Navigation – Plan du site
DOSSIER
Approches régionales

Les révoltes dans les ports maritimes normands au xviiie siècle

Eric Saunier
p. 59-68

Résumé

L’étude des révoltes dans les ports maritimes normands au xviiie siècle présente pour intérêt de montrer la diversité des comportements dans les sociétés urbaines d’une même province. À la différence des séditions qui rythment l’histoire de Rouen, c’est une situation de paix sociale qui caractérise la vie des cités du littoral normand jusqu’à la fin du siècle. Malgré une croissance démographique importante, malgré les antagonismes culturels opposant terriens et gens de mer, la domination du négoce dans ces villes moyennes dépourvues de fonction administrative importante permet de mettre en place un système de relations sociales porteur d’une régulation montrant son efficacité jusqu’aux années 1793-1795, moment durant lequel l’intensité de la crise économique et politique provoque une rupture brutale de cette évolution.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Après Rouen (70 000 habitants) et Caen (38 000), Dieppe (25 000) et Le Havre (20 000) sont les vil (...)

1Comparer les comportements adoptés par les sociétés portuaires maritimes à ceux qui se sont manifestés dans les villes de l’intérieur comme Rouen s’impose presque naturellement en Normandie. Deux des quatre villes les plus peuplées (Dieppe et Le Havre) mais aussi nombre de « villes moyennes de niveau inférieur » 1, dont l’importance est une caractéristique de l’armature urbaine de la province, sont en effet des ports maritimes situés le long d’un littoral qui joue par ailleurs un rôle essentiel dans le remarquable développement économique qui touche la partie orientale de celle-ci au xviiie siècle.

2Dans le cadre de la problématique générale relative aux séditions urbaines à la fin du xviiie siècle, la question que nous nous sommes posée est donc simple : la ville portuaire comporte-t-elle face aux mouvements de révoltes qui touchèrent l’ensemble des villes normandes une singularité de comportement en raison du particularisme dans la composition sociale provoqué par la surreprésentation du négoce et par la présence des métiers portuaires ?

  • 2  Pour la situation sociale de la ville de Dieppe à la fin du règne de Louis XIV, cf : G. Lemarchand (...)
  • 3  Cf. J. Nicolas, La Rébellion française. Mouvements populaires et conscience nationale, 1661-1789, (...)
  • 4  L’auteur fixe le début d’un pic de mécontentement à partir de 1763.
  • 5  Cf. Cl. Mazauric, Jacobinisme et Révolution, Paris, E.S., 1984, p. 155-170.
  • 6  Sur ces questions, voir les développements de J. Legoy (Le peuple du Havre et son histoire. Tome 1 (...)

3A cette question, une réponse affirmative s’impose rapidement, les attitudes montrées par les sociétés portuaires du littoral maritime normand témoignant d’une originalité peu contestable qui émerge à travers deux aspects. Le premier est la faiblesse des mouvements sociaux ayant affecté ces villes jusqu’en 1791, laquelle provoque d’ailleurs un net contraste entre le climat social de tensions contenues qui règne dans ces cités et la permanence des conflits ouverts qui rythment l’histoire des villes intérieures comme Rouen ou Caen tout au long du xviiie siècle. Une fois passé l’ultime temps de troubles qui survient au Havre et surtout à Dieppe 2 entre la guerre de la Ligue d’Augsbourg (1689-1697) et la Régence, les séditions sont d’ailleurs si peu nombreuses qu’il nous est impossible de déterminer des séquences, et encore moins de proposer une typologie des motifs de ces mouvements inspirée de celle proposée par Jean Nicolas 3. L’absence de troubles majeurs caractérise tout particulièrement la vie sociale de ces villes dans la seconde moitié du siècle dont l’évolution s’inscrit ainsi à contre-courant du mouvement d’ensemble d’une histoire des sociétés urbaines rythmée par une croissance du nombre de révoltes durant cette période 4. Entre 1789 et 1791, le début de la Révolution, un moment qui voit Rouen connaître des troubles sociaux importants dont la célèbre affaire Bordier et Jourdain 5 constitue le point d’orgue, est marquée par la réussite des élites urbaines havraise et cherbourgeoise à endiguer la pression populaire grâce notamment à la mise en place rapide d’une assistance sociale efficace 6.

  • 7  Les émeutes organisées à Fécamp en mars 1795 puis à Dieppe et Honfleur en juin sont parmi les trou (...)

