Navigation – Plan du site
DOSSIER
Approches régionales

La Grande Rébellion irlandaise de 1798 : répression et tentative d’union 1

Pascal Dupuy
p. 69-76

Résumé

A partir de quelques études récentes publiées en langue anglaise, l’auteur présente les raisons de la très dure répression qui a suivi la Grande Rébellion irlandaise de 1798, mais fait état également des tentatives d’apaisement du gouvernement anglais et de son représentant en Irlande afin d’y préparer l'Acte d’Union de 1800.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Irlande

Chronologie :

XVIIIe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Cet article se veut avant tout une présentation en français d’études publiées en langue anglaise. (...)

1La rébellion irlandaise de 1798 fut un mouvement révolutionnaire d’une très grande ampleur qui, en raison de l’impact du soulèvement dut faire face à une répression extrêmement sévère. Les historiens parlent de 25 à 30 000 victimes, même si un historien a pu récemment avancer le chiffre de 10 000. A côté des morts et des blessés, la plupart du côté des révoltés, c’est à une véritable diaspora à laquelle on a assisté, une vague de déportation vers l’Australie, de bannissement et d’émigration vers les États-Unis d’Amérique. Pourtant, avant de regarder plus précisément les formes de cette répression, on se doit de présenter la nature de cette rébellion. La raison en est double. En premier lieu, parce qu’à la fois, il s’agit d’un débat historiographique qui continue de partager les historiens, mais également parce que la complexité de la nature de la rébellion, et donc ses enjeux politiques et idéologiques que l’on retrouve dans les débats des historiens, ont pu aggraver ou accentuer la répression. En effet, à côté de la répression organisée par l’État, on relève des vengeances diffuses, parfois d’ailleurs tout aussi implacables, organisées par les populations locales et provenant de vieilles et tenaces rancunes sociales et religieuses. Depuis 200 ans, au travers de nombreux travaux d’historiens et par l’intermédiaire de plusieurs célébrations et commémorations (centenaire en 1898, cent-cinquantenaire en 1948, bicentenaire en 1998), les auteurs n’ont pas manqué, de manière souvent d’ailleurs très partisane, de s’attacher à présenter la nature de la révolte de 1798. Cependant, dès 1798, les causes de la révolte ont suscité interrogation, posé des difficultés, non pas à ceux qui devaient en écrire l’histoire, mais directement à ceux qui en furent les acteurs. Ainsi, la rébellion affecta le processus qui allait aboutir à l’Acte d’Union avec l’Angleterre en 1800.

2L’un des premiers écrits rendant compte de la rébellion date de 1801. Il s’agit de l’ouvrage d’un protestant loyaliste conservateur (Richard Musgrave) accusant les catholiques irlandais d’avoir voulu non pas l’émancipation des masses, mais l’expulsion des protestants d’Irlande et la séparation d’avec l’Angleterre. De manière moins paradoxale qu’on pourrait le croire au premier abord, cette explication confessionnelle de la révolte fut finalement acceptée par les Irlandais Unis qui voyaient par là un moyen de ne pas être tenus pour responsables de la rébellion. Dès août 1798, trois d’entre les principaux leaders emprisonnés (Thomas Addis Emmet, Arthur O’Connor, William James MacNeven) firent publier un Mémoire dans lequel ils expliquaient la violence de la rébellion dans le comté d’Armagh comme provenant d’une réaction aux militaires et aux factions armées des loyalistes et des catholiques. A la lecture de leur Mémoire, les I rlandais Unis apparaissent au final comme des hommes raisonnables, pris entre l’intransigeance du gouvernement et la hargne des paysans catholiques. Cette explication leur permit de sauver leur vie car, en outre, elle convenait aux autorités qui ne voulaient certainement pas mettre en avant les causes politiques de l’insurrection. Le gouvernement pensait également que cette explication permettraient aux presbytériens de s’éloigner des catholiques et des paysans insurgés.

3Dans l’ouvrage de 1803, d’un autre meneur des Irlandais Unis, Edward Hay, on relève cette même volonté de minimiser son rôle et celui des Irlandais Unis dans l’explosion rébellionnaire. Il assurait que dans le comté de Wexford, il n’y avait pas eu de plan insurrectionnel et que la révolte était le résultat de la violence des protestants. On trouve encore deux autres textes semblables dans le premier tiers du xixe siècle par deux autres leaders qui faisaient, à leur tour, disparaître toute préméditation révolutionnaire dans l’insurrection et mettaient en avant le rôle des prêtres catholiques dans la rébellion.

