Navigation – Plan du site
DOSSIER
Approches méthodologiques

Pour une typologie des troubles ruraux en Europe (1760-1802)

Guy Lemarchand
p. 27-56

Résumé

L’étude des mouvements paysans étant développée de façon très inégale selon les nations européennes, une comparaison à l’échelle du continent est difficile. Malgré des ressemblances entre leurs émeutes, on peut distinguer des zones possédant leurs caractères propres sur ce plan. La révolution ne peut aboutir que par l’intervention populaire, tandis que les réformes menées par les monarchies de l’absolutisme éclairé échouent. S’il se produit des mouvements paysans contre-révolutionnaires, ils ne sont pas dirigés, en fait, contre les acquis de la Révolution française.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Europe, France
Haut de page

Texte intégral

1Dans la suite de l’enquête qu’il a dirigée sur les xviie et xviiie siècles français jusqu’à avril 1789, J. Nicolas a proposé pour la période de la Révolution une classification des troubles populaires en neuf catégories qui concernent aussi bien les campagnes que les villes. Malheureusement il semble que dans l’état actuel de l’historiographie en Europe on ne soit pas en mesure, dans la perspective d’une histoire comparée internationale, d’appliquer cette grille d’analyse sur tous les pays du vieux continent. Les révoltes populaires, en particulier les troubles ruraux, n’ont été étudiées systématiquement que, entre autres, en France, et assez récemment, depuis les années 1960. On n’est arrivé à une quantification à l’échelle nationale pour l’Ancien Régime seulement en 2002. Les études n’ont été également poussées – toutefois sans décompte d’ensemble – qu’en Grande Bretagne, en Belgique et, à un moindre degré, en Italie, en Suisse et en Espagne. De plus, en dehors de ces six nations, ce sont essentiellement les troubles anti-seigneuriaux qui ont attiré l’attention des historiens, presque à l’exclusion du reste. Ce vide relatif dans la recherche s’explique probablement par un préjugé concernant les paysanneries qui a longtemps prédominé chez les historiens et dans les élites cultivées et qui vient des Lumières : il semble ne rien se passer dans les campagnes, les sources administratives centrales et les mémoires privés n’évoquant que çà et là des incidents minimes et rares, ce qui confirme que les rustres constituaient une masse amorphe, résignée, enfermée dans la routine et l’ignorance. Cette représentation a régné aussi bien au Portugal, en Italie qu’en Suède, voire, jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, en France. En fait, si les ruraux demeuraient silencieux, c’était surtout parce qu’on ne les questionnait pas et qu’on n’allait pas dépouiller toutes les sources directes et indirectes où ils étaient acteurs : papiers des administrations locales, fonds des municipalités et des juridictions inférieures, rapports de gendarmerie, comptes de domaines, livres de raison… Dans ces conditions, tenter une typologie même sommaire reste aléatoire. Les grandes questions à se poser sont celles de la permanence et de l’omniprésence de la rébellion à travers l’Europe et de son caractère répétitif ; quels ont été les principaux déclencheurs du mouvement et, au-delà de leurs ressemblances, y a-t-il une différenciation selon les régions ? Y a-t-il une spécificité éventuelle de la période (les trois dernières décennies du xviiie siècle), fait-elle apparaître quelque chose de nouveau dans le comportement des paysanneries après le bouleversement des idées qu’a apporté la « philosophie » et avec le grand choc de la Révolution française ? Enfin y a-t-il eu et dans quelle mesure des révolutions sans pression des masses rurales et des révolutions qui voulaient empêcher les transformations de la société ?

Émeute, révolte, une agitation vaine ?

2Un préalable bien connu est celui du vocabulaire utilisé pour dénommer les incidents ruraux divers. Il n’est rigoureux ni chez les contemporains ni chez les historiens d’aujourd’hui. Généralement on désigne par émeute, « émotion » disent volontiers les administrateurs d’Ancien Régime, un fait limité dans l’espace, une ou quelques localités, où un groupe d’au moins 4 personnes qui ne sont pas de la même famille selon la définition retenue par J. Nicolas, dans une durée limitée à quelques heures ou quelques jours, essaie d’imposer par la force – mais le plus souvent sans effusion de sang – sa volonté ou de détruire des objets réputés scandaleux ou de chasser des individus jugés nuisibles. De plus ces « mutins » s’efforcent d’entraîner dans leur action plusieurs dizaines au moins d’autres villageois. La révolte est plus large et plus dure, elle mobilise les habitants de plusieurs paroisses, presque un « pays » au moins, et énonce des objectifs assez ambitieux comme supprimer un impôt déjà décidé ou presque, ou bien assurer des approvisionnements réguliers. Là il peut y avoir blessés et morts. La distinction entre les deux phénomènes demeure cependant assez floue et elle est plus quantitative que qualitative. La « guerre des farines » de 1775 n’est faite que d’émotions restreintes, quoique nombreuses, mais elle finit par mettre en cause toute une politique d’État. Dans la principauté roumaine de Valachie, c’est une révolte qui éclate en 1770 à la suite de l’arrivée des troupes russes contre les Turcs et après que les paysans se sont aperçus que contrairement à ce qu’ils avaient cru comprendre dans le message vague envoyé par Catherine II, ni l’armée d’invasion libératrice ni les boyards qui négocient avec elle n’ont l’intention d’améliorer sensiblement leur condition ; alors ils passent à une violence déchaînée contre seigneurs et administrateurs avec pillages, incendies et meurtres pour se libérer effectivement des charges féodales et se venger. Mais l’émeute, elle aussi, a un projet et assez rarement elle demeure un fait limité n’affectant qu’une localité un seul jour. En 1799-1801 en Grande-Bretagne, les troubles n’ont jamais menacé physiquement le gouvernement ni le régime des lords et de la riche bourgeoisie parlementaire, mais ils se sont étendus par contamination d’un lieu à l’autre sur près de la moitié de l’Angleterre, touchant même le sud de l’Écosse, et ont duré un an et demi, ce qui par accumulation ébranle les structures de la société et du pouvoir et a contribué à faire relâcher la répression contre les radicaux dont le réseau des clubs renaît alors en même temps que dans les bourgs apparaissent des réunions informelles à propos de la politique, et des assemblées clandestines de nuit. Dans l’un et l’autre cas il s’agit, comme le note J.-P. Poussou, de supprimer une injustice, injustice dont profiterait une petite minorité contre la masse des humbles réduits à la misère ; mais parfois il peut s’agir également d’aller plus loin en promouvant un nouvel ordre durable. L’armement des manifestants ne permet pas non plus de distinguer sûrement la révolte de l’émeute, car dans ces dernières, si les armes à feu sont rares, on utilise volontiers le gourdin et les instruments agricoles pour menacer les adversaires et dans la révolte l’armement est pour la plus grande part improvisé, la hache, la faux et la fourche étant d’usage particulièrement fréquent. S’il est vrai que toute émeute ne débouche pas sur une révolte, à l’inverse une révolte est précédée dans les décennies antérieures d’incidents limités qui signalent la montée d’une tension sociale ou politique. Ainsi avant la révolte d’Horea en 1784 avaient éclaté en Transylvanie habsbourgeoise des troubles plus réduits mais déjà notables en 1775, 1782 et 1784, qui montraient l’impatience croissante des populations serviles contre le régime seigneurial et même contre l’État.

3Quelle que soit l’ampleur du mouvement, le scénario de son déroulement rappelle fortement ce qu’ont déjà décrit Y.-M. Bercé et d’autres pour les révoltes françaises du xviie siècle, et il comporte presque toujours les mêmes actes essentiels où apparaissent à la fois une préparation préalable par quelques meneurs et une improvisation dans l’action. En premier lieu, il y a sur la base de la paroisse rassemblement des habitants appelés par la sonnerie du tocsin à l’église avec ou sans l’accord du curé, aussi bien par exemple en Alsace dans l’été 1789 qu’en Quercy à l’hiver 1790. Un cortège se forme qui se dirige vers le château seigneurial voisin ou bien vers les bâtiments publics où se tiennent représentants de l’autorité et notables ou encore vers la place du marché. A la tête de l’attroupement fréquemment quelques tambours, fifres ou violons ou des porteurs d’oriflammes lui donnent une allure militaire impressionnante et en même temps festive. Et à mesure que la marche avance, la foule grossit. En 1772 la bande des Steelboys, paysans protestants du nord de l’Irlande, regroupe plusieurs centaines de tenanciers appauvris par la rigueur des baux de location de la terre, qui se sentent assez forts pour envahir Belfast où sont établis l’administration royale et les marchands qui rachètent à bas prix leurs exploitations, et ils délivrent les prisonniers enfermés par les autorités.

4C’est souvent un incident de taille minime qui déclenche l’action. En Norvège en 1765 il suffit de quelques saisies de contribuables insolvables ou se prétendant tels afin de ne pas payer la capitation décidée en 1762 pour provoquer la « guerre des Strilars » qui menace Bergen. Fréquemment une rumeur où apparaît toujours la figure encourageante du souverain bienfaisant pour le peuple, fondée sur des informations déformées ou même de pures inventions, est à l’origine de la rébellion. Il s’agit surtout de soi-disant décrets du monarque dont au besoin on arbore le texte qui aurait donné satisfaction aux revendications des mutins. En Saxe centrale, en août 1790, court le bruit selon lequel l’Empereur approuve la révolte et va abroger les charges seigneuriales. En Russie, dans les dix années avant la révolte de Pougatchev et suivant une tradition qui remonte au xviie siècle, il n’y a pas eu, au milieu des troubles, moins de dix prétendants assurant qu’ils sont le tsar Pierre III échappé miraculeusement au meurtre de 1762. En Transylvanie, treize ans après le soulèvement de Horea, alors que le régime seigneurial s’est à nouveau durci sous l’empereur François II, se répand en 1797 la nouvelle que Joseph II, le bon souverain, et Horea ne sont pas morts. Le mouvement respecte donc un certain légalisme monarchique qui doit rassurer le pays et les manifestants eux-mêmes, qui par là rejoignent la norme sociale ambiante. Contradictoirement le ritualisme qu’ils observent s’accompagne volontiers de gestes de dérision, à la manière des saturnales de la Rome antique, qui indiquent qu’au moins provisoirement le pouvoir n’appartient plus aux maîtres traditionnels mais aux mutins. Ainsi souvent ils s’emparent des provisions de leurs victimes, les dévorent et boivent jusqu’à ne plus pouvoir rien avaler, et ils dérobent des bibelots et des instruments d’agrément qu’ils exposent fièrement ensuite comme leurs biens. En Aquitaine, en 1790-1791, les villageois plantent devant le château qu’ils ont investi des mâts, les « mais », qui représentent la force de la communauté. Sont particulièrement visés les objets symboliques signes de supériorité et domination, armoiries, girouettes, créneaux, fourches patibulaires ou potences.