4De ce constat découle le second trait original qui apparaît dans le comportement des sociétés portuaires normandes face à la crise révolutionnaire. Il s’agit de leur réactivité tardive mais très intense. Dans un contexte où la perspective de la guerre place les ports normands en position stratégique en raison de la proximité de la menace anglaise et de la place qu’ils occupent dans le dispositif de défense mis en place par le gouvernement révolutionnaire, les révoltes éclatent durant un court moment allant de l’automne 1791 à la disette de l’an III, l’intensité des troubles sociaux que provoque cette dernière dans les villes maritimes normandes révélant le caractère artificiel de la paix sociale qui régnait depuis plus d’un demi-siècle 7.

5C’est bien sûr la singularité de comportement des ports normands qui sera au centre de la réflexion que nous proposons. Il convient cependant de la resituer dans le cadre social original que constitue la ville maritime, d’autant que celui-ci ne détermine pas, loin s’en faut, la nature de l’évolution dont nous venons rapidement de tracer les grandes lignes.

  • 8  On passe ainsi de 30 maisons négociantes entre 1765 et 1770 à 51 entre 1783 et 1789, date à laquel (...)
  • 9  S. Kaplan, La fin des corporations, Paris, Fayard, 2001.

6Le contexte dans lequel se développent les rapports sociaux dans les ports normands au xviiie siècle est d’abord celui de toutes les villes maritimes. Il est a priori un milieu propice au déclenchement de troubles sociaux. Malgré des différences considérables dans la représentation des groupes issue de la diversité des fonctions qu’elle peut occuper, la ville portuaire présente en effet toujours de forts clivages sociaux. La croissance rapide du milieu négociant, qu’illustre de manière très significative l’exemple havrais 8, se traduit par une montée des tensions avec le monde des métiers sans doute plus forte dans ces villes que dans celles de l’intérieur. La perte du pouvoir politique que subissent les maîtres des corporations, aperçue à Cherbourg et au Havre dans l’éviction progressive des assemblées communales dont ils sont les victimes entre 1750 et 1770, entraîne en effet dans ces cités un renforcement de l’attachement à une culture corporative restée vivace dans l’ensemble du monde urbain au xviiie siècle 9. Ainsi au Havre, preuve de ce phénomène, l’histoire de l’échec de la fondation de la juridiction consulaire (1754) doit moins à un complot du négoce rouennais, comme le prétendra ultérieurement l’ensemble de l’historiographie locale, qu’au refus des petits négociants de la place de voir émerger un instrument privilégié du développement commercial qui serait sous la houlette des grands négociants étrangers du port fraîchement installés.

  • 10  Si l’ensemble de la province connaît une stagnation démographique au xviiie siècle (la croissance (...)
  • 11  La densité de population au Havre atteint à la veille de la Révolution 686 habitants à l’hectare ( (...)
  • 12  Le contexte économique de l’évolution des ports normands est dans l’ensemble celui du recul qui af (...)

7Dans le contexte démographique de croissance importante qui caractérise les villes portuaires de la façade atlantique au xviiie siècle, et que n’ignorent pas les ports normands 10, l’essor économique nourrit également l’arrivée massive de pauvres venus des campagnes du Caux pour travailler sur le port, provoquant ainsi un entassement et un gonflement des faubourgs inquiétants 11. La situation est d’autant plus tendue que les fondements économiques sur lesquels reposent les transformations des sociétés portuaires normandes sont relativement fragiles, même au Havre qui est pourtant l’objet d’un décollage économique spectaculaire mais très tardif 12.

  • 13  Cf. A. Cabantous, Le ciel dans la mer, Paris, 1990.
  • 14  Cf. F. Rabaud, « Recherches sur la confrérie du Saint-Sacrement et les lieux de sociabilité au Hav (...)
  • 15  Cf. S. Marie, « Livres et pratiques sociales en milieu portuaire au xviiie siècle », mémoire de ma (...)

8En outre, les comportements culturels des habitants des ports maritimes se caractérisent par de très forts antagonismes, exacerbés par rapport à ceux des sociétés des villes de l’intérieur en raison du clivage existant entre la culture des « terriens » et celle des gens de mer. Au-delà de l’attachement bien connu des marins aux pratiques religieuses 13, la vigueur maintenue de la sociabilité des confréries parmi les hommes appartenant au monde maritime 14 ainsi que le fort maintien du livre religieux au sein du négoce 15 distinguent la sensibilité manifestée par cette partie de la population de celle des groupes qui se situent hors de la sphère maritime et négociante. Ces derniers connaissent en effet un attiédissement de la pratique religieuse que facilite le faible encadrement clérical dont ces villes font l’objet.