4Au milieu du siècle, on en revint, par l’intermédiaire de plusieurs études, à une sorte de réhabilitation de Wolfe Tone et des Irlandais Unis comme les fondateurs du nationalisme irlandais. Ce nouvel intérêt permit aux historiens de s’intéresser de nouveau à la nature de la rébellion et de recueillir des témoignages des participants encore en vie. On assista alors à des comptes rendus beaucoup plus objectifs précisant le rôle des Irlandais Unis dans l’organisation et le déclenchement de la révolte tout en émancipant le rôle des prêtres catholiques. Cette nouvelle explication inquiéta le clergé catholique qui voyait d’un très mauvais œil l’influence des idées républicaines des Irlandais Unis plus de cinquante années après leur disparition. Le clergé catholique assumait l’entière responsabilité de la rébellion, exonérait les presbytériens et écartait les Irlandais Unis de toute intervention. Les presbytériens de l’Ulster n’étaient pas opposés à cette révision de l’histoire, car ils étaient de plus en plus inquiets de la volonté des catholiques de briser l’état d’Union avec l’Angleterre opérée en 1800. En 1898, la commémoration se divisa clairement en deux groupes distincts : les républicains et le clergé catholique, les deux s’efforçant de minimiser le rôle de l’autre dans l’insurrection de 1798. Si un rapprochement s’opéra d’un point de vue historiographique, les célébrations du centenaire exaltèrent toutefois la nature confessionnelle de la rébellion tandis que les principes politiques des Irlandais Unis étaient largement ignorés. Le nationalisme irlandais célébré en 1898 était avantageusement catholique et la commémoration servait à préparer l’indépendance politique. Cette attitude continua pendant toute la première partie du xxe siècle. En 1967, le président de la République Irlandaise inaugura un monument à Dublin à la mémoire des Irlandais Unis. Trois ans plus tard, il était plastiqué par les protestants de l’Ulster. Les commémorations du bicentenaire a bien sûr permis une vision plus scientifique et apaisées des événements et on peut se satisfaire qu’aucun parti n’ait pris le dessus sur l’autre. Toutefois, on relève tout de même une volonté des historiens de taire quelque peu la violence et les crispations afin, peut-être, de ne pas ressusciter les tensions du passé dans un pays à la recherche du consensus et de la paix.

5Quoi qu’il en soit, comme on le voit, l’historiographie a finalement pendant longtemps brouillé la compréhension de la nature des causes de la rébellion. Voyons à présent rapidement les éléments qui en déterminent les causes.

6On a pendant longtemps, en particulier avec la publication en 1969 du livre influent de Thomas Pakenham, considéré la rébellion comme répondant à une « faim de terre », une bruyante jacquerie de la paysannerie locale, Pakenham développant l’idée que les insurgés n’avaient pratiquement aucune motivation politique. Il est vrai qu’en 1797, la chute des prix du grain toucha violemment le comté de Wexford dont l’économie était avant tout rurale. Il était également judicieux de mettre en relation les nombreuses révoltes des campagnes qui avaient pu éclater entre 1760 et 1790, utilisant la violence et la force afin de s’opposer aux enclosures, à la hausse des loyers et de la fiscalité, avec la rébellion de 1798. Beaucoup des participants de ces manifestations étaient en effet des paysans. Enfin, l’autre argument en faveur des causes agraires de la rébellion résidait dans la transformation des Irlandais Unis en une organisation de masse et l’ouverture de leur programme aux enjeux économiques et pour une plus grande distribution égalitaire des terres et des profits. Certains leaders locaux des Irlandais Unis lorsqu’ils se rapprochèrent des Défenseurs Catholiques le firent sur la base d’un programme économique fondé sur l’abolition des dîmes, la baisse des loyers et des impôts, et la confiscation des grandes propriétés.

7Toutefois, a contrario, il faut aussi préciser tous les aspects qui vont à l’encontre d’une telle explication, ainsi : le caractère non spontané de la rébellion ; les motivations politiques des Irlandais Unis dont les leaders étaient sur le plan national des urbains assez peu au fait des revendications paysannes. D’ailleurs, les Défenseurs Catholiques eux-mêmes, très actifs dans l’organisation de la rébellion, n’étaient pas une société secrète uniquement intéressée par les problèmes agraires. Beaucoup de leurs leaders étaient des artisans, des commerçants, des enseignants et des ouvriers spécialisés. Si leurs motivations rejoignaient les doléances paysannes, elles ne s’y limitaient cependant pas. Ainsi en 1793, les Défenseurs Catholiques s’étaient activement opposés au Militia Act et de manière générale étaient attachés à l’autonomie de l’Irlande. En outre, la localisation de la révolte montre bien qu’il ne s’agit pas d’une rébellion paysanne. Le mouvement a éclaté surtout dans les comtés situés à l’est de l’Irlande, c’est-à-dire des comtés assez urbains et les plus économiquement avancés en terme de commerce et de manufactures. Dans le Sud et dans l’Ouest, l’insurrection ne décolla jamais.