5Par ailleurs la durée du mouvement joue fortement sur ses objectifs. Plus l’émeute s’étend dans le temps – un décompte en heures suffit pour cela et évidemment l’effet devient plus fort avec les jours lorsque le trouble reprend d’une semaine à l’autre – plus les objectifs que proclament les mutins se multiplient et la violence paraît. En Espagne, à Valence en 1801, l’émeute commence le 11 août contre le tirage au sort des « quintas », sorte de milice. Le 16 août elle s’amplifie et les paysans y sont nombreux. Puis le mouvement reprend, particulièrement en campagne, à partir du 17 septembre et pendant un mois avec à son programme la diminution des droits d’entrée des produits ruraux dans la ville, mais également la suppression des droits seigneuriaux, et on va brûler en troupe quelques censiers dans des châteaux voisins. D’ailleurs en réalité l’émeute, et à plus forte raison la révolte, ne se produisent pas dans un contexte de tranquillité et elles ne sont que les formes les plus radicales et les plus perceptibles pour l’historien d’une résistance opiniâtre, souvent discrète, à l’oppression et d’une volonté de mieux vivre marquée par la multiplication des actes individuels, tels que, par exemple, en Roumélie ottomane les déguerpissements à partir de la guerre de 1736-1739 entre le sultan et l’Autriche et la Russie. Il en va de même des refus de paiement des charges seigneuriales et des arrérages de redevances ou de loyers liés à la pauvreté et également au mauvais gré du redevable, qui progressent aussi au Danemark apparemment tranquille dans les années 1790. Plus graves, mais anonymes, sont les empoisonnements de bétail de grands propriétaires pratiqués en Irlande à la suite de l’alourdissement des baux et de l’extension des enclosures ; ou bien encore ce sont les abattages nocturnes d’arbres fruitiers d’enclos seigneuriaux, les pillages de bois en défens et le braconnage dont le nombre de cas augmente dans les années 1780 dans une province qui n’a jamais connu de grande révolte paysanne comme la Haute-Normandie. Sur le plan de l’acte collectif, ce sont les procès intentés par les communautés contre les seigneurs et parfois même les financiers ou usuriers qui ont prêté de l’argent au village. En Saxe après la grande révolte de 1790, outre les refus de corvée cette fois à l’échelle de tout le village, les procès intentés par les communautés contre les seigneurs s’élèvent à 392 pour la seule année 1792. Pourtant ces procédures sont fort longues, durent des années, elles sont souvent perdues par l’accointance des juges avec les dominants, et toujours onéreuses. En Russie ou en Pologne elles sont même interdites. Quoi qu’il en soit le rôle de la communauté paysanne est la plupart du temps important dans l’émeute et la révolte. Faible en Normandie, en Ile-de-France, dans les Pays-Bas autrichiens, dans le bassin de Londres comme en Catalogne, elle demeure forte en Castille, en Italie du Sud, en Serbie comme en Suède. Le voisinage, l’entraide dans le travail agricole, la participation aux droits agraires communs et à la jouissance des espaces collectifs très étendus, et l’assistance à l’office religieux de la paroisse, font de la communauté le lieu par excellence où se communique l’information et où apparaissent et s’organisent les réactions éventuelles à celle-ci. En Aquitaine, mais aussi en Bretagne en 1790-1791, ce sont fréquemment des villages entiers qui se soulèvent contre le maintien des droits seigneuriaux. Et la solidarité joue dans les deux sens : elle renforce et oblige aussi le paysan. En Saxe en août 1790 comme dans le sud-ouest de la France en 1790-1791, des ruraux arrêtés lors des manifestations anti-seigneuriales rapportent – fausse excuse mais parfois vérité – qu’ils ont agi par peur des représailles s’ils ne s’associaient pas aux autres habitants.

6Enfin les circonstances matérielles et politiques ont, pour déclencher et exciter la rébellion, à peu près toujours une grande influence. La conjoncture économique avec les crises de cherté des grains, même si elle ne provoque pas à chaque fois des émeutes, laisse des souvenirs amers chez ceux qui deviendront des émeutiers en d’autres occasions, et donc elle contribue à la montée d’une tension sociale. En même temps elle fragilise le pouvoir et peut l’empêcher de mener une politique fortement répressive contre les oppositions. A Lisbonne, face au mécontentement paysan contre le régime seigneurial, les quatre crises de 1780, 1785, 1789 et 1790 mettent la monarchie en difficulté. A Vienne, la cherté de 1789-1790 se produit au moment de la déception provoquée par le retrait des mesures favorables aux serfs libérés, dans un moment d’incertitude due au changement de souverain. Les variations démographiques participent également à l’atmosphère du moment de rébellion : ainsi qu’elles soient provoquées par la disette ou par les épidémies, les pointes de mortalité dans le royaume de Naples de 1764, 1788-1789 et 1793 ont précipité les pauvres des campagnes vers la capitale à la recherche d’un secours et revivifié une religiosité craintive. Dans les Balkans, en l’absence de toute politique sanitaire, est encore active la peste qui déstabilise géographiquement les populations : Salonique et la Thrace subissent pendant le xviiie siècle plus de douze vagues de maladies diverses, la plus ravageuse étant la peste de 1781. Enfin il faut compter avec la guerre dont les effets sont complexes. Lors du conflit avec la Russie provoqué par Gustave III (1788-1790), les paysans de Suède réagissent d’abord défavorablement vis-à-vis du roi à cause de l’inflation, de la demande du monarque d’accroître l’impôt et de l’impossibilité de racheter les redevances seigneuriales ni d’acquérir de la terre royale et la terre noble, pratiques interdites par la loi en 1772-1773, tandis qu’en Finlande la pénétration de l’armée russe entraîne une réaction d’hostilité à l’envahisseur, qui a la main lourde sur les paysans, et d’attachement au roi. Surtout le déplacement des troupes, quelles qu’elles soient, entraîne encore des destructions et un appauvrissement car elles vivent sur le pays, c’est-à-dire réquisitionnent, pillent, lèvent des indemnités, sans parler des meurtres et des viols. Les exactions sont particulièrement marquées dans les Balkans pendant les deux guerres menées par l’Autriche et la Russie contre l’empire Ottoman en 1768-1772 et 1787-1792, et en Pologne lors des mouvements des Prussiens, des Russes et des Autrichiens pour le partage de 1772. En Roumélie et dans les principautés roumaines on observe des migrations de paysans fuyant les combattants, et un regain d’hostilité aussi bien contre les boyards dont les exigences deviennent insupportables dans le dénuement que contre les Ottomans qui n’hésitent pas à châtier durement ceux qui ne les soutiennent pas. Et viennent renforcer les rangs de ceux qui vont lutter contre les Turcs les paysans qu’ont enrôlé pendant les deux guerres les armées des puissances européennes, formant même des régiments recrutés essentiellement parmi les ruraux roumains, bulgares ou serbes.

7Dernier moment du scénario des émeutes et révoltes rurales : la mise en œuvre de leurs résultats éventuels. Peut-on dire, comme on l’a répété, qu’elles sont toutes vouées à l’échec ? Certes la première réaction des gouvernements est à chaque fois qu’ils le peuvent d’envoyer des troupes les plus nombreuses possibles sur les lieux, lesquelles tirent vite sur les manifestants, procèdent à des arrestations nombreuses plus ou moins arbitraires, et on fait juger très vite et sévèrement ceux qui sont poursuivis. Lors des émeutes de subsistances de 1766 en Espagne sous le règne éclairé de Charles III connues sous le nom de « motin d’Esquilache » qui affectent surtout les villes mais aussi les campagnes de Vieille Castille, du Guipuzcoa et du centre de l’Aragon, à Palencia l’intendant de la province ne disposant que de très maigres forces de police laisse la municipalité de la ville céder à une partie des revendications des mutins sur la taxation des denrées ou la gratuité des pacages communaux. Mais, lorsque les foules sont dispersées, il revient sur les concessions précédentes et engage des poursuites. A Saragosse, après avoir ordonné la baisse des prix et n’avoir pas pu empêcher la mise à sac de sa résidence et de maisons de riches marchands, quand des renforts militaires sont arrivés, on s’attaque aux trublions et plus d’une vingtaine sont pendus en une quinzaine de jours. Lors de la révolte d’Horea, en dépit de la réputation de douceur de l’empereur Joseph II, lors du premier heurt des soldats avec les séditieux le 6 novembre 1784, 140 de ceux-ci sont tués, d’autres se noient dans le cours d’eau voisin en essayant de s’échapper et 34 sont faits prisonniers qui sont décapités le lendemain. Le 7 novembre il y a encore 20 morts et 41 prisonniers. Les petits États utilisent, malgré leurs faibles moyens, le même procédé. La République des États Belgiques Unis mobilise contre les révoltés flamands en juin 1790 une armée avec des canons, de la cavalerie et le soutien de milices urbaines, elle fait tirer et il y a ensuite de nombreuses poursuites. En Suisse, comme pour les troubles urbains, le gouvernement de chaque canton, en cas de besoin, fait appel à l’aide de ses voisins contre ses propres ruraux. Lors de la révolte des Chenaux (du nom du leader J.-B. Chenaux) en 1781-1783, le gouvernement de Fribourg reçoit le secours armé de Berne, Lucerne et Soleure. En 1790-1792 les désordres en partie anti-seigneuriaux dans l’évêché de Bale, sujet du Saint Empire mais allié à la Confédération helvétique, l’évêque demande et obtient l’arrivée de soldats autrichiens en 1791, en 1792 c’est l’armée française qui intervient. Le sultan ottoman est encore plus brutal : pendant la guerre de 1768-1774, pour reprendre la Morée dont les habitants ont rallié la cause des Russes et des Autrichiens, il envoie des corps d’irréguliers bosniaques musulmans qui ravagent et tuent sans merci. Néanmoins, suivant les circonstances, la violence d’État débridée est parfois suivie d’une certaine indulgence. En Saxe, après avoir déployé 5 000 hommes contre la révolte anti-seigneuriale d’août 1790 et procédé à 158 arrestations, il n’y a pas de condamnation à mort et la peine prononcée le plus souvent est celle du pilori. Il est probable que la crainte de la contamination de la Révolution française retient la répression ; on retrouve la même clémence relative en Silésie prussienne (ex polonaise) en 1793. Surtout, quelquefois le soulèvement aboutit à un résultat limité mais réel. Après le mouvement de 1766 le gouvernement espagnol décide de créer dans les grandes villes des députés élus qui seront consultés sur les questions d’approvisionnement, mais il est vrai qu’il ne revient pas sur la liberté du commerce des grains proclamée en 1765. En Hongrie en 1790, Léopold II empêche de s’étendre les troubles dus à l’abrogation de l’édit de Joseph II convertissant la corvée et les services en rente argent en quadrillant très rapidement le pays avec l’armée, en faisant arrêter les suspects et en instituant un système de passeports pour les déplacements intérieurs. Toutefois en 1791 quelques concessions sont accordées, non à la paysannerie mais – diviser pour régner – à la bourgeoisie qui reçoit un droit d’appel des jugements des tribunaux urbains et des tribunaux de comitats. Plus substantielle est la suite de la révolte d’Horea : huit mois après celle-ci, l’empereur supprime le servage en Transylvanie (22 août 1785). Sans changer sa politique d’alliance avec les seigneurs, même Catherine II, après le soulèvement de Pougatchev, assouplit la condition des paysans « assignés » au travail forcé dans les manufactures et augmente leurs salaires, car ils avaient soutenu en grand nombre la révolte et en 1807 le tsar libère 80 % de ceux qui sont employés dans l’Oural, le système s’avérant peu efficace économiquement. Le sultan, lui, en difficulté devant les puissances chrétiennes, lors du retrait des Autrichiens de la guerre en 1790, accorde l’amnistie aux Serbes qui s’étaient réfugiés auprès des Impériaux et 50 000 rentrent au pays. En 1793, alors que de nombreux Serbes, Bosniaques et Bulgares ont continué à combattre les Turcs aux côtés des Russes, il donne aux Serbes divers avantages : le tribut sera fixe et levé par les chrétiens, les knèzes feront seuls la police des villages. Mais il ne consent pas à les laisser élire un chef et constituer un État comparable à celui des Principautés roumaines qu’ils réclamaient. De toute façon, la répression, si terrible soit-elle, n’écrase pas la résistance paysanne pour des siècles : en Russie, après la révolte de Pougatchev où les soldats envoyés contre elle ont fait probablement (on ne sait exactement) plus de 10 000 morts, on constate une reprise de troubles violents à partir de 1796 sous Paul Ier. En fait, vis-à-vis de pouvoirs ayant de gros moyens matériels et fortement répressifs, le mouvement paysan sans équipement militaire et sans discipline ne peut porter de fruits que par accumulation, donc à long terme.