  • 16  Au Havre, l’échevinat dominé par le négoce a facilité la reconnaissance de sept « sociétés particu (...)
  • 17  Cf. E. Saunier, « Les négriers et la franc-maçonnerie. Les pratiques culturelles dans un port de t (...)
  • 18  Cf. G. Lemarchand, art. cit.

9Enfin, au-delà des tensions entre les groupes sociaux, le climat est rendu propice à la sédition en raison de la solide culture de l’autonomie dont les élites portuaires sont porteuses. Consolidée par la présence des solidarités originales mises en place par les représentants des métiers spécialisés du port qui se situent dans sa dépendance et partagent ses vues 16 et par un réseau de sociabilité permettant aux négociants de tisser des liens étroits avec leurs homologues d’autres ports 17, cette culture se concrétise sur le plan politique par une très forte tendance à résister au pouvoir monarchique. Elle émerge notamment dans le contournement réussi des volontés exprimées par celui-ci, le règne de Louis XIV n’ayant pas abouti dans ces villes à écraser les « libertés communales ». Dans des domaines aussi importants que l’application de la politique religieuse ou de la politique urbanistique, l’échevinat havrais contrecarre sans hésiter la volonté royale, qui par le refus d’appliquer une politique anti-protestante draconienne mais contraire aux intérêts d’un négoce à l’École de l’Angleterre, qui par un manque d’empressement à imposer les mesures d’assainissement de la ville préconisées depuis le milieu du xviie siècle. Celles-ci pourraient il est vrai compromettre l’équilibre social fragile de ce port. Ainsi, les ports normands ne sont-ils pas par nature des havres de paix et cela d’autant plus qu’ils n’ont pas été épargnés par les troubles de la fin du règne de Louis XIV 18.

10Néanmoins, le contexte régional dans lequel s’intègre notre étude donne une autre singularité qui atténue la dangerosité suggérée par la teneur des relations sociales que nous venons de décrire. Les sociétés portuaires normandes appartiennent en effet à l’espace socio-économique particulier qui est celui des ports de la Manche. Trois éléments fondent la cohérence et l’originalité de ce dernier.

  • 19  Seul Le Havre, avec 270 individus présents sous la Révolution, présente une communauté d’étrangers (...)
  • 20  Les juifs présents au Havre sont au nombre de quatre. Concernant le rôle que peut exercer leur pré (...)

11Le premier émerge dans la nature des mouvements migratoires qui concernent les ports de cette façade maritime. Ces derniers présentent en effet une spécificité qui contribue à désamorcer un climat de conflits sociaux dans lequel la stigmatisation des minorités est souvent un facteur de déclenchement. Il s’agit du très faible poids occupé par la diaspora des migrants non régnicoles 19 et de confession juive 20. Autre élément facilitant la mise en place de la paix sociale : l’armature urbaine du littoral manchot voit s’imposer un ensemble de villes moyennes dans lesquelles la mise en place du lien social est sans doute moins difficile que dans les grands ports de la façade atlantique comme Bordeaux (110 000 habitants) et Nantes (80 000). Et cela d’autant que la fonction administrative des ports normands est très modeste. On touche ici au troisième facteur, sans doute le plus important, qui contribue à diminuer le « potentiel séditieux » de ces villes. Les ports normands se distinguent en effet des villes de l’intérieur de la province comme de nombre d’autres villes portuaires par une sous-représentation de la robe et des talents. De fait, leur structure sociale est réduite à un ternaire (négoce, métiers traditionnels, masse des travailleurs portuaires). Or, si les tensions entre ces trois groupes sont nombreuses, l’étroitesse de la classe moyenne joue incontestablement en faveur de la paix sociale car elle permet au négoce d’organiser à sa guise un système de relations très efficace pour prévenir les conflits.

  • 21  Sur les développements qui suivent, cf. E. Saunier, « La métamorphose des ports maritimes normands (...)