8Deuxième explication, la nature confessionnelle de la rébellion. On l’a vu cette explication a été pendant de très nombreuses années la seule cause que l’on a pu retenir. Depuis une dizaine d’années, on assiste à l’inverse et à une volonté de minimiser la nature religieuse de l’insurrection. On a ainsi pu avancer que sur les sept prêtres catholiques ayant participé à la révolte dans le comté de Wexford, aucun n’était en charge d’une paroisse et six d’entre deux étaient suspendus ou sans emploi. On a aussi fait remarquer que ces prêtres ne représentaient qu’une petite minorité des quatre-vingt-cinq prêtres catholiques que comptait Wexford. Dans toute l’Irlande, sur les mille huit cents prêtres, on relève uniquement soixante-dix qui prirent part, d’une façon ou d’une autre, au mouvement insurrectionnel. Le 24 mai 1798, l’archevêque de Dublin envoya à l’ensemble des prêtres catholiques irlandais une lettre condamnant la rébellion. Toutefois, on note aussi, et même si l’organisation des Irlandais Unis n’était en rien une organisation confessionnelle, que plusieurs de leurs membres furent très influencés par la Constitution Civile du clergé en France. En Ulster, le mouvement fut largement dirigé par des pasteurs presbytériens, mais également par un nombre non négligeable de prêtres catholiques. De même, on note très peu d’attaques contre les églises protestantes dans le comté de Wexford, et quand elles furent assaillies, les chefs de la rébellion condamnèrent ces actes rapidement. On relève aussi très peu d’agitation confessionnelle dans les comtés les plus majoritairement catholiques et également aucune agitation à base religieuse en 1798 dans un comté (Armagh) qui avait pourtant connu de fortes oppositions confessionnelles dans les années antérieures. En outre, insurgés et loyalistes qui vont s’affronter en 1798 sont de confessions diverses et on trouve des catholiques et des protestants dans les deux camps. Cependant, il ne faut pas non plus oublier que l’Irlande était avant 1798 largement traversée par des oppositions religieuses marquées, rejoignant des divisions sociales tout aussi profondes. Ces tensions vont ressurgir pendant la rébellion et lors de la répression. D’autant qu’avant mai 1798, beaucoup des leaders des Irlandais Unis avaient été arrêtés ou déportés et qu’ils n’étaient plus à même, lors de l’insurrection, de freiner ou apaiser les rancœurs religieuses qui ont pu, à l’occasion, éclater sans entrave. D’autant qu’entre 1796 et 1798, sous le nouveau Lord lieutenant Earl Camden, la politique du Château (lieu de l’exécutif irlandais) fut ouvertement en faveur des protestants et dirigée contre les catholiques. La loi martiale (30 mars 1798) favorisait les propriétaires protestants et on s’appliqua à désarmer les comtés catholiques. Le 24 mai, trente catholiques propriétaires furent exécutés sommairement à Dumlavin en raison de leur appartenance supposée au mouvement des Irlandais Unis. Le lendemain, ce sont vingt-huit prisonniers qui connurent le même sort et pour les mêmes raisons. Les violences entraînèrent des vengeances du même ordre chez les rebelles. Ainsi le 5 juin 1798, ce sont une centaine de protestants, femmes et enfants compris, qui furent brûlés dans une grange. La liste des atrocités serait encore longue.

9Dernier point avant d’en arriver à la répression, mais on l’aura compris, cette dernière va réagir à la nature complexe de la rébellion, ce sont ses causes politiques.

10Elles sont les plus mises en avant actuellement et les plus convaincantes. La poussée radicale en Grande-Bretagne, l’influence de Thomas Paine, de la Révolution américaine, de la Révolution française bien sûr, des liens qu’entretenaient les leaders des Irlandais Unis avec la France révolutionnaire, la diffusion d’une culture politique dans les villes qui connurent une expansion sans précédent en raison de la croissance démographique, la littérature folklorique en gaëlique qui, selon les dernières recherches, véhiculait des réflexions politiques réformistes, tout cela représente des éléments convaincants et indéniables du caractère principalement politique de la rébellion. Toutefois, à l’inverse, on se doit aussi d’observer que l’alliance passée entre les Irlandais Unis et les Défenseurs Catholiques était fragile et les historiens ont pu mettre en évidence leurs différences : des motivations avant tout politiques pour les premiers, des revendications sociales et économiques plus développées pour les second. Dans certains comtés, leurs différences étaient telles qu’elles fragilisèrent l’unité du mouvement insurrectionnel et se retournèrent contre eux. En outre, comme déjà évoquée, l’arrestation, avant la rébellion qui aurait dû avoir lieu un an plus tôt, de plusieurs leaders des Irlandais Unis va largement affaiblir, voire désorganiser le mouvement. Une fois que l’échec de l’insurrection de Dublin fut avéré, c’en était fait, faute d’un autre plan d’action, de la rébellion.