La différenciation des mouvements à travers l’Europe

8A côté des ressemblances entre les mouvements ruraux fréquemment venues d’un passé lointain et que montrent les travaux historiques inspirés par l’anthropologie, existent aussi de fortes différences en fonction de leur localisation. Car évidemment à travers l’Europe et même à l’intérieur de chaque État les situations et plus profondément les structures économiques, démographiques et sociales varient. Les appareils d’État diffèrent également et donc les mêmes actions de révoltes n’aboutissent pas partout nécessairement aux mêmes résultats ou à l’absence de résultat. A l’échelle du continent on peut en premier lieu distinguer cinq facteurs principaux à l’origine des troubles paysans. Il y a d’abord les subsistances et les crises périodiques de cherté. La multiplication des paysans parcellaires acheteurs au moins d’un complément de grains pour leur consommation et des sans-terre avec l’expansion démographique générale en Europe, l’adoption après 1760 de politiques de libéralisation de la circulation des denrées par les gouvernements gagnés par la physiocratie en France comme en Suède ou dans les États des Habsbourg, ont accru les occasions d’incidents qui intéressent les campagnes autant que les villes. Agit dans le même sens la tendance à la restriction des communaux sous l’emprise des seigneurs et des bourgeois cherchant à mettre en valeur les espaces relativement peu utilisés afin de profiter de la tendance longue à la hausse des prix agricoles, phénomène particulièrement net en Espagne ou même en Pologne près des lieux d’exportation. Dans un pays aussi urbanisé pour l’époque que la France on ne compte en 1793 pas moins de 2 446 lieux de marché, dont évidemment le plus grand nombre est rural. Si brève soit-elle, l’émotion en cette matière tourne vite au conflit social car d’abord les émeutiers expriment une revendication qui n’est pas sans portée générale, les fameux principes d’« économie morale » décrits par E.P. Thompson, sorte de préface rudimentaire des droits de l’homme mettant l’accent sur le premier droit, le droit de tous à la vie. Ensuite, très vite, les slogans et les actes tournent à la mise en accusation des autorités ministérielles ou régionales, gouverneurs, intendants, même municipalités, soupçonnés de protéger la spéculation génératrice des hauts prix et d’avoir parti lié avec les accapareurs, gros décimateurs et marchands bladiers – le mythe du pacte de famine – dont on finit par saccager les maisons, confondant vite riches bourgeois et négociants en denrées. Dans la généralité de Rouen lors de la crise de 1775, on ne se contente pas de taxer le grain sur les marchés, on perquisitionne chez des gros fermiers, dans des monastères réputés gros décimateurs, chez quelques curés qui ont part à la dîme, et même quelques seigneurs sont menacés. En Bohème la disette de 1772-73 provoque un début de mobilisation anti-seigneuriale.

9Second motif de colère paysanne : le poids excessif ou en augmentation des obligations seigneuriales. Cette lutte va du refus concerté des redevances et des corvées, de l’occupation en groupe des terres vaines, des forêts et des rives de lacs reconnus officiellement comme propriété seigneuriale, jusqu’à la destruction des clôtures dressées par le possesseur qui est souvent le seigneur ayant exercé les droits de cantonnement, plantis et autre, que lui accordent la coutume et la loi au nom de la concession primitive du sol, ou bien encore le seigneur qui a consenti un prêt à la communauté plus ou moins gagé, ou qui a récupéré des tenures par un biais juridique ou la simple contrainte directe. Mais partout, surtout en Europe occidentale, le détenteur de ces espaces peut être un créancier du village, bourgeois sans fief qui avance de l’argent à l’occasion du paiement des impôts ou des dépenses dues à des destructions de guerre, et qui recouvre le capital prêté et les intérêts et souvent davantage, en s’emparant des espaces collectifs. Forme également de violence paysanne et plus radicale : l’exigence en force de la production par le seigneur des « titres primitifs » justifiant les prélèvements et les prestations de travail qu’il réclame, ou bien la pression sur le seigneur afin qu’il rédige ce qu’on appelle dans le Sud-Ouest ou en Bourgogne en 1790-1792 une « renoncie » où il abandonne ses droits, ou bien encore le brûlement du censier pour supprimer définitivement toute charge. En même temps, on réclame la restitution du produit des dernières levées de redevance. A peu près les mêmes faits apparaissent en Saxe en 1790, en Silésie prussienne, en 1793 ou en Espagne dans la région de Valence en 1801.

10En ce qui concerne l’État et les autorités publiques, le fisc, les levées militaires ou la simple notabilité due à l’exercice de fonctions locales sont des cibles fréquentes. En Roumélie avec les guerres et le déclin des moyens financiers du sultan, les impôts exceptionnels, « avariz », deviennent plus fréquents et plus lourds après 1730 et suscitent nombre de révoltes armées, d’autant plus que pour les payer à temps il faut recourir aux usuriers qui réclament 30 à 60 % de taux d’intérêt. Dans le royaume de Naples, une des raisons du soulèvement du plat pays contre la jeune république Parthénopéenne est le brutal accroissement du fisc dû au report partiel de la charge des villes vers la campagne, et aux frais d’occupation exigés par l’armée française. En Norvège, la question fiscale est rendue plus sensible par le sentiment d’une inégalité de traitement qu’ont les fermiers par rapport aux contribuables du Danemark et la révolte de Lofthuus (1786-1787) est dirigée à la fois contre le poids de l’impôt et les administrateurs d’origine danoise. Partout également le tirage de la milice et l’enrôlement souvent de force dans l’armée sont toujours très impopulaires. La Grande-Bretagne dans la seconde moitié du xviiie siècle ne compte pas moins de quatre séries d’émeutes contre la levée de la milice, dont la dernière, en 1796-1797, est particulièrement étendue, touchant surtout l’Angleterre, alors que le danger d’un débarquement français est intense. On sait quel rôle a joué aussi la levée des 300 000 hommes dans le soulèvement vendéen, mouvement si soudain et d’emblée si ample qu’il surprit les châtelains royalistes de la région dont certains préparaient pourtant une action. En Russie, malgré la dureté de la condition paysanne le service militaire n’est pas mieux envisagé par les ruraux et les révoltes, entre autres celle de Pougatchev, comptent dans leurs rangs de nombreux déserteurs et insoumis. Généralement l’émeute contre le recrutement est brève et localisée. Les jeunes futurs appelés se rassemblent au bourg où doit avoir lieu l’opération, et à l’heure prévue on attaque le bâtiment public, détruit les registres, met en fuite et quelquefois massacre les autorités locales qui procédaient à la levée ou la surveillaient.

11Très vite le refus du service peut tourner à un troisième type de rébellion : contre les administrateurs et les notabilités locales. Ainsi en Vendée la désignation des « volontaires » pour les 300 000 hommes a lieu le 10 mars 1793, et dans les heures qui suivent le tirage au sort prévu, après avoir détruit estrades et papiers officiels, les jeunes paysans se livrent à la chasse aux patriotes, à commencer par les membres des institutions locales, les assassinant en grand nombre et dès le 15 mars ils tiennent 5 chefs-lieux de canton dans le département de Vendée, 3 en Maine-et-Loire dont Cholet, 4 en Loire-Inférieure. Apparaît alors ce qu’a mis en valeur P. Bois pour la Sarthe, l’antagonisme campagne-ville, les bourgeois relativement aisés des petites cités détenant les fonctions administratives électives, départements, districts, voire municipalités dont dépend le plat-pays, et possédant nombre de terres – capital qu’ils ont accru par la vente aux enchères des biens nationaux – qu’ils louent aux rustres avec des baux toujours aussi rudes pour les preneurs. Non sanglante mais du même type est la « révolte des masques » en Vivarais en 1783 où quelques dizaines de paysans parcellaires et de petits artisans ruraux endettés s’en prennent à des notaires, procureurs et juges inférieurs des petites villes des Vans et Joyeuse, créanciers et acheteurs de terres vendues par les insolvables. Il peut s’agir aussi de préserver la tradition d’autonomie locale contre la centralisation et l’autoritarisme du pouvoir central. La Suisse connaît au moins cinq conflits de cette nature de 1780 à 1798, telle la révolte de la campagne du canton de Zurich en 1793-1795 avec ses 200 000 habitants sans droit politique payant l’essentiel de la charge fiscale, et dominée par les 10 000 habitants de la capitale. En Russie ces oppositions sont aggravées par les différences ethniques et religieuses entre les minorités soumises et les fonctionnaires russes : ainsi se rallient à Pougatchev les Cosaques Iaiks sentant leur autonomie menacée et les tribus des Bashkirs semi-nomades musulmans mécontents des conversions forcées au christianisme et du développement de la colonisation par les gens venus du Nord.