12L’hégémonie exacerbée qu’exerce le négoce sur la ville portuaire normande entraîne en effet la mise en place d’un mode de régulation sociale qui est selon nous la clef pour comprendre l’endiguement réussi des mouvements sociaux, puis la violence que ceux-ci revêtent après 1791. Il apparaît particulièrement au Havre où l’oligarchie négociante, qui vient seulement de triompher politiquement de l’élite des métiers quand s’amorce l’envol colonial, a soin de mettre en place des pratiques culturelles contribuant à assurer la paix sociale en raison des dangers que pouvait entraîner la rencontre de deux facteurs de déstabilisation. L’insatisfaction du monde des métiers, écarté de la direction de la cité, pouvait en effet conduire ce dernier à instrumentaliser avec succès les migrants qui, au même moment, commencent à converger massivement vers cette ville pour s’y installer dans des conditions très précaires. Face à ce contexte social délicat, le négoce établit donc une stratégie qui vise à accentuer la fluidité sociale dont les effets pacificateurs vont se manifester jusqu’en 1791 21.

  • 22  Cf. E. Saunier, « Mobilité et relations sociales dans une ville portuaire au xviiie siècle : l’exe (...)
  • 23  Cf. la biographie récente d’Hervé Chabannes concernant le père du célèbre naturaliste Charles Lesu (...)

13Cette stratégie émerge notamment à deux niveaux. Premièrement : dans des pratiques matrimoniales dont les inflexions montrent deux aspects intéressants. Il s’agit d’une part de l’ouverture plus importante en dehors du groupe négociant qui émerge après 1770 22 et, d’autre part, de la préférence progressive accordée lors des unions matrimoniales aux groupes les plus proches professionnellement. Cette évolution se fait aux détriments d’une élite des métiers qui était auparavant l’alliée naturelle du négoce havrais, et cela même lorsque les positions économiques de ces derniers sont plus avantageuses que celles des commis de négoce et des capitaines de navire devenus les bénéficiaires des stratégies matrimoniales des armateurs havrais. Cette situation facilite bien sûr la mainmise de la culture du négoce sur la ville, d’autant que s’ajoute à ces faits l’implication croissante dans les affaires du négoce havrais du petit milieu de la robe qui a émergé autour de l’Amirauté 23.

  • 24  Cf. E. Saunier, Révolution et sociabilité en Normandie au tournant des xviiie et xixe siècles : 60 (...)

14Deuxièmement, la réorganisation de l’espace de sociabilité, qui naît de l’émergence véritable du fait maçonnique au milieu des années 1770, est l’occasion de compléter ce dispositif destiné à amplifier la fluidité sociale. L’espace de sociabilité havrais, comme celui de l’ensemble des villes portuaires normandes, se caractérise en effet, à partir de cette date, par sa densité mais surtout par son inclination à faciliter la cohabitation entre les groupes sociaux, comme le montre l’importante circulation humaine d’un lieu de sociabilité vers l’autre 24. Cette ouverture s’accompagne bien sûr de la mise en place de quelques filtres qui prémunissent l’oligarchie havraise contre les effets néfastes d’une fluidité excessive. On relève ainsi la primauté qui est accordée, dans le cadre de ce processus, à une implantation de longue date dans la cité pour l’acceptation des nouveaux venus parmi l’élite.

  • 25  L’évolution de la démographie des commis de négoce au Havre est particulièrement intéressante : au (...)
  • 26  Cet édit entraîne dans cette ville une réorganisation des corporations qui se traduit par une rédu (...)

15Si ce système n’est pas sans entraîner des frustrations, notamment avec le monde des métiers qui en est la victime principale, il est une source de paix sociale en raison des espoirs qu’il fait naître auprès de groupes dont les effectifs connaissent une croissance impressionnante (commis de négoce 25, capitaines de navire…) impliqués dans cette évolution et de l’incapacité d’une classe moyenne, écrasée ou absorbée, à constituer un front concurrent. Ainsi, la réaction des métiers havrais est-elle, faute de pouvoir répliquer réellement à la domination du négoce, de liquider des petits producteurs, notamment à l’occasion de l’Édit de 1779 26, puis de stigmatiser les artisans anglais venus au Havre dans le sillage des négociants à partir des années 1780. L’émiettement du seul groupe qui aurait pu constituer un contre-pouvoir à la domination du négoce renforce un peu plus la mainmise de celui-ci sur l’ensemble de la société havraise, l’efficacité de la stratégie du négoce étant facilitée, à l’autre extrémité de l’échelle sociale, par le double éloignement des conflits que permettent l’activité maritime et la formation de faubourgs servant de réceptacle aux migrants.