11Le gouvernement réagit alors avec fermeté. La rébellion, désemparée, se mua d’une révolution préparée et organisée en une guerre civile et religieuse chaotique. La répression est marquée par cette triple empreinte.

12A partir du 20 juin, les batailles et la rébellion engagées depuis la fin mai avaient pratiquement définitivement consacré la victoire des armées loyalistes emmenées par le général Lake. Ce dernier, violent et sans pitié, n’avait donné aucune instruction à ses troupes concernant les prisonniers qui devaient continuer selon la formule du nouveau vice-roi, Cornwallis, « leur boucherie sans discrimination contre n’importe quel homme portant un manteau marron et trouvé à plusieurs kilomètres du champ de bataille ». On relève, en effet, des actes de barbarie, de viol, de pillage et de destruction de fermes dont certains étaient aussi perpétrés sous la bienveillance des magistrats. La politique de Lake était de faire des exemples punitifs. Ceux qui reconnaissaient avoir été trompés pouvaient être épargnés, en revanche, aucune pitié ne serait accordée pour ceux qui les avaient trompé ! Ainsi, Matthew Keogh, un des leaders de l’insurrection de Wexford s’était de lui-même rendu à Lake. Lorsqu’on l’amena pour le pendre, il fit un discours si émouvant dans lequel il clamait son innocence que plusieurs hommes de l’entourage de Lake essayèrent de fléchir sa décision qui, toutefois, refusa la clémence. Keogh fut pendu, sa tête tranchée placée sur une pique. Autre exemple de la cruauté de Lake et de sa volonté de marquer par la peur et la violence les esprits : sur la simple accusation d’un de ses voisins, un homme de 65 ans, accusé d’être un des émissaires des rebelles, fut décapité et son corps jeté dans un cours d’eau. Pourtant, l’homme était innocent, il pouvait à peine se déplacer et ses deux frères, dont l’un était mort lors de la rébellion, étaient tous deux de fervents loyalistes. En agissant ainsi, Lake espérait obtenir la redition complète des rebelles encore en activité à la fin juin/début juillet dans le comté de Wexford.

13C’est dans cette atmosphère de violence et de cruauté que le vice-roi prit la décision d’essayer de mettre un terme à ces exécutions gratuites et sans fondement. Violences contre les personnes, comme on l’a vu, mais également pays dévasté par une guerre courte mais intense. Maisons, châteaux, fermes, granges, chevaux, charrettes, dans certaines villes et dans certains comtés c’était l’ensemble des possessions des hommes qui avaient brûlé.

14D’autant que, même sporadiquement et faiblement, quelques insurgés continuaient à batailler jusqu’en janvier 1799 et même 1803 comme John Holt, le meilleur des tacticiens militaires que possédaient les rebelles. Mais ces éclats étaient diffus et limités car dans le reste du pays, c’est plutôt la terreur blanche qui régnait, emmenée par la « Black Mob ». Ce furent trente églises catholiques qui furent brûlées au lendemain de la rébellion. Mais, évidemment, il y avait plus grave et en 1800, une correspondance privée nous apprend que des exécutions sommaires étaient encore perpétrées contre des hommes et leur famille soupçonnés d’appartenir au camp des rebelles.

15C’est contre ce type d’atrocités qui, selon ses mots, ne favorisaient « pas la renaissance de la paix » que Cornwallis s’engagea. Pourtant, les opinions étaient partagées du côté des autorités. Certains pensaient que les rebelles « en avaient pris pour 100 ans » et allaient être calmes jusqu’à l’an 2000, d’autres n’y croyaient pas comme l’évêque de Ferms qui demanda à retourner en Angleterre et dut quitter l’Irlande et son diocèse. Cornwallis opta pour la réconciliation nationale, malgré l’opposition des loyalistes qui n’arrivaient pas à obtenir aussi rapidement qu’ils le souhaitaient les compensations financières promises par le gouvernement. La vengeance et les confiscations étaient des moyens bien plus simples et plus rapides d’obtenir réparation.