12De toute façon, sans autre motif au point de départ, quoique en régression par rapport au xviiie siècle, la défense de la religion ancestrale peut être encore une raison immédiate de trouble. En Transylvanie les paysans roumains excités par la parole du moine Visarion se soulèvent en 1759-1761 à la fois contre les seigneurs et contre l’emprise du catholicisme soutenu par Vienne qui restreint peu à peu le libre service du culte orthodoxe et on verra, 25 ans après, les révoltés conduits par Horea baptiser dans le rite de leur Église leurs prisonniers hongrois catholiques sous peine de mort. Dans la partie ukrainienne du royaume de Pologne, en 1768, les paysans orthodoxes s’attaquent aux seigneurs polonais catholiques et uniates et en tuent de nombreux avec leur famille quand les soldats russes réputés orthodoxes eux aussi pénètrent dans la province pour mater à la demande de Stanislas II la Confédération de Bar ; court alors le bruit que Catherine II, dans une proclamation dite la « Charte d’or », aurait ordonné l’extermination des Polonais et des juifs et que les troupes envoyées par la tsarine vont libérer les orthodoxes de la servitude. Mais les catholiques ne sont pas en reste : en Italie à Gênes le premier mouvement contre le gouvernement provisoire de la République instauré avec l’occupation française se fait en septembre 1797 aux cris de « Vive la foi », le clergé des campagnes ayant dénoncé le danger de voir l’athéisme imposé par le nouvel État.

13Dernier motif d’émotion, très différent des précédents, relativement nouveau et destiné à prendre de plus en plus d’importance : la question des salaires des ouvriers agricoles et les grèves qu’elle suscite dans les équipes de moissonneurs qui concentrent les travailleurs. Ces mouvements apparaissent là où le capitalisme agraire se développe le plus rapidement, dans les plaines de grande culture comme l’Ile-de-France à partir des années 1730 avec la concentration des fermes et la disparition des petits cultivateurs prolétarisés. Grossissant et devenant plus tendus vers 1769 et dans les années 1770, particulièrement forts en 1792-1794, ils sont poussés par la hausse des prix des vivres qui grèvent le budget ouvrier et l’augmentation du cours des blés qui profitent aux gros exploitants employeurs. Ils deviennent plus violents à mesure qu’on avance vers la Révolution, contre les laboureurs et leurs domestiques et contre les « jaunes », causant des blessures mais pas de morts. En Angleterre, dans le Norfolk ou le Wiltshire, des troubles semblables éclatent avec des effectifs de plusieurs centaines de salariés ; ils ont dû se former après 1740, mais ne sont clairement signalés qu’en 1793 et 1795 où ils sont massifs.

14La résistance paysanne aux dominants et à l’État varie donc dans son intensité et ses modalités d’une région à l’autre à la fin du xviiie siècle et on peut à cet égard diviser l’Europe en trois grandes zones, dessin évidemment simplificateur et schématique mais qui n’est pas sans une part de vérité. D’abord l’Europe occidentale à l’ouest de l’Elbe jusqu’à la majeure partie de l’Espagne et l’Italie du Nord incluse et auxquelles on rattachera la Suède-Finlande. Elle comporte une économie largement commercialisée avec des villes nombreuses quoique encore très minoritaires dans le peuplement, et une seigneurie de type « grundherschaft », seigneurie essentiellement foncière où les charges des dépendants sont limitées quoique variables d’une région à l’autre, et dans laquelle la réserve exploitée par location contractuelle fournit au propriétaire son revenu principal, système qui n’empêche pas selon la conjoncture l’enrichissement des paysans les mieux dotés en terre ou en fermages. L’État y est assez puissant pour imposer sur tout le territoire ses tribunaux et ses impôts réguliers et entretenir une armée professionnelle. Prédominent de plus en plus dans cette zone l’émeute de subsistances, et à un moindre degré la lutte contre les exigences seigneuriales qui, si elles sont moins élevées qu’au xiiie siècle, n’ont pas diminué pendant le xviiie siècle. Les actions anti-fiscales demeurent nombreuses aussi. Les incidents mobilisent chacun plutôt des centaines d’individus que des milliers, ils sont ponctuels mais peuvent s’étendre en vagues sur de vastes surfaces, et ils durent peu ; ce sont plus des émotions que des révoltes. La seconde zone est constituée par l’Europe centrale et orientale à l’est de l’Elbe et de l’Ile, affluent sud-ouest-nord-est du Danube, c’est-à-dire l’Europe dite du deuxième servage. Elle est moins urbanisée et de densité de population faible – sauf de notables exceptions comme la majeure partie de la Bohême ou la Grande Pologne – et les échanges intérieurs réduits. La paysannerie y vit encore de façon repliée en grandes communautés bien structurées et dans le cadre très pesant du « gustscherrschaft », la seigneurie foncière et judiciaire à grande exploitation travaillée au moins en partie par les dépendants assujettis à des services et des redevances élevés, attachés à la terre et soumis étroitement au propriétaire du sol, l’État, quoique autoritaire, s’abstenant d’intervenir dans les relations sociales. Le Danemark, surtout avec l’adoption en 1733 du Stavnsband (fixation au village des hommes théoriquement pour le service militaire) fait partie de cette zone. Dans une certaine mesure le sud-est du continent dominé par les Ottomans se rattache à ce modèle avec l’expansion de nouvelles formes de féodalité inachevées, l’ayanlik (pouvoir de chefs locaux à la tête de bandes armées, pourvus de fonctions officielles et vivant d’exactions sur la paysannerie) et le ciflik (propriété privée où le maître exerce une autorité étendue et des prélèvements lourds sur les habitants de plus en plus fixés de fait au sol). Dans l’ensemble de ces régions persistent les grandes révoltes réunissant plusieurs milliers de ruraux dressés contre les seigneurs et les puissants et agissant avec une grande violence, et aussi en Roumélie contre l’occupant turc ou réputé turc. Les troubles religieux sont également importants. Une forme particulière de lutte paysanne, facilitée par la présence de grands espaces vides et la lenteur des communications, est la pratique souvent massive de la fuite qui a un caractère endémique en Allemagne orientale et plus encore en Russie ou dans les principautés roumaines. Fréquemment le fugitif verse dans le banditisme, agissant en bandes organisées et armées et choisissant comme cible à la fois pour le succès de ses opérations et pour se créer une popularité auprès des paysans qui l’aideront éventuellement à se nourrir et se cacher. Par conséquent, il s’en prend de façon préférentielle, tels les haïdouks de Valachie ou les Klephtes de Grèce, aux riches, ici le seigneur, là le juge turc. Avec ces bandits d’honneur on débouche sur la révolte, d’autant que nombre d’entre eux s’y rallient quand elle éclate et lui fournissent des cadres efficaces. La troisième zone, plus restreinte, correspond au sud du Portugal, de l’Espagne et de la péninsule italienne à partir des États du pape. Le régime social établi est un mixte des deux précédents, qui s’est développé récemment, à partir du xvie siècle. L’économie commerciale et les villes y sont actives mais la terre appartient à une noblesse puissante, en latifundia mises en valeur par une paysannerie libre, en métayage ou en salariat, avec des obligations seigneuriales limitées mais une justice baronale lourde, les États monarchiques, malgré leurs prétentions, ne disposant que de moyens et d’une autorité en fait réduits. L’émeute est, semble-t-il, fréquente contre le seigneur, l’État ou pour la défense d’une religion qui cimente fortement la société.

De la révolte à la révolution

15Les deux dernières décennies du xviiie siècle, surtout 1790-1800, sont marquées par une accentuation de la tension sociale dans beaucoup de campagnes. D’abord le prix des grains est au plus haut avec des pointes aiguës tandis que les salaires demeurent fixes. A Vienne on compte onze années de cherté du seigle de 1780 à 1801. A Stockholm il y a six années de disette dont 1789, à Naples treize années de 1780 à 1802. Une telle conjoncture signifie pour la petite paysannerie et les paysans-ouvriers de la proto-industrie paupérisation, chômage et vagabondage. Et, donnée qui va aggraver les difficultés de l’emploi et la misère, la croissance démographique commencée antérieurement se poursuit, souvent forte, même s’il y a décélération ici ou là. Elle est vive en Scandinavie, + 8,3 % en Suède pour 1787-1801, plus encore en Europe méditerranéenne (Espagne 1768-1797 : + 22,5 %, royaume de Naples 1770-1790-98 : + 19,6 %) et en Europe centrale et orientale (Pologne du premier partage 1775-1791 : + 18,9 %, Russie 1762-1765 – 1794-1800 : + 84 %). Enfin la guerre une fois de plus perturbe le commerce et pèse sur les populations, guerre de la Révolution française à l’Ouest (1792-1802), mouvements de troupes et combats liés aux deuxième (1793) et troisième (1794-95) partages de la Pologne. Quant au Sud-Est européen il est en paix extérieure à partir de 1792 mais de plus en plus ravagé par les soulèvements de gouverneurs et ayans qui se développent particulièrement dans les années 1790. Et circonstance qui risque de favoriser les conflits intérieurs dans les États, au moins en Europe occidentale : la pénétration chez les ruraux, encore limitée et récente depuis 1780, des idées nouvelles de refus des sujétions et de laïcisation de la vie.

16Le fait massif et premier est évidemment la Révolution française qui, contrairement à ce que suggère A. Jourdan, est bien plus qu’une rébellion plus forte que les autres, où l’émeute paysanne pousse en avant la Révolution en tant que remise en cause rapide, profonde, systémique et irréversible des structures sociales, politiques et idéologiques, et incitation à l’instauration d’un nouvel ordre. On sait que c’est la pression créée par la consultation électorale pour les États généraux et l’effervescence des troubles populaires du printemps 1789 qui décident les députés du Tiers à résister aux manœuvres d’intimidation de la Cour, puis la Grande Peur qui les bouscule et les oblige à s’attaquer au régime féodal jusqu’à son abolition qu’ils n’avaient ni prévue ni voulue. Et inversement l’émeute et la révolte reçoivent une impulsion nouvelle de la Révolution : les décrets des 6, 11 et 14 août 1789 et la Déclaration des droits de l’homme du 26 août sont interprétés comme plus radicaux qu’ils ne sont et fournissent une apparente justification légale pour aller plus loin, revendiquer davantage que le compromis esquissé entre la bourgeoisie révolutionnaire, d’une part, et les privilégiés et la monarchie d’autre part, avec, en plus, fréquemment le soutien des pouvoirs locaux nouveaux : municipalité élue et garde nationale villageoise. Tandis que l’appareil d’État s’écroule en quelques mois sous la pression des foules, les mouvements paysans relancent la Révolution avec la « guerre aux châteaux » et les troubles frumentaires de décembre 1789 à l’été 1791, puis à l’été 1792 et à l’été 1793. Il s’agit donc bien d’une révolution populaire où le gouvernement et l’Assemblée, de la Constituante à la Convention, sont loin de maîtriser la situation dans les campagnes et sont débordés par les paysanneries.