  • 27  Cf. G. Lemarchand, « Jacobinisme et violence révolutionnaire au Havre de 1791 à septembre 1793 », (...)
  • 28  Cf. G. Lefebvre, op. cit.
  • 29  Il est à noter que ces deux sociétés sont les seules à choisir un appartement privé comme lieu de (...)
  • 30  Ibid., p. 243-249.
  • 31  Cf. E. Saunier, « La recomposition du monde du travail dans les villes du littoral atlantique sous (...)

16Survenue dans ce contexte, la Révolution n’entraîne pas, du moins dans un premier temps, le craquement du système car ce dernier est servi par le fait que les gouvernements successifs doivent ménager une bourgeoisie qui domine des villes situées en position stratégique dans la perspective d’un conflit militaire 27. Ainsi, la révolution municipale en douceur au Havre et à Cherbourg tranche-t-elle avec les désordres rouennais. Elle se traduit au pire, quand la structure sociale de la ville s’y prête, comme à Cherbourg, par un face à face entre les bourgeoisies pour la maîtrise des institutions municipales 28 lors duquel les couches populaires interviennent peu. Surtout, nombre de pratiques montrent la capacité de ce système à se prolonger entre 1789 et 1791. La pérennité des stratégies se perçoit notamment dans la manière dont la sociabilité révolutionnaire, malgré son caractère novateur, reprend avec succès les anciennes formes de médiation. La survie puis la prise en main de la sociabilité maçonnique, laquelle s’efface pourtant dans nombre de villes intérieures (Rouen), constitue un premier signe de ce processus. C’est cependant dans la manière dont les sociétés populaires (elles sont parmi les premières et les plus importantes de la province) s’organisent que l’on peut au mieux rendre compte de sa réussite. L’attachement des sociétés populaires d’Honfleur et de Cherbourg au mode de relation inhérent à la sociabilité d’Ancien Régime 29 montre ainsi la volonté de faire de celles-ci de nouveaux lieux de médiation, de même que la fréquence des réunions ou l’existence d’une politique consensuelle rendant les clivages professionnels secondaires qui caractérisent cette dernière 30. La capacité à reconstruire du lien social sous les formes anciennes resurgit également avec force sous le Consulat avec, au Havre, l’émergence de la Police des Brouettiers, des Brémens et des Portefaix, en 1802. Cette société propose, avec le soutien de l’oligarchie négociante dominant la municipalité, et cela malgré les réticences du sous-préfet Stanislas Faure, de reconstituer ni plus ni moins le cadre corporatif après quelques années de troubles sociaux auxquels cette ville n’était plus habituée depuis plus d’un demi-siècle 31.

17Car l’entrée en guerre et la révolte de Saint-Domingue en juin 1792 s’agissant du Havre ont fini par entraîner le délitement brutal de ce système de régulation sociale et l’émergence de mouvements sociaux persistants jusqu’en 1795.

  • 32  La pression démographique sur la région havraise est alimentée par la fuite des campagnes et les a (...)
  • 33  Concernant notamment l’évolution des stratégies matrimoniales, cf. T. Fontaine, « La recomposition (...)
  • 34  Sur la société populaire d’Ingouville et les jacobins havrais, voir notamment les travaux de J. Le (...)
  • 35  Cf. C. Peyrard, op. cit., p. 180-181, 187, 247, 265, 308, 336.

18Au rang des explications que l’on ne peut refuser, il y a bien sûr la croissance des mouvements migratoires 32 qui finirent par faire éclater l’antagonisme latent opposant Le Havre et son faubourg Ingouville, où se met en place une société populaire de tendance hébertiste en mars 1793 qui est à l’initiative de la multiplication des troubles qui ont éclaté dans le port depuis l’automne 1791. Toutefois, c’est l’évolution des comportements culturels de la bourgeoisie négociante qui est sans doute l’élément déterminant dans l’écroulement du système. En rupture avec une Révolution à laquelle elle adhéra depuis l’été 1789, plus par résignation que par conviction, elle met progressivement fin, en raison de déboires économiques occasionnés par la guerre et par la révolte des Antilles, aux pratiques qu’elle avait élaborées depuis 1750. La fermeture progressive qui en découle 33 facilite l’éclatement de révoltes. On doit ainsi remarquer le poids occupé dans l’organisation puis le déclenchement des contestations par les modestes commis de négoce qui furent parmi les exclus de la mobilité sociale liée aux stratégies matrimoniales du négoce et par les artisans étrangers dont la présence a été stigmatisée par nombre de maîtres de corporations à partir de 1780 34. Sous la pression de la société populaire radicale d’Ingouville, son homologue havraise et les sections de cette ville deviennent les lieux où se met en place une nouvelle alliance réunissant les couches populaires avec ceux qui furent les perdants des formes de la régulation sociale mise en place par le négoce. À Cherbourg, l’épuration violente de la société populaire, qui tranche avec les pratiques observées dans la majeure partie des autres sociétés politiques de l’Ouest, doit son explication à une rupture assez comparable. L’étude du milieu jacobin local montre en effet que c’est l’émergence soudaine du mécontentement d’un groupe d’hommes qui, à l’image de l’horloger Pierre Fossard 35, étaient les laissés-pour-compte d’un système de relations sociales qui provoqua dans cette ville à partir de 1792, comme dans nombre de ports maritimes normands, le déclenchement de conflits dont le paroxysme allait être atteint entre les Journées de Germinal et Prairial an III et la fin de l’année 1795.

