pour la zone andine sur tout le xviiie siècle, où elle a donc analysé 140 rébellions ou révoltes, dans un tiers des cas la première cible, et la première victime de la révolte, c’est le corregidor, et dans bon nombre de ces 45 cas, le corregidor est même purement et simplement assassiné, ce qui marque le début de la révolte. Toutefois, la fin de la période qui nous concerne est marquée par la mise en place d’une nouvelle institution en Amérique latine, à savoir : les Intendances et les subdélégations. Ces Intendances sont mises en place en 1784 dans les Andes, au moins sur le papier, en 1786 en Nouvelle-Espagne, c’est-à-dire dans l’actuel Mexique et en Amérique Centrale. Quel a été le rôle effectif de la mise en place des Intendances du point de vue des politiques du maintien de l’ordre ? Il semble qu’il y ait moins de révoltes à la fin des années 1780 et au cours des années 1790, mais ce n’est pas forcément lié à la mise en place des Intendances puisque l’on a aussi un relatif apaisement des réformes des Lumières, qui ont été fortement activées sous le règne de Charles III. Un exemple concret montre tout de même la relative efficacité, ou la relative inefficacité, des subdélégués d’intendants pour ce qui est du maintien de l’ordre. L’exemple, il est vrai, est périphérique dans l’empire espagnol, puisque je l’emprunte au nord de la Nouvelle-Espagne, la frange nord du Mexique. C’est l’histoire d’un agitateur qui s’appelle « Corne Verte »( c’est un surnom). C’est théoriquement un toréador, un animateur de fêtes publiques, c’est aussi secrètement l’agent (c’est comme cela qu’il se présente), d’un roi indigène caché qui veut restaurer une monarchie aztèque au Mexique. Donc il se promène pendant deux ans dans toute la région nord du Mexique, qui est peuplée par des immigrants originaires de la ville de Tlaxcala, qui a une histoire à part au Mexique, puisqu’elle a collaboré avec les Espagnols au moment de la conquête du Mexique au xvie siècle, et que sa noblesse indigène bénéficie d’un statut particulier au sein même de la colonie. Corne Verte arpente le nord du Mexique pendant deux ans, avant d’être finalement repéré par un subdélégué d’intendant alors qu’il était venu s’installer au siège même de la subdélégation. Mais ce n’est même pas le subdélégué qui repère ses activités subversives, c’est le gouverneur indigène qui vient le dénoncer au subdélégué. Et le subdélégué a beaucoup de mal à prendre l’affaire en main parce qu’il y a un conflit de juridiction avec le gouverneur indigène. Je crois que l’affaire montre la relative permanence, finalement, une certaine lourdeur de l’empire espagnol, ne serait-ce que parce qu’un certain nombre de ces subdélégués ne sont ni plus ni moins (problème de recrutement) que d’anciens corregidors que l’on a reconduis dans leurs fonctions, avec de nouvelles définitions, sous de nouveaux habits, mais ce sont les mêmes hommes et qui n’ont pas forcément fondamentalement changé d’habitudes.

5Il apparaît aussi que dans les politiques de maintien de l’ordre, le pouvoir civil est rarement en mesure d’intervenir seul face aux mouvements de révolte. Il s’associe en règle générale les autorités urbaines, l’Église, voire l’aristocratie. Et dans bon nombre de cas, il apparaît qu’il est incapable de juguler des révoltes sans des appuis extérieurs. Quelques exemples. Un exemple anodin tout d’abord. Dans les années juste après le régicide en France, dans la seconde moitié des années 1790, on est très inquiet à Mexico de voir circuler les nouvelles en provenance de France, et notamment les nouvelles qui pourraient donner des idées à des  populations pas forcément très bien soumises, compte tenu de ce crime énorme que représente un régicide. On s’efforce donc de dépister tous les écrits qui pourraient venir de France, ou qui pourraient simplement faire écho aux nouvelles françaises, voire les propos notamment, les sermons qui pourraient introduire un doute sur le prestige de l’institution monarchique dans les esprits. Le vice-roi de Mexico entreprend donc de contrôler la circulation des idées. Pour ce faire, il alerte son relais normal qui est « l’Alcalde de Corte », c’est-à-dire l’autorité judiciaire du tribunal d’audience qui est sous sa coupe. Mais il alerte surtout, et dans l’action concrète, c’est elle qui sera la plus efficace, l’Inquisition, qui a une longue tradition dans l’histoire du contrôle de la circulation des écrits, et même les autorités policières de la ville de Mexico. Ce sont ces trois autorités qui finalement seront conjointement chargées du maintien de l’ordre. Si on prend le cas de la révolte de Tupac Amaru, la révolte majeure qui mobilise une grande partie des Hautes Andes et des dizaines de milliers d’Indiens, pareillement, les autorités civiles n’affrontent jamais seules les insurgés, et d’emblée elles cherchent à élargir la base de la mobilisation. Dès que la révolte éclate dans les centres menacés, les autorités politiques mettent en place des assemblées exceptionnelles, des juntes exceptionnelles, des juntes de guerre. C’est le cas à Cuzco qui est la première grande ville menacée par les insurgés. Là, l’organisme chargé d’organiser la défense de la ville face aux insurgés qui approchent est une junte exceptionnelle, où le corregidor s’associe immédiatement les représentants de la bourgeoisie de la ville, les tribunaux et les principaux habitants de la région. Même chose quand Lima est alertée douze jours plus tard devant l’ampleur du phénomène : le vice-roi crée une junte extraordinaire où il s’associe un visiteur, le visiteur Areche qui venait d’Espagne à ce moment-là, un inspecteur général, José del Valla, différents éléments de l’Audience et des représentants des principaux habitants de la ville. Voilà pour l’autorité politique.