17Et pour l’Europe occidentale peut-on se contenter de dire que par ses victoires et ses conquêtes la France a exporté sa révolution ? En fait, avant même les succès des armées républicaines, la nouvelle de la Révolution en France a stimulé émeutes et révoltes dans les États voisins. En Rhénanie dès l’été, après le 4 août 1789, de nombreux paysans cessent de payer les droits seigneuriaux, se mettent à pratiquer ouvertement la chasse et envahissent les forêts interdites. Des cahiers de doléances imités de ceux de France circulent et les mots « patriote » et « nation » sont utilisés. Les contacts commerciaux frontaliers, des tracts envoyés de Strasbourg y ont aidé. Mais les autorités répriment vite le mouvement. Quand les soldats français franchissent le Rhin en octobre 1792, avant même que le commandement français ait pris position, les paysans de la région de Mayence refusent de payer la dîme des vendanges et passent même devant la cuve décimale en criant « Vive la liberté et l’égalité ». Dans certaines localités, ils s’emparent des plaques avec armoiries et des potences en dénonçant les « despotes » (les seigneurs) et destituent des municipalités en les remplaçant par des « communes libres ». Et, assez vite, l’écho de la Révolution retentit plus loin. En Saxe, dès août 1790, ceux qui envahissent des manoirs et forcent les seigneurs à renoncer aux redevances et corvées féodales chantent des chansons dont certains mots rappellent aussi les vocables de la Révolution. Plus éloignée encore, en Silésie prussienne, quand les serfs refusent de fournir la corvée à la fin de 1792 et au début de 1793, ils déclarent aux soldats envoyés contre eux que « les choses avec nous se produiront comme elles sont arrivées en France ». On trouve des faits semblables dans les Pays-Bas autrichiens en 1789 et 1790, en Flandre, Limbourg et Hainaut, ou bien en Suisse avec la révolte de l’évêché de Bâle en 1790 ou dans le canton de Zurich en 1794. En Italie qui va pourtant se signaler par ses nombreux soulèvements contre-révolutionnaires, avant l’arrivée des Français le rejet de la tentative de débarquement républicain en Sardaigne en janvier 1793 est suivi d’un vaste mouvement anti-féodal en 1794 avec des mots d’ordre identiques à ceux de la France. Au Piémont, après la paix conclue entre le royaume et le Directoire, éclatent en juillet 1797 des émeutes de subsistances dans lesquelles sont lancés des slogans révolutionnaires. Éventuellement on attend une aide de la France : ainsi, en pleine paix c’est ce qu’imaginent les 10 000 ruraux Josephistes de Flandre rassemblés en mai-juin 1790 pour marcher contre les États Belgique Unis.

18De plus, porteuse d’un idéal affirmé très fort de droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et de souveraineté de la majorité face aux oppressions de groupes minoritaires et de monarques tyranniques, la Révolution française a inévitablement contribué à accélérer la montée du sentiment national en Europe. L’idée nationale n’est pas qu’une affaire de travaux érudits d’écrivains et d’historiens des Temps Modernes. Elle a commencé d’apparaître dans les couches populaires, même à la campagne, de certaines régions, et elle s’exprime non par des écrits savants, mais dans quelques déclarations et gestes dans les révoltes rurales. Dès avant 1789 on en trouve des traces à partir du xve siècle aussi bien dans la révolte des paysans de Normandie contre la domination anglaise que dans le mouvement hussite de Bohême. A la fin du xviiie siècle, la révolte de Horea n’en est pas exempte : apparaissent à la fois la conscience d’une spécificité des paysans roumains et le souvenir des anciens Daces et de la colonisation romaine sous Trajan. Dans les slogans des émeutiers « serf » signifie Roumain, « Hongrois » oppresseur, seigneur ou fonctionnaire. Horea est appelé « roi » ou « empereur », il aurait eu un sceau portant « Horea rex Daciae » et des clercs orthodoxes qui se sont ralliés à lui parlent des origines romaines de la population soumise. Il est vrai que le nombre des écoles roumaines avait fortement augmenté dans les décennies précédant 1784. Hors de Transylvanie la rébellion eut un écho en Valachie et Moldavie. Mais évidemment la Révolution apporte un encouragement sans précédent aux peuples soumis qui y trouvent une promesse de secours armé avec le discours de Brissot de novembre 1792 et un modèle avec la nuit du 4 août, la Déclaration des droits de l’homme et une constitution reposant sur la souveraineté populaire. Avant les conquêtes des soldats français, c’est dans la Pologne de Stanislas II que l’influence de la Révolution est le plus sensible. En avril 1794, on chante la « Marseillaise » en langue du pays à Varsovie. Mais qu’en est-il dans les campagnes ? Il est difficile d’après les historiens polonais de détecter une atmosphère nouvelle dans les milieux paysans avant les dernières années du xviiie siècle. La question essentielle y est toujours celle des réactions, plus individuelles que collectives, en face des exigences seigneuriales. La faiblesse de l’État fait que, à la différence de la Russie, il ne se produit que des troubles locaux et pas de révolte. Avec l’insurrection de 1794 contre les puissances co-partageantes de 1793, les choses commencent à changer. Tirant l’enseignement de la défaite de 1792 en face des Prussiens et des Russes, Kosciusko comprend qu’il lui faut rapidement bâtir une armée nationale à effectifs nombreux à l’exemple de la « levée en masse » française, et par conséquent faire appel à la paysannerie. C’est ce qu’organise sa « Proclamation de Polianec » (7 mai 1794) qui vise à former 100 000 fantassins et 10 000 cavaliers comme l’avait prévu la Diète en 1792 – proportion entre les deux corps inverse de celle de l’ancienne armée nobiliaire – et mobilise théoriquement tous les hommes de 18 à 40 ans. Afin de convaincre les serfs de s’enrôler, le servage est aboli mais de façon assez équivoque : les paysans peuvent quitter leurs villages pendant la durée de la guerre. La corvée est seulement réduite, de 25 à 50 % suivant les catégories de paysans. Le résultat paraît limité : 2 000 ruraux forment le corps des « faucheurs » qui, commandés par un officier d’origine paysanne, B. Glowacki, s’illustre dans les combats. Il faut probablement ajouter quelques milliers de paysans recrutés dans l’armée régulière qui atteindra 70 000 hommes en avril-octobre 1794 et encore quelques milliers menant une guérilla en bandes en Grande Pologne. Néanmoins ce n’est pas un soulèvement massif. Le passé récent du régime de monarchie « éclairée » n’y invitait pas. La Diète de 1788 avait débattu de projets de réduction de la corvée et de transformation de la terre paysanne en propriété héréditaire, mais n’avait rien décidé devant l’opposition de la noblesse. En 1789 le roi avait envoyé l’armée réprimer la révolte de la seule province, l’Ukraine, où se produisait de tels soulèvements parce qu’aux raisons sociales s’y ajoutaient la querelle religieuse et les différences ethniques. La constitution du 3 mai 1791 se borne à accorder aux paysans une protection vague de l’État. Pendant l’été suivant le gouvernement fait démentir par les autorités régionales la rumeur suivant laquelle le texte abolirait le servage et il lance des troupes contre des paysans refusant l’obéissance au seigneur. Quant à la Proclamation de Polianec, elle est mal diffusée dans le pays et la réduction de la charge paysanne est sabotée par les seigneurs. En outre, ici comme ailleurs, le clergé catholique, par crainte de voir la Révolution française se reproduire ici, n’appuie pas le mouvement.

19Mais certains des mouvements qui se sont soulevés hors de nos frontières contre la Révolution française et l’occupation militaire à laquelle elle se livre ont également un caractère national. Ainsi la Suisse, qui n’avait pas connu depuis la fin du xiiie siècle de troupes étrangères installées dans tout le pays, se soulève à quatre reprises à la fin du xviiie siècle animée d’un sentiment qu’on peut qualifier de « patriotique ». D’abord les milices de Suisse centrale et du Valais en avril-mai 1798 contre la nouvelle constitution centralisatrice, puis pour le même motif auquel s’ajoute la crainte religieuse en septembre 1798. En 1799, il s’agit en Grisons et Valais du refus de la conscription nouvellement imposée. En août 1802, en Suisse centrale et orientale, il est encore question, contre la République liée aux Français, d’indépendance.

20M. Dorigny note également que dans les limites chronologiques de 1773-1802 trois révolutions victorieuses sont survenues. En fait on peut, dans l’inspiration de la montée du sentiment national, en ajouter une quatrième et très largement rurale : le soulèvement serbe de février 1804 qui aboutit à la reconnaissance d’une autonomie proche de l’indépendance de la nouvelle principauté par le sultan au traité d’Andrinople de 1829, résultat acquis en grande partie dès 1815. Au commencement il s’agit d’une révolte des chrétiens du pachalik de Belgrade (450 000 habitants en 1815) comme il y en a déjà eu d’autres en Roumélie. Elle est dirigée non pas contre le sultan mais contre la terreur que font régner les janissaires eux-mêmes en rébellion contre leur souverain et qui ont assassiné le pacha de la province (1801). Elle constitue bien une révolution d’en bas car elle résulte d’une réunion de tous les knèzes du pachalik, c’est-à-dire les chefs viagers de villages qui ont préparé l’entreprise en nommant parmi eux un chef, Karageorge, gros éleveur enrichi par le trafic des porcs avec Vienne. Ils ont rassemblé des armes obtenues par la bienveillance de l’Autriche, et négocié l’appui des chefs bosniaques voisins et celui, plus discret, de la principauté de Montenegro vassale des Ottomans qui avait déjà battu en 1796 le pacha de Scutari en rébellion contre Sélim III, Mahmud Busatli, et qui s’était déjà soulevée contre les Ottomans en 1756 et 1768. A eux se sont joints d’autres paysans ou fils de paysans, des hadjuks hostiles aux Turcs et d’anciens soldats qui avaient combattu aux côtés des impériaux ou des Russes en 1788-1792, lesquels avaient recruté au moins 10 000 hommes. Nombre d’entre eux s’étaient réfugiés en Autriche à la paix, mais étaient rentrés ensuite avec l’ensemble des 50 000 personnes qui étaient revenues. Après avoir négocié en vain avec la Porte pour obtenir une certaine autonomie par rapport à l’administration turque, comme cela avait déjà été demandé en 1792, ils battent successivement deux armées envoyées contre eux en 1805 et 1806 et prennent Belgrade en 1807. Bénéficiant alors du soutien de la Russie en guerre avec Istanbul (1806-1812), ils mettent en avant désormais une revendication d’autonomie nationale, fondée elle-même sur les souvenirs de l’empire serbe glorieux du xive siècle, remis à jour par les publications à Vienne et Venise des érudits slaves, tel J. Ravic (Brève histoire de Serbie, 1793) et les chansons de poésie épique historique interprétées dans les fêtes publiques comme les Lamentations de la Serbie (1761). Ils espèrent aussi l’aide de Napoléon, maître de la côte dalmate depuis 1806, dans lequel ils voient le continuateur de la Révolution comme en témoigne la lettre adressée à l’Empereur en 1809 par Karageorge.