  • 36  J. Nicolas met notamment en avant le rôle majeur occupé par Nantes et de Bordeaux lors des émeutes (...)
  • 37  G. Saupin, Nantes au xviie siècle. Vie politique et société urbaine, Rennes, Presses Universitaire (...)

19Au final, l’échec du système de régulation sociale mis en perspective entre les années 1791 et 1795 met bien sûr en avant la fragilité sur laquelle reposait le calme des années 1750-1791 dans les ports normands. Toutefois, au-delà de ce constat, l’existence de celui-ci montre à l’évidence qu’il y avait dans cette province, durant la seconde moitié du xviiie siècle, deux types de comportement différenciant l’attitude des villes maritimes de celle des villes de l’intérieur. On ne saurait pourtant achever le propos sans souligner la spécificité de cette évolution. Bordeaux et Nantes, notamment, constituent, à la différence des ports normands, les lieux récurrents de l’histoire troublée qui est le cadre de l’ouvrage de Jean Nicolas 36. Il est vrai que les sociétés de ces villes présentent une structure plus complexe, la complexité accentuant, comme l’a montré Guy Saupin dans son étude de la vie municipale à Nantes au xviie siècle 37, les antagonismes entre les groupes. Si ce constat empêche toute généralisation abusive de nos conclusions, il est aussi un facteur stimulant pour la recherche dans la mesure où il nous oblige, dans le cadre d’une histoire urbaine en plein renouvellement, à dégager des sous-espaces régionaux dont les singularités, loin d’appauvrir les perspectives, nourrissent in fine une réflexion sur l’existence de modèles évolutifs qui caractériseraient le développement des villes maritimes à l’époque de la transition révolutionnaire.

Haut de page

Notes

1  Après Rouen (70 000 habitants) et Caen (38 000), Dieppe (25 000) et Le Havre (20 000) sont les villes les plus peuplées de Normandie. Parmi les villes de plus de 5 000 habitants que compte la province figurent les ports maritimes de Granville, de Cherbourg, d’Honfleur, de Fécamp et de Saint-Valéry-en-Caux.

2  Pour la situation sociale de la ville de Dieppe à la fin du règne de Louis XIV, cf : G. Lemarchand, « Crises et économiques et atmosphère sociale à Rouen et à Dieppe à la fin du xviie siècle », Féodalisme, société et Révolution française. Études d’histoire moderne, xvie-xviiie siècles, Cahier des Annales de Normandie, n° 30, p. 159-183. Après cette date, des troubles, lors desquels plus de 2 000 Dieppois pillent les stocks de grains devant embarquer pour les îles, voient le jour en 1720. Seule ville où l’agitation tarde à retomber, Dieppe connaît des troubles récurrents dans le port jusqu’en 1733.

3  Cf. J. Nicolas, La Rébellion française. Mouvements populaires et conscience nationale, 1661-1789, Paris, Seuil, 2002, 607 p.

4  L’auteur fixe le début d’un pic de mécontentement à partir de 1763.

5  Cf. Cl. Mazauric, Jacobinisme et Révolution, Paris, E.S., 1984, p. 155-170.

6  Sur ces questions, voir les développements de J. Legoy (Le peuple du Havre et son histoire. Tome 1 : des origines à 1800, Saint-Étienne-du-Rouvray, éditions de l’Estuaire, vol. 1) concernant la reprise en main de la ville par la bourgeoisie locale entre l’été et l’automne 1789 après les brefs troubles qui suivirent la prise de la Tour François Ier, le 15 juillet, et de G. Lefebvre (Cherbourg à la fin de l’Ancien Régime et au début de la Révolution, Caen, Société d’enquêtes ethnographiques normandes, 1969) s’agissant de la canalisation des troubles par les élites à Cherbourg.