Le recours à la force

6Pour l’autorité militaire, lorsqu’il faut la mobiliser dans les cas majeurs, comme lors de la révolte de Tupac Amaru, on dispose en principe en Amérique espagnole à ce moment-là d’une nouvelle doctrine,  héritée des Lumières, qui met l’accent sur la nécessité d’une répression forte, d’une répression violente, d’une répression sanglante, d’une répression spectaculaire.

7On en a deux exemples ici, le premier un petit peu antérieur, le plus spectaculaire pourtant : c’est la manière dont l’envoyé extraordinaire de l’Espagne qui était là pour mettre en place un certain nombre de réformes au Mexique en 1767 et en particulier faciliter l’expulsion des Jésuites, José de Galvez, va réprimer les troubles liés à l’expulsion des Jésuites. Une partie du Mexique va effectivement s’enflammer, prendre fait et cause pour les Jésuites et tenter d’empêcher leur départ. Il s’agit du Michoacan, à l’ouest de Mexico. Les troubles sont relativement modérés, cela s’apparente un petit peu à ce que l’on a connu au moment de 1905 : des rassemblements, des jets de pierres, des prises d’assaut de prisons éventuellement, des troubles qui n’entraînent jamais mort d’homme. La répression en revanche est sans précédent puisque Galvez va vouloir mener une répression exemplaire ; il ordonne 85 pendaisons, 73 condamnations au fouet (condamnation infamante), 117 peines d’exil et 674 autres peines. La stupeur de la population, on la retrouve dans certains témoignages. Mais un curé par exemple, du nord du Michoacan, s’exprime auprès de son évêque en s’étonnant de la manière dont la répression a été conduite, en l’occurrence une répression très féroce, mais menée là encore, et on comprend mieux, par un envoyé extraordinaire de l’Espagne présent à ce moment-là sur le territoire de l’Amérique (qui n’est pas envoyé pour réprimer la révolte, mais pour mettre en place les réformes des Lumières). La révolte de Tupac Amaru est réprimée de manière extrêmement violente et l’on voit sur la place du Cuzco pour la première fois des supplices inédits. Jusque-là, les révoltés étaient tout simplement pendus. Ici, pour la première fois, les habitants du Cuzco vont pouvoir admirer un nouveau spectacle, le spectacle du garrot qu’ils ne connaissaient pas et le spectacle de l’écartèlement, écartèlement réservé au chef de l’insurrection, à savoir José Gabriel Tupac Amaru lui-même. écartèlement qui va mal se passer puisque l’on n’arrivera pas à déchirer le corps (je passe sur les détails sordides). De même, dans le nord de l’Argentine, à la suite d’une révolte, le gouverneur local se voit confier 65 prisonniers. Se trouvant dans une région très isolée et très menacée, il trouve plus simple de les exécuter sommairement. C’était une chose qui ne se faisait pas jusque-là, de les exécuter sommairement, de les faire pendre dans les arbres comme autant de témoignages de la répression.

8Ces stratégies sont clairement en rupture par rapport aux traditions qui avaient été mises en œuvre auparavant en Amérique espagnole où, comme partout dans ces sociétés d’Ancien Régime, on trouvait un pouvoir qui maniait à la fois la sanction et le pardon. Ces stratégies où l’on maniait à la fois la sanction et le pardon ne disparaissent pourtant pas purement et simplement. Les deux exemples que je vous ai cités, pour être très spectaculaires, sont en fait deux exemples isolés. Dans la plupart des autres révoltes, on continue à mener (mais ce sont aussi des acteurs locaux qui sont à la manœuvre) l’affaire de la manière la plus traditionnelle qui soit, c’est-à-dire au mieux en logeant une troupe de soldats, en augmentant les impôts, en pardonnant beaucoup et en punissant pour l’exemple quelques leaders.