Les avatars de l’idée révolutionnaire en milieu rural

21Peut-il y avoir au xviiie siècle des révolutions, au sens de mutations radicales et rapides des structures en place, qui ne soient pas révolutionnaires, soit dans leurs modalités d’action, soit dans leurs buts ? Au xxe siècle en effet le mot révolution a été beaucoup utilisé, et souvent dans une acception très éloignée de celle de1789.

22D’abord y a-t-il eu, particulièrement en ce qui concerne les campagnes européennes, des « révolutions sans révolutions », ce que certains historiens ont appelé des « révolutions d’en haut » qui auraient eu le mérite de moderniser fortement les sociétés auxquelles elles s’appliquaient, mais en leur épargnant les violences populaires, à la différence de la Révolution française, et en menant les réformes de fond de façon ordonnée et quasi rationnelle comme le plan d’un discours académique. Ainsi pendant la seconde moitié du xviiie siècle, apparemment de propos délibéré et sans subir émeutes, révoltes ni même tension sociale ou politique, des monarchies ont par leurs lois bouleversé les structures en place dans leur pays et ont promu en une ou deux décennies le développement du capitalisme et l’avènement d’une bourgeoisie libérale, comme l’a fait la Révolution française mais en répandant le sang. A la lumière des recherches développées depuis 1960, on doit nuancer nettement cette notion de « révolution d’en haut ». Qu’ont fait en réalité ces régimes pour le plus grand nombre des habitants, les ruraux ? Quatre d’entre eux n’ont pratiquement rien fait, ou presque. Dans ce domaine, au Portugal, Pombal et ses successeurs sous la reine Maria, malgré des mesures de vérification des titres des donataires royaux (1769, 1775) et la limitation de leurs droits (1790, 1796), se sont contentés de restreindre les prérogatives étendues des justices seigneuriales (1790) et n’ont pas touché aux morgadios (équivalents des majorats) ni aux charges seigneuriales. Charles III d’Espagne a diminué les privilèges de la Mesta qui empêchaient le développement des cultures et proclamé la liberté des clôtures (1766-1768). Il ordonne le partage des biens communaux dans le royaume de Castille (1766-1768), mais la mesure est mal appliquée et n’obtient pas le résultat attendu de pourvoir les pauvres d’un lopin. Charles IV commence le désamortissement d’une petite partie des biens ecclésiastiques (1798). Là également ni les majorats, ni la seigneurie ni les latifundia ne sont mis en cause et la liberté du commerce des grains rétablie en 1783 contribue à la violence de certaines crises de subsistances, en 1794 ou 1802. Dans le royaume de Naples, les réformes de Tanucci puis de Caracciolo, qui ne portent guère sur le régime agraire, sont abandonnées devant les oppositions des barons et des nantis. Frédéric II de Prusse, tout en déclarant que le servage est une abomination, n’a pris que de petites mesures, plus formelles que réelles, car son administration et son armée reposent sur la noblesse seigneuriale. Quant à Catherine II, sa politique après 1774 va ouvertement dans le sens d’un renforcement de l’exploitation de la paysannerie. Seuls trois cas sont plus complexes, car une vraie politique agraire novatrice y a été mise en œuvre. Il convient alors de se poser la question des raisons d’un tel changement. En ce qui concerne Joseph II, qui va effectivement dans un premier temps assez loin dans les réformes, il faut noter que celles-ci commencent par une mesure de portée limitée mais qui révèle au futur empereur la puissance des forces qui s’opposent éventuellement à la volonté de la monarchie absolutiste. En 1771, en effet, est ordonnée la vérification des terriers seigneuriaux afin de limiter les corvées, et l’opération échoue à cause de la mauvaise volonté des états provinciaux et des seigneurs. En 1775, vient alors la première grande mesure : la limitation autoritaire de la corvée, d’abord en Bohême-Moravie, puis en 1781-1785 l’abolition du servage et en 1789 la transformation de la corvée en redevance argent, sans compter la suppression de la banalité du moulin en 1783. Mais les justices seigneuriales ne sont, pas plus que la répartition du sol entre terre rusticale et terre domaniale, remises en cause alors que la terre domaniale a été abusivement étendue aux dépens de la première et que dans certaines régions les parcellaires et les sans-terre, comme en Prusse, se sont multipliés. Surtout, devant les récriminations de la noblesse, alors qu’en Bohême en 1789 les états se réunissent de leur propre initiative et protestent contre le gouvernement, et qu’en Hongrie les assemblées de comitats font de même, l’Empereur sur son lit de mort en février 1790 revient sur tout, sauf la fin du servage, et Léopold II confirme le recul. De plus, si cette politique a été engagée, ce n’est pas seulement pour des raisons de conviction idéologique humanitaire, elle a été précédée de la violente crise de cherté de 1771-1772 et, en Bohême, de la révolte paysanne de 1775, en Hongrie de même en 1734, 1754, 1764. Autres États où une grande réforme concernant les ruraux a été lancée par le prince : la Valachie et la Moldavie où le voïvode Constantin Mavrocordat a libéré les serfs (1746, 1748) et limité la corvée à une durée inférieure à celle des Habsbourg et de la Russie. Outre que cette réforme doit beaucoup, à côté de la bonne volonté du prince, au désastre démographique qui frappait la région après l’occupation russe de 1736 et à sa suite l’amplification des fuites de paysans, lesquels sont de plus en plus attirés par l’ouverture des terres nouvelles vides d’Ukraine et du Banat, la réaction des boyards dans la seconde moitié du xviiie siècle, et plus encore après 1800 avec l’expansion des exportations de denrées, réussit à maintenir leurs revenus en augmentant leurs droits de banalité et de marché. Même ils grignotent les terres paysannes au profit des réserves seigneuriales et fixent les paysans par l’endettement et les obligations secondaires, ce qui vide l’abolition du servage de contenu réel.

23En revanche les pays scandinaves connaissent incontestablement un bouleversement des structures de la société rurale ordonné par la législation et qui se développe sur moins de trois décennies, mais où, là encore, la paysannerie est moins passive qu’il n’y paraît, tout au moins si on n’isole pas l’histoire politique de son contexte. Au Danemark, deux fois successivement le pouvoir appartient à des tenants de la Physiocratie et de l’agronomie, avec comme principal ministre Struensee (1770-72) puis A.P. Bernstorff (1784-1797) et ensuite le fils de celui-ci, soutenu par le prince régent Frédéric. Les réformateurs accroissent leur liberté d’action en réussissant à donner la prépondérance au Conseil d’État sur le Cabinet (1784) et en éliminant les opposants au sein de cette institution (1787). Ils s’appuient sur le Collège ministériel d’agriculture créé en 1768 et surtout sur la Commission foncière qui lui est adjointe en 1786. Ils sont pour la plupart des fervents de l’absolutisme, choqués par la puissance de la grande aristocratie, et ils veulent selon le vieil idéal développer une paysannerie nombreuse pour augmenter le produit de l’impôt. Mais deux autres facteurs vont pousser les réformes et même contraindre les réformateurs à aller plus loin qu’ils ne l’auraient voulu. C’est d’abord le débat public et la campagne d’opinion qui se sont engagés pendant plus d’un demi-siècle de 1736 à 1795 contre le régime agraire à servage et à grandes fermes seigneuriales. Ceux-ci, par manque de productivité et de liberté d’initiative des cultivateurs, s’avèrent incapables de mettre en œuvre les techniques nouvelles, tandis que les prix agricoles montent depuis 1750. Ces discussions sont elles-mêmes nourries par l’apparition d’expériences conduites sur leurs domaines par certains propriétaires inspirés par les exemples du Holstein et de l’Angleterre. Et la liberté de la presse de 1789 à 1799 en même temps qu’un grand procès judiciaire opposant les partisans des deux camps en 1791 contribuent à populariser les idées nouvelles. Le deuxième facteur est le mouvement paysan sans révolte ni véritable émeute, mais fait de pétitions, procès contre les seigneurs, refus de charges féodales et accumulation d’arrérages de redevances, particulièrement en 1768-1772. On proteste contre les enclosures réalisées sans consultation par de grands propriétaires, contre la cherté des grains, et les premières mesures prises par la monarchie, l’enquête sur la corvée en 1768, le règlement de 1771 attribuant à l’État le jugement des différends entre paysans et seigneurs sur le même objet suscitent un espoir nouveau. A partir de 1786, la guerre des pamphlets jusqu’à 1795 entre réformateurs et conservateurs et les ordonnances de la Commission foncière en faveur des tenanciers excitent une deuxième vague d’agitation paysanne et, alors que la nouvelle de la Révolution française se répand, une alliance tacite se noue entre la fraction libérale de la noblesse, la bourgeoisie des grandes villes et la paysannerie aisée enrichie par les hauts prix agricoles stimulés par le boom commercial dû à la neutralité du pays dans la guerre de 1792 à 1807. Symboliquement une partie des habitants de Copenhague décide en 1790 d’ériger un monument à la loi de suppression du stavnsband édictée deux ans auparavant. Venue en 1790 de l’exemple de la France, l’idée de réunir des États généraux, lesquels n’existent plus depuis 1660, déjà envisagée en 1770, est reprise et fait pression sur le gouvernement qui ne cède pas là-dessus mais est contraint de faire pencher ce qui était sa politique d’équilibre entre aristocratie et paysannerie plutôt du côté de cette dernière. Ainsi sont adoptées des mesures d’encouragement au remembrement et aux enclosures d’abord favorables aux seigneurs, mais que les paysans aisés vont utiliser également. D’autres lois permettent l’extension de la propriété paysanne par rachat des tenures et la corvée est réduite indirectement en 1791 et son rachat autorisé en 1799. Par là, aux grands domaines et à la communauté rurale fortement structurée vont se substituer en partie des fermes moyennes indépendantes, de nombreux seigneurs vendant leurs exploitations devant la nécessité d’investir pour le progrès agricole et devant la résistance paysanne, et l’État mettant en vente son domaine.