7  Les émeutes organisées à Fécamp en mars 1795 puis à Dieppe et Honfleur en juin sont parmi les troubles les plus importants survenus dans les départements normands en 1795.

8  On passe ainsi de 30 maisons négociantes entre 1765 et 1770 à 51 entre 1783 et 1789, date à laquelle les armateurs havrais sont près de 100 (Cf. P. Dardel, Commerce, industrie et navigation à Rouen et au Havre au xviiie siècle, Rouen, 1966, p. 167‑185).

9  S. Kaplan, La fin des corporations, Paris, Fayard, 2001.

10  Si l’ensemble de la province connaît une stagnation démographique au xviiie siècle (la croissance est seulement de 6 % entre 1770 et 1789), les cités portuaires connaissent une augmentation de population sensiblement plus forte. Le Havre passe notamment de 13 000 habitants au milieu du siècle à plus de 20 000 en 1789.

11  La densité de population au Havre atteint à la veille de la Révolution 686 habitants à l’hectare (contre 408 à Rouen) et le faubourg d’Ingouville, suite à une croissance démographique fulgurante, atteint presque 4 000 habitants.

12  Le contexte économique de l’évolution des ports normands est dans l’ensemble celui du recul qui affecte le littoral de la Manche au xviiie siècle, et dont témoigne notamment l’atonie du port de Dieppe après le bombardement anglais de 1694. Si Le Havre fait exception en raison de la place occupée par la cité océane dans le développement de l’économie coloniale, le ralentissement du commerce enregistré lors de la guerre d’Amérique montre cependant la fragilité sur laquelle repose le dynamisme de cette ville jusqu’au règne de Louis XVI. Cf. P. Dardel, Commerce, industrie et navigation à Rouen et au Havre au xviiie siècle, Rouen, 196666, p. 7-73.

13  Cf. A. Cabantous, Le ciel dans la mer, Paris, 1990.

14  Cf. F. Rabaud, « Recherches sur la confrérie du Saint-Sacrement et les lieux de sociabilité au Havre au xviiie siècle », mémoire de maîtrise de l’université du Havre préparé sous la direction de Christine Le Bozec et d’Éric Saunier, 1997, 105 p.

15  Cf. S. Marie, « Livres et pratiques sociales en milieu portuaire au xviiie siècle », mémoire de maîtrise de l’université du Havre préparé sous la direction d’Éric Saunier, 2000, 2 Vol.

16  Au Havre, l’échevinat dominé par le négoce a facilité la reconnaissance de sept « sociétés particulières » réunissant des métiers portuaires : les Bréments (ils ont le privilège du transport des liquides par voitures et chevaux et détiennent une charge héréditaire transmise par l’échevinat aux mains du négoce), les Brouettiers (ils emploient chevaux et camions depuis 1750 pour les marchandises sèches et se sont vu accorder une bourse et une société depuis 1763, les places étant également héréditaires), les Portefaix (ils sont aussi nommés par les échevins), les Calfats (dont la corporation existe depuis 1681), les Cordiers (ils sont depuis 1524 l’un des plus vieux corps de la ville), les Mesureurs des sels et les Voiliers (ils disposent de statuts depuis 1737). Ces quatre dernières sociétés dépendent de l’Amirauté et les responsables ont été intégrés aux affaires du négoce havrais.

17  Cf. E. Saunier, « Les négriers et la franc-maçonnerie. Les pratiques culturelles dans un port de traite : Le Havre à la fin du xviiie siècle », Esclavage, résistances et abolitions (sld Marcel Dorigny), Paris, CTHS, décembre, 1999, p. 139-151.

18  Cf. G. Lemarchand, art. cit.

19  Seul Le Havre, avec 270 individus présents sous la Révolution, présente une communauté d’étrangers non négligeable. Néanmoins, rapportée à une population qui dépasse sans doute les 20 000 habitants, la représentation des étrangers au Havre dépasse à peine les 5 %.

20  Les juifs présents au Havre sont au nombre de quatre. Concernant le rôle que peut exercer leur présence dans le déclenchement des révoltes urbaines dans les villes maritimes, voir l’exemple de Bordeaux en 1754 (cf. J. Nicolas, op. cit., p. 501).