9Si on utilise si rarement la force militaire en Amérique espagnole, c’est qu’elle est très peu présente. Pour donner simplement un ordre d’idée, pour tout ce qui est la Nouvelle-Espagne, le Mexique deux fois plus grand qu’aujourd’hui, on rouve 4 200 soldats, principalement destinés à la défense, localisés dans la capitale, à Vera cruz et à Guadalajara, éventuellement un petit peu sur la côte Pacifique. A quoi s’ajoutent des forces de milice que l’on a essayé de réformer à l’époque des Lumières : sur le papier 40 000 hommes, en réalité bien entendu beaucoup moins.

L’Église et ses institutions

10C’est ce qui fait aussi que l’Église est souvent un acteur extrêmement important pour prévenir la révolte, pour l’endiguer ou y mettre fin. Les ressources qu’offre l’Église en matière de maintien de l’ordre sont multiples. Tout d’abord, l’Église peut utiliser la puissance du sacré, elle peut utiliser son autorité morale, et enfin elle peut utiliser les institutions de contrôle dont elle dispose.

  • 1  Institution ibérique issue de la conquête qui donne aux conquistadors et aux colons espagnols des (...)

11La puissance du sacré, c’est l’usage traditionnel que l’Église fait de sa position pour maintenir l’ordre dans la société coloniale. Dans ce monde qui a été longtemps un monde mal administré et très peu militarisé jusqu’à la fin du xviie siècle, où il n’y avait pratiquement pas de soldats, c’est une défense civile, qui repose sur la mobilisation des encomenderos1 et de leurs clients, qui est utilisée en cas de besoin. Par exemple, lors de la grande émeute de Mexico de 1692, le principal acteur de la répression n’est pas l’évêque, parce qu’il n’est pas là à ce moment, mais ce sont deux membres du chapitre cathédral qui sortent au milieu de la foule insurgée avec le Saint Sacrement qui apaise les émeutiers, parce que devant le Saint Sacrement, on ne commet pas d’actes délictueux, et de fait cela marche. L’exhibition du Saint Sacrement ramène le calme sur la Plaza Mayor de Mexico. Ce type d’interventions n’est pas abandonné à la fin du xviiie siècle. On le retrouve au Michoacan, à Patzcuaro notamment, en 1767, lors des émeutes en faveur des Jésuites et contre leur expulsion du territoire. Il ne faut pas négliger l’importance de ce contrôle de la sacralité parce que, inversement, quand les insurgés pourront s’en emparer, ils le feront. On pense à Hidalgo au moment de l’indépendance du Mexique, qui brandit la lumière de la Vierge de Guadalupe. On pense à une autre révolte de bien moindre importance dite des Comuneros de Merida au Venezuela, en 1781, lesquels prennent pour protection la Vierge del Socorro. La puissance du Sacrement est le premier outil dont l’Église dispose.

12La deuxième est l’autorité morale, exercée par la parole, un magistère que l’Église ne se prive pas d’employer lorsqu’elle est sollicitée dans les politiques de maintien de l’ordre. A Mexico en 1692, un prêtre Nahuatlato, c’est-à-dire parlant la langue indigène, le nahuatl, était intervenu pour s’adresser aux insurgés et les calmer. Constamment, le clergé est susceptible d’intervenir ainsi,  prêtant l’appui de son autorité morale à l’autorité civile. Il intervient en amont des révoltes et pendant les révoltes aussi : en amont des révoltes avec les édits épiscopaux bien entendu, avec les édits de l’Inquisition aussi où l’on désigne les lectures interdites, où l’on collecte les objets porteurs d’une propagande que l’on veut éliminer, où l’on rappelle la nécessaire fidélité à l’autorité politique ; durant les troubles encore – et là le clergé a aussi une certaine marge de manœuvre –, soit en faisant cause commune avec l’autorité civile, soit, au contraire, en essayant de jouer un rôle d’intermédiaire entre l’autorité civile et les insurgés. J’ai dit que le clergé a une certaine marge de manœuvre : oui et non. Il joue surtout l’intermédiaire lorsqu’il ne peut pas faire autrement, lorsqu’il n’existe pas de force de répression sur place. Cause commune avec l’autorité civile, c’est ce que fait immédiatement l’évêque de Cuzco lors de la révolte de Tupac Amaru, qui est un tremblement de terre majeur, une révolte ethnique qui fait extrêmement peur aux élites créoles. Pendant que le corregidor organise une junte pour assurer la défense, l’évêque Moscoso s’emploie à réunir des fonds. Il réunit l’ensemble des prélats, des représentants des couvents de la ville et des environs, afin de réunir une somme relativement importante de l’ordre de 25 000 pesos pour contribuer à la défense. Et il adresse aussi une lettre pastorale à tous les curés de la région pour leur demander de rester sur place afin de calmer leurs ouailles par leurs discours et de les surveiller. Médiation aussi, disais-je. C’est le cas, par exemple, lors de la révolte d’El Socorro, dans l’actuelle Colombie où il n’y a pratiquement pas de défense : 50 dragons à Bogota, que l’on envoie face aux insurgés, mais qui sont incapables de faire quoi que ce soit. L’évêque s’offre alors comme médiateur. Il prend la tête d’une ambassade qui va au-devant des insurgés, qui négocie avec eux. Il négocie en position de faiblesse et les insurgés obtiennent quelque chose qui finalement ne sera pas réalisé à l’arrivée. Mais on peut dire qu’un très bon accord est obtenu à ce moment-là, grâce à l’intervention de l’archevêque de Bogota.