24En Suède, où l’économie marchande est moins développée, existe une paysannerie propriétaire libre vigoureuse et représentée au parlement, et le régime seigneurial est moins lourd, sauf en Scanie. Cependant, avec l’autorisation de la subdivision des fermes (1747), la croissance démographique a amené un morcellement des terres et une multiplication des parcellaires, alors qu’à l’inverse sont tentés depuis le milieu du siècle des remembrements d’exploitations, le « storskifte » systématisé par la loi de 1757 qui autorise l’opération pour tout propriétaire noble ou paysan sans autre formalité et sous la conduite du bureau royal d’arpentage créé en 1640. Ce sont les difficultés politiques auxquelles se heurte Gustave III en 1789 qui le conduisent à agir en faveur des ruraux. Quoique de tendance aristocratique, coupé de la noblesse par son autoritarisme fantasque, déconsidéré par les échecs de la guerre contre la Russie en 1788-1790 qu’il a déclarée sans consulter le Riksdag, le roi, pour faire accepter les augmentations fiscales qu’exigent ses finances aux abois, consent de larges concessions à la paysannerie qu’il avait indisposée auparavant par la liberté du commerce des grains édictée en 1775 et la création du monopole de l’alcool au bénéfice du Trésor (1775, 1786). Il fait autoriser la vente d’une partie des terres nobles aux paysans, la reprise des ventes de terre du Domaine à tous, la garantie des propriétés collectives des communautés, la restriction du droit d’éviction des tenanciers et l’ouverture du droit de chasse et de pêche à chaque propriétaire. A partir de là s’accélère la constitution d’une propriété paysanne moyenne. Et encore par opportunisme politique, ayant besoin contre Napoléon de resserrer les possédants autour de sa personnalité fortement contestée, Gustave IV adopte l’« enskifte » (1803-1807), loi allant plus loin dans le remembrement que la précédente puisqu’elle ordonne de constituer de grandes pièces et de les clôturer à raison d’une par ferme, et par conséquent elle fait éclater en exploitations dispersées le village groupé, ce qui diminue le morcellement.

25Ainsi dans les pays scandinaves la transformation des campagnes par les enclosures a été rapide et, à la différence de l’Angleterre, s’est constituée une paysannerie de propriétaires moyens. En Suède, la propriété paysanne passe de 30 % des terres en 1720 à 60 % en 1850. Mais, indépendamment de la politique royale, trois traits de la société ont poussé en ce sens. D’abord la présence de vastes réserves d’incultes et un Domaine royal étendu dont la mise en vente a facilité le développement de la propriété paysanne. En Suède le Domaine représentait 33 % des terres en 1720, il n’est plus qu’à 10 % en 1850. De plus, ces paysans moyens se sont initiés rapidement, surtout à partir de 1790-1800, aux techniques agricoles nouvelles, ce qui leur a permis de résister aux aléas de la conjoncture, particulièrement au Danemark. Enfin il s’agit de petits États peu peuplés, par conséquent où les querelles retentissent moins fortement que dans les grands pays : le Danemark (sans les duchés) a 926 000 habitants en 1800, la Suède (sans la Finlande) 2,350 millions, alors que les trois généralités normandes à elles seules comptent en 1778-1787 2,182 millions avec une densité de 61,1 habitants/km2 à 76 et ne forment que 8,3 % de la population du royaume. Et les réformes en questions ne vont pas sans inconvénients : à la fin du xviiie siècle le nombre des sans-terre s’accroît sensiblement. Et les transformations sont lentes : au Danemark, il faut attendre 1834 pour qu’un embryon d’États généraux soit réuni ; en Suède, les dernières charges seigneuriales ne disparaissent pas avant la fin du xixe siècle.

26Y a-t-il aussi à la fin du xviiie siècle, au moins sur le plan agraire, ce que le xxe siècle avec les gouvernements de R. Reagan et M. Thatcher nous a habitué à appeler des « révolutions conservatrices » ? En effet, tous les mouvements ruraux après 1789 en France et en Europe n’ont pas pour but proche ou lointain la subversion de l’ordre social et politique existant ou la consolidation de l’État révolutionnaire. On a vu au contraire, particulièrement à partir de 1793, se multiplier dans plusieurs pays des manifestations collectives à caractère même contre-révolutionnaire. Faut-il en tirer la conclusion que certaines paysanneries étaient heureuses de leur sort sous l’Ancien Régime et refusaient le changement imposé par la capitale et ses idéologues ? C’était l’explication que proposaient les historiens blancs du xixe siècle tel J. Crétineau-Joly dans son Histoire de la Vendée militaire (1843). Ou bien, comme l’ont pensé les républicains de l’époque et Michelet avec eux, s’agit-il de populations dont l’ignorance et la religiosité particulièrement vives à cause de leurs conditions de vie très repliées ont permis au complot des nobles et du clergé de les soulever contre le pouvoir nouveau ? En fait, en ce qui concerne les révoltes rurales contre-révolutionnaires en France, la Vendée et la Chouannerie, chercher la raison dans une religiosité particulière et dans l’angoisse chez les fidèles due au remplacement des curés réfractaires par des prêtres constitutionnels n’est pas suffisant. Le serment ecclésiastique a suscité en 1791-1792 des troubles opposant au village dans toutes les provinces les partisans de chaque clergé ou dirigés contre les assermentés. Il en est de même pour le rejet violent de la conscription en 1793 : des incidents ont éclaté non seulement dans l’Ouest, mais dans de nombreuses régions. Surtout, en 1789-1791, ni la Vendée ni la Bretagne n’ont manqué d’ardeur pour la Révolution. La mobilisation contre les droits féodaux, la participation électorale locale en 1790 ou l’affluence à la vente des biens nationaux ont été du même niveau ou même supérieurs à ce qu’on constate ailleurs. Mais précisément, ayant suscité de grands espoirs, la Révolution a vite déçu et, dans l’amertume, des clivages et conflits anciens ont ressurgi, qui à nouveau vont faire se dresser les uns contre les autres les représentants de l’État et les citadins d’un côté, et les paysans tributaires de l’autre. Il est classique de citer pour les campagnards la frustration ressentie à propos de l’acquisition des biens de première origine. Plus importants encore sont les heurts sanglants qui, sur la question du maintien des droits seigneuriaux réels et sur celle de la mise en place des curés jureurs, ont opposé les ruraux aux gardes nationaux venus des villes commandés par les administrateurs des districts, des départements ou des municipalités urbaines, les victimes étant essentiellement du côté des villageois. Il semble bien que dans la noblesse qui n’était pas partie en émigration on ait préparé en Vendée une action, mais l’insurrection est venue plus tôt que prévu. Quant à la prédication vengeresse des réfractaires, elle ne fait aucun doute. Néanmoins, ni les uns ni les autres n’auraient pu déclencher un soulèvement aussi vaste et rapide que celui de mars 1793 s’il n’y avait pas eu conjonction de plusieurs motifs de colère paysanne à la fois, si, non plus, la tension dans la région n’était montée peu à peu, les incidents commençant au printemps 1791 et croissant rapidement, et si enfin le cadre géographico-historique, le bocage en particulier, n’avait présenté une certaine spécificité. Le but des insurgés n’est pas le rétablissement de l’Ancien Régime, même si on invoque le nom du roi et les « bons prêtres ». Il n’est pas question de lever à nouveau les droits féodaux ; si la dîme est réclamée, c’est pour le culte et l’approvisionnement de l’armée et le Conseil Supérieur de Chatillon proclame le 11 juillet 1793 la libre disposition de sa récolte entière pour le cultivateur ; les justices seigneuriales sont provisoirement suspendues ; la vente des biens nationaux est annulée, mais ils demeurent sous séquestre et leur revenu servira à couvrir les dépenses militaires ; des conseils de paroisse théoriquement élus par les habitants sont mis en place.

27Dans les pays occupés par la France révolutionnaire, les soulèvements ruraux contre-révolutionnaires ont des causes variées. Ce peut être l’établissement de la conscription comme dans l’affaire de la « Vendée belge » en octobre 1798 en Flandre où arrive à se constituer une armée de plus de 3 000 hommes, qui brûle les registres d’état civil symbole de l’État laïc, pille les caisses publiques et nomme de nouveaux magistrats dans les communes. Dans la confusion les révoltés se réclament de l’empereur d’Autriche, ou des États disparus du Brabant ou même du prince d’Orange, simple affichage idéologique justificatif. L’Italie du Triennio connaît au moins, contre les Français et les républiques sœurs, six soulèvements d’apparence principalement religieuse, que ce soit dans les « Vive la foi » de Ligurie en septembre 1797, les « Trasteverini » des États du pape de février 1798, les « Viva Maria » de Toscane de mai 1799 ou les « Sandefistes » du royaume de Naples d’avril 1799. Toutefois, hors du champ des armées de la Grande Nation, on retrouve la même hostilité contre la Révolution au nom de la défense de la religion. Ainsi en Espagne, lors des troubles du pays de Valence en mars 1793, la frénésie se déchaîne contre la colonie marchande française dont trois membres sont massacrés, et on crie « Vive la Vierge » en même temps que « Mort aux Français ». En Dalmatie vénitienne, en 1797, c’est la proclamation du franciscain Dosité appelant à lutter contre le gouvernement de la vieille république soumis à la France, qui déclenche pillages et meurtres contre les riches qui ont des contacts avec la capitale, car ceux qui règnent maintenant seraient, selon le religieux, les « juifs ennemis de la foi » et les « Jacobins ». Le clergé orthodoxe dans les Balkans se lance dans ce combat : le Patriarche d’Istanbul en 1798 – au moment de l’expédition d’Égypte – envoie plusieurs circulaires aux métropolites pour les mettre en garde contre les idées républicaines, il fait recenser et saisir les écrits qui s’en inspirent et fonde au Phanar une imprimerie pour éditer des livres anti-révolutionnaires. Même dans un pays qui sympathise avec la France révolutionnaire comme l’Irlande, alors que les paysans catholiques des groupes de « Defenders » participent au soulèvement de mai-juin 1798, une bonne partie du clergé catholique, les évêques en tête, prêche depuis 1790 et plus encore à partir de 1793 contre le danger français, ce qui empêche la rébellion de devenir majoritaire. Quel que soit le pays, les arguments des Églises sont à peu près les mêmes et sont exprimés souvent avec une grande violence dans des accents de croisade. Les clercs retiennent de la Révolution la constitution civile du clergé, les poursuites contre les réfractaires, les massacres de septembre et les mascarades anti-religieuses. Ensuite leur vision de ce qui se passe à Paris s’est figée : la Révolution serait athéiste et viserait, comme Satan, à détruire la foi et tout appareil clérical. Évidemment ils pensent aussi aux dîmes et aux biens de mainmorte, mais en parlent peu. Devant une telle menace, ils déploient par la parole et l’écrit, la brochure et le livre, un grand effort de propagande, particulièrement en Italie et en Espagne.