21  Sur les développements qui suivent, cf. E. Saunier, « La métamorphose des ports maritimes normands : un modèle ? », IVe Congrès International d’histoire maritime, Corfou, 26 juin 2004, à paraître.

22  Cf. E. Saunier, « Mobilité et relations sociales dans une ville portuaire au xviiie siècle : l’exemple de l’élite havraise », Environnements portuaires. Port environnements, Rouen, PURH, 2003, p. 37‑58.

23  Cf. la biographie récente d’Hervé Chabannes concernant le père du célèbre naturaliste Charles Lesueur (H. Chabannes, Le rêve brisé de Jean-Baptiste Lesueur, Luneray, Bertout, 2004, 250 p.).

24  Cf. E. Saunier, Révolution et sociabilité en Normandie au tournant des xviiie et xixe siècles : 6000 francs-maçons de 1740 à 1830, Rouen, PURH, 1999, 567 pages.

25  L’évolution de la démographie des commis de négoce au Havre est particulièrement intéressante : au nombre de quatre d’après la capitation en 1705, ils sont 28 en 1745 et 75 en 1775.

26  Cet édit entraîne dans cette ville une réorganisation des corporations qui se traduit par une réduction de leur nombre. Lors de celle-ci, les maîtres chargés de la direction des opérations se distinguent par la préférence qu’ils accordent aux candidats originaires de la cité. S’agissant des réactions contre les artisans étrangers arrivés au Havre dans le sillage des grands négociants, cf. E. Saunier, « Le Havre : une ville atlantique face aux étrangers à l’époque moderne », Les représentations du monde atlantique, Nantes, novembre 2003, à paraître fin 2005.

27  Cf. G. Lemarchand, « Jacobinisme et violence révolutionnaire au Havre de 1791 à septembre 1793 », Féodalisme, société et Révolution française. Études d’histoire moderne, xvie-xviiie siècles, Cahier des Annales de Normandie, n° 30, p. 355-379.

28  Cf. G. Lefebvre, op. cit.

29  Il est à noter que ces deux sociétés sont les seules à choisir un appartement privé comme lieu de réunion (Cf. C. Peyrard, Les jacobins de l’Ouest, Paris, Publications de la Sorbonne, 1996, p. 41).

30  Ibid., p. 243-249.

31  Cf. E. Saunier, « La recomposition du monde du travail dans les villes du littoral atlantique sous le Premier Empire : l’exemple havrais », L’effort de guerre (J.-P. Rothiot, dir.), Paris, CTHS, 2004, p. 141-152.

32  La pression démographique sur la région havraise est alimentée par la fuite des campagnes et les arrivées de Paris. En deux ans, la ville du Havre passe ainsi de 18 000 habitants (1790) à 20273 (1792) et, entre les mêmes dates, le faubourg d’Ingouville de 3 689 habitants à plus de 8 000.

33  Concernant notamment l’évolution des stratégies matrimoniales, cf. T. Fontaine, « La recomposition de la population havraise sous le Premier Empire (1800-1815) », mémoire de maîtrise de l’université du Havre préparé sous la direction d’Éric Saunier, 2004, 115 p.

34  Sur la société populaire d’Ingouville et les jacobins havrais, voir notamment les travaux de J. Legoy, op. cit. ; de G. Lemarchand, « Jacobinisme et violence révolutionnaire au Havre de 1791 à septembre 1793 », Féodalisme, société et Révolution française. Études d’histoire moderne, xvie-xviiie siècles, Cahier des Annales de Normandie, n° 30, p. 355-379 ; et de D. Pingué, Jacobins et jacobinisme en Normandie orientale. Les sociétés politiques de l’Eure et de Seine-Inférieure (1790-1795), Paris, CTHS, 2001.

35  Cf. C. Peyrard, op. cit., p. 180-181, 187, 247, 265, 308, 336.

36  J. Nicolas met notamment en avant le rôle majeur occupé par Nantes et de Bordeaux lors des émeutes régionales qui eurent lieu en 1788 et 1789.

37  G. Saupin, Nantes au xviie siècle. Vie politique et société urbaine, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1996, 523 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eric Saunier, « Les révoltes dans les ports maritimes normands au xviiie siècle », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 94-95 | 2005, 59-68.

Référence électronique

Eric Saunier, « Les révoltes dans les ports maritimes normands au xviiie siècle », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 94-95 | 2005, mis en ligne le 01 janvier 2008, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1078

Haut de page

Auteur

Eric Saunier

Maître de conférences, Université du Havre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page