13L’Église intervient enfin au moment de la répression et cette intervention est quelquefois extrêmement précieuse pour le pouvoir civil. Pour ce faire, je vais me placer en dehors de la période. En 1808 et en 1810, lors de la répression qui suit la fin de ces deux révoltes majeures que sont les deux premiers mouvements, les deux premières tentatives d’indépendance du Mexique sous la conduite d’abord du prêtre Hidalgo en 1808 et de son homologue Morelos en 1810, deux curés. Ce sont deux révoltes extrêmement importantes qui embrasent le pays, qui le mettent effectivement au bord de l’indépendance, mais qui sont finalement réprimées. Pour ce qui est de Morelos, en tout cas, la question se pose de savoir ce que l’on fait de sa personne, puisqu’on s’est emparé de lui vivant. Il y a deux doctrines qui apparaissent à ce moment-là. D’une part, il y a le général Calleja, son vainqueur, qui, parce qu’il sait que le pays est extrêmement commotionné – la révolte a aussi une dimension ethnique –, souhaite une exécution rapide, qu’on le passe par les armes, tout de suite sur le champ de bataille, afin d’éviter d’entretenir une petite flamme qui pourrait rallumer un brasier plus important. Et puis, il y a la position de l’Église qui s’oppose à cette solution pour deux raisons : pour une raison de compétence d’abord, de tribunaux : c’est un curé, donc l’Église revendique le droit de le juger elle-même. Il faut encore en convaincre le vice-roi, mais ce n’est pas l’argument qui convainquit ce dernier. Finalement, l’argument qui va convaincre le vice-roi et qui va faire qu’on va donner à Morelos un jugement devant un tribunal ecclésiastique dans la ville de Mexico, avant une condamnation qui de toute façon était évidemment acquise, l’argument qui va convaincre le vice-roi, c’est le suivant : c’est qu’avec un procès mené devant un tribunal ecclésiastique dans la capitale, on va pouvoir « détromper et enseigner » (c’est une traduction de la lettre de l’évêque au vice-roi) la population, obtenir des effets salutaires, transformer et aussi décentrer un petit peu le débat. Ce ne sera plus un affrontement entre défenseurs de l’ordre espagnol et indépendantistes, mais ce sera un débat entre valeurs de l’Église et ceux qui ne respectent pas les valeurs supérieures de l’Église : pas une vengeance des péninsulaires mais le rappel des lois fondamentales du royaume et de l’Église.

14On voit donc que l’on est dans un monde, dans une période quelque peu différente, puisqu’il y a un décalage entre l’histoire de l’Amérique espagnole et ce qui peut se passer, là où est le cœur du mouvement à ce moment-là, c’est-à-dire en Europe et  Amérique du Nord. On est entièrement dans une phase où les enjeux du maintien de l’ordre sont ceux du maintien d’un ordre d’ancien régime, jusqu’en 1808 bien entendu. On est dans une période où l’on n’a affaire qu’à des révoltes,  qui sont de nature extrêmement variée, beaucoup plus variée peut-être qu’ailleurs, ne serait-ce que compte tenu de l’immense variété ethnique et sociale du territoire hispano-américain. On a aussi un domaine – et c’est le dernier point de la conclusion – où apparaissent des acteurs fort divers qui disposent de marges de manœuvre relativement importantes et qui configurent finalement des formes de répression face aux révoltes qui sont très différentes d’un endroit à l’autre et de circonstances à d’autres.

Haut de page

Notes

1  Institution ibérique issue de la conquête qui donne aux conquistadors et aux colons espagnols des droits, en principe assortis de devoirs, sur les populations indiennes qui leur sont attribuées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Ragon, « La répression des révoltes en Amérique espagnole », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 94-95 | 2005, 01/01/200877-85.

Référence électronique

Pierre Ragon, « La répression des révoltes en Amérique espagnole », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 94-95 | 2005, mis en ligne le 01 juillet 2009, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1090

Haut de page

Auteur

Pierre Ragon

Professeur d’histoire moderne, Université de Rouen

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page