16D’autant que la loi martiale, proclamée en Irlande le 30 mars 1798, permettait aux officiers de mettre en place des cours martiales sous leur autorité. Ces cours accélèraient la procédure et autorisaient les officiers à trancher rapidement. Ils avaient le pouvoir de vie et de mort, car il n’y avait pas de jury pour seconder les officiers. En outre, les cours martiales ne devaient, à l’origine, que statuer sur des crimes relevant de la trahison. En fait, ils statuèrent sur tous les délits. Enfin, concernant les civils, ils n’auraient pas dû remplacer les cours d’assises, ce qu’ils firent pourtant très souvent. Pendant le temps court de la rébellion, du 24 mai au 20 juin, beaucoup de ces tribunaux d’exception rendirent leur verdict dans la précipitation. Nous savons qu’ils ont existé, mais ils n’ont évidemment pas laissé d’archives ou très peu. On possède ainsi une liste du comté de Limerick qui donne les noms de soixante-seize hommes y passés devant la Cour martiale composée de cinq officiers. Huit furent exécutés, vingt-deux déportés, dix-huit acquittés, les autres étant condamnés à diverses peines. Beaucoup d’entre eux étaient fouettés. Certains entre 100 et 200 coups de fouets, d’autres entre 500 à 600. Les premiers, en général, recevaient l’intégralité de la sentence, les autres n’en recevaient que la moitié.

17C’est ce type de sentence que Cornwallis essaya de freiner.

18Entre 1798 et 1799, il exigea que toutes les décisions des cours martiales lui soient envoyées afin qu’il en examine le verdict. Il donnait alors son accord ou transformait les peines. Il agit afin, le plus souvent, d’apaiser le verdict qui était fondé, et les exemples abondent, sur de faux témoignages (les témoins étaient des mineurs ou des adultes visiblement payés pour témoigner à charge contre le suspect en raison d’anciennes rancœurs sociales ou religieuses).

19Entre 1798 et 1802, ce sont ainsi 3 450 prisonniers qui furent déportés, bannis, envoyés dans l’armée prussienne ou dans l’armée britannique.

20Autre facteur qui a joué un rôle d’apaisement dans cette société déchirée et qui a préparé l’Acte d’Union avec l’Angleterre : la politique d’indemnisation des victimes loyalistes, en particulier tous ceux dont les dégâts ne dépassaient pas 200 £ (500 demandes sur un total de 5 750). Cornwallis contribua à aider au remboursement de ceux qui avaient perdu beaucoup (les plus riches et les plus pauvres), ce qui lui permit de faire accepter plus facilement sa position de « fuite des rebelles » (qui pour beaucoup devaient mourir cependant à l’étranger). Cette politique lui permit de mettre en place ce que souhaitait le gouvernement britannique : l’Acte d’Union de 1800.

Haut de page

Notes

1  Cet article se veut avant tout une présentation en français d’études publiées en langue anglaise. Pour étayer son propos, l’auteur a tout particulièrement utilisé les ouvrages et les articles suivant : Harry T. Dickinson, « The Irish Rebellion of 1798 : History and Memory », in Ulrich Broich, Harry T. Dickinson, Eckhart Hellmuth, Martin Schmidt (ss la dir.), Reactions to Revolutions : the 1790’s and their aftermath, Munster, Lit-Verlag, 2005 ; 1798. A Bicentenary Perspective, Dublin, Four Courts Press, 2003, XII + 756 p. ; I. R. McBride, «“When Ulster joined Ireland”: Anti-Popery, Presbyterian Radicalism and Irish Republicanism in the 1790’s » Past and Present, n° 157, novembre 1997, pp. 63-93 ; Jim Smyth (éd.), Revolution, Counter-Revolution and Union. Ireland in the 1790’s, Cambridge, Cambridge University Press, 2000 ; Thomas Bartlett et Keith Jeffery (éd.), A military history of Ireland, Cambridge, Cambridge University Press, 1996 ; T. W. Moody et W. E. Vaughan (éd.), A New History of Ireland. Eighteenth-Century Ireland (1691-1800) IV, Oxford, Oxford University Press, 1986 ; Thomas Pakenham, The Year of Liberty. The history of the Great Irish Rebellion of 1798, Londres, Hodder & Stoughton, 1969.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Dupuy, « La Grande Rébellion irlandaise de 1798 : répression et tentative d’union  », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 94-95 | 2005, 69-76.

Référence électronique

Pascal Dupuy, « La Grande Rébellion irlandaise de 1798 : répression et tentative d’union  », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 94-95 | 2005, mis en ligne le 01 janvier 2008, consulté le 21 août 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1085

Haut de page

Auteur

Pascal Dupuy

Maître de conférences, Université de Rouen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page