28Toutefois pas plus qu’à propos de la Vendée, on ne peut ramener ces révoltes à des manifestations de religiosité manipulées par les dominants privilégiés, même s’il est vrai que la noblesse et le clergé se sont empressés de les encadrer. En fait les républiques sœurs, comme la Révolution française en 1789-90, ont vite trompé l’espérance de beaucoup de paysans par leur modération ou même leur inaction sur la question cruciale des droits féodaux. Ainsi en République Helvétique en pleine débâcle, en février 1802, les paysans du canton du Léman attaquent les châteaux afin de détruire les censiers. Et même à la campagne où l’information circule moins vite qu’en ville, les retournements d’opinion sont rapides. En Ligurie en 1797 comme dans le Royaume de Naples en 1799, il suffit de quelques mois pour passer vis-à-vis de la République d’une neutralité bienveillante à l’hostilité totale. Dans tous les territoires où l’armée française s’est déployée joue le même facteur général qui multiplie les contre-révolutionnaires et avait déjà, par exemple en Balgique, agi avant 1796 : les pillages et les massacres lors des combats, les réquisitions, indemnités de guerre, vols et viols, d’autant plus répandus qu’après 1794 les soldats vivent sur la conquête, les commissaires aux armées lèvent des fonds pour garnir les finances françaises et les compagnies de munitionnaires exploitent la situation. Dans ces conditions les « missionnaires bottés » de la liberté ne peuvent être qu’impopulaires et leurs brigandages ne font que confirmer aux yeux de leurs victimes leur caractère diabolique. Les circonstances économiques et les particularités de l’organisation socio-politique de la région contribuent également au recrutement des bandes contre-révolutionnaires, qui ne constituent jamais une troupe disciplinée mais un conglomérat fluctuant uni principalement, selon J.A. Davis, par les mots d’ordre religieux. En premier lieu le paupérisme rural, par exemple dans le royaume de Naples, à la suite des chertés mais encore à cause du développement par les barons depuis cinquante ans de la culture céréalière qui a réduit les pâtures et frappé de petits éleveurs, ces humbles trouvant dans la révolte un moyen d’exprimer leur détresse et d’obtenir quelques ressources. Des conflits anciens sont également réactivés d’après A.M. Rao : dans la République Parthénopéenne, l’opposition entre la capitale gigantesque par rapport à la taille du pays (426 000 habitants en 1801 pour au total 4,8 millions), dépensière et que la fiscalité du nouveau gouvernement épargne, rejetant la charge sur les provinces ; en Calabre joue le vieil antagonisme entre les villes soutenant la République et le plat pays auquel elles imposent leur administration, tandis que les ruraux ne voient apparaître aucune amélioration de leur sort du fait du régime révolutionnaire. A l’intérieur des communautés les rivalités entre les familles dominantes ressurgissent et le ralliement à la Contre-Révolution peut être un moyen de contrecarrer les adversaires chargés d’une fonction publique. Les adhésions à la République sont fréquemment fragiles et peuvent se muer rapidement en leur contraire : certains nobles de la République Parthénopéenne ne sont républicains que par hostilité à la politique autoritaire et anticléricale de Ferdinand IV. Le même cas montre que le soulèvement n’est pas nécessairement d’emblée religieux. Il le devient parce que son chef, le cardinal Ruffo, sait exploiter une religiosité ambiante effectivement particulière et qui est établie sur un analphabétisme total, une présence active du culte des saints patrons, des reliques et des chapelles prestigieuses, lesquelles forgent l’identité des communautés jalouses de leur renommée. Et un clergé paroissial très proche de ses fidèles dessert les lieux. Sur ce fond se multiplient dans toute l’Italie, avec la complaisance des prêtres, les miracles opportuns justificateurs de la rébellion. De toute façon les dirigeants de ces mouvements ruraux ne les maîtrisent pas complètement et ils ne peuvent empêcher les tensions sociales de s’y manifester sporadiquement : des pillages et saccages de maisons de riches ont lieu sur le parcours de l’« Armée très chrétienne » de Naples. Et il faut remarquer que le Triennio italien est trop bref pour que la révolution « jacobine », à supposer que ses dirigeants en aient eu la volonté, ait eu le temps d’agir sur les campagnes. Mais, on le voit, la Contre-Révolution rurale ne peut totalement revenir en arrière et effacer la Révolution, sous peine de se couper de son principal soutien : les paysans.

29Vraie « révolution d’en bas » qui s’est appuyée sur l’adhésion, entre autres, de la majorité de la partie de la population la plus nombreuse, la paysannerie, la Révolution française a rayonné largement au-delà de l’hexagone, stimulant souvent les transformations sociales et politiques à l’étranger, directement dans les territoires annexés comme la Belgique, ou indirectement dans les républiques sœurs, mais elle a également provoqué ailleurs un raidissement des forces conservatrices, un moment en Italie en 1799, dès 1792 en Espagne. Elle est allé plus vite et plus loin que les « révolutions d’en haut », parce que, visant davantage que la construction d’un État efficace à laquelle la vision de C. Tilly la réduit, son radicalisme et le soutien qu’elle a trouvé dans la société ont brisé la résistance de la noblesse et du clergé que la plupart des despotes éclairés, qui n’avaient l’appui que d’une intelligentsia limitée et une bourgeoisie maigre, ont ménagés. L’émotion et la révolte rurales jouent dans son déroulement un rôle essentiel et prennent la suite – avec des caractères nouveaux – des événements équivalents dans l’Ancien Régime. Quelles que soient les apparences, ces faits dès avant 1789 n’étaient pas uniquement tournés vers le passé comme le veut l’interprétation de Y.M. Bercé et de R. Mousnier. Dans la mentalité des milieux populaires de l’époque, la nouveauté et la revendication qui risquent d’ébranler les structures en place ne sont avancées que, contradictoirement, travesties dans des formules anciennes qui rassurent et dans un langage légaliste ou même religieux comme certains manifestants des troubles des campagnes de l’Oise étudiés par G. Ikni, lesquels justifient leurs revendications avec des références bibliques. Et quoiqu’elles aient peu d’effets immédiats, cela ne signifie pas qu’elles n’aient pas d’effet du tout parce que avant 1789 en France ni ailleurs elles n’ont jamais mis en danger le pouvoir central. On peut penser que l’allègement du poids de la taille et de la capitation en France par rapport à la production au long du xviiie siècle est lié au souvenir pour la monarchie des grandes révoltes anti-fiscales du xviie siècle et à la persistance d’une agitation sur les impôts plus discrète, mais nettement relevée pour le siècle des Lumières par J. Nicolas. Les administrateurs des monarchies d’Ancien Régime savent bien qu’il leur faut compter avec l’éventualité d’un déchaînement de la colère populaire comme en témoigne leur correspondance. Et la violence légale de certaines répressions montre qu’il règne chez les dominants, même au xviiie siècle, une peur sociale alliée au mépris de classe.

30Avec ses modalités et ses finalités particulières, il y a donc bien partout un mouvement paysan, et qui est autonome comme G. Lefebvre l’avait relevé pour la France, quelles que soient les influences qu’il reçoive des Lumières et des milieux intellectuels. Cependant, il ne peut l’emporter – et pas nécessairement totalement – qu’en alliance tacite avec la bourgeoisie. L’agitation des métayers du Morvan ou de l’Aquitaine en 1791-1793 n’obtient rien parce qu’elle se heurte au dogme de la propriété privée que partagent Feuillants, Girondins et la majorité des Montagnards. C’est là la grande faiblesse des rébellions de serfs de l’Europe centrale et orientale, ils ne trouvent pas d’aide d’une bourgeoisie nombreuse. Même les « Jacobins » de ces pays demeurent longtemps très réservés sur les questions agraires. Ceux de Hongrie dans les pamphlets des années 1790 s’en tiennent à la possibilité de rachat des droits féodaux, d’affranchissement pour les serfs contre une somme fixe et au droit pour les non-nobles d’acquérir de la terre, sans envisager de système de crédit. Le principal d’entre eux, Martinovics, à son procès en 1795 déclare que lui et ses amis n’avaient pas de contact avec les paysans et qu’ils n’avaient sur les rapports sociaux à la campagne que des idées vagues. En Russie, Novikov et Raditchev qui se sont penchés sur la question paysanne à la fin du xviiie siècle demeurent isolés et il faut attendre 1825 et la sédition décabriste pour voir proposer dans le Manifeste trouvé dans les papiers de Troubestskoï l’abrogation du servage. Cependant en Pologne l’épreuve de la révolution manquée de 1794 a porté quelques fruits : la proclamation préparée en 1797 par la conjuration de Gorzkowski, dont les membres sont arrêtés avant d’avoir pu agir, prévoit avec des accents venus de la Révolution française la libération des serfs et le partage des grandes propriétés. Même les batailles perdues ne sont jamais totalement inutiles.

Haut de page

Bibliographie

On peut citer pour le sujet ici traité une liste infinie de titres de livres et articles. On se reportera à la bibliographie parue dans Historiens et Géographes, 387, juillet 2004, et au livre dirigé par J.-P. Poussou, Guide. Révoltes et révolutions en Europe et aux Amériques 1773-1802, Paris, 2004. Je n’ai mentionné que quelques titres particulièrement utiles déjà indiqués dans ces travaux et d’autres qui ne le sont pas et qui peuvent néanmoins rendre service.

– C. TILLY, Les révolutions européennes 1492-1992, Paris, 1993. Coll. L’abolition de la féodalité dans le monde occidental, CNRS, Paris, 1971. Coll. La Révolution française et le monde rural, CTHS, Paris, 1989.

– J. NICOLAS, La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale 1661-1789, Paris, 2002.

– J. NICOLAS, « Les mouvements populaires dans le monde rural sous la Révolution française : état de la question », Bull. Soc. Hist. Mod. Contemp., 1986, 3.

– dir. M.-D. DEMELAS, N. VIVIER, Les propriétés collectives face aux attaques libérales 1750-1914. Europe occidentale et Amérique latine, P.U. Rennes, 2003.

La Révolution française, idéaux, singularités, influences, Grenoble, 2002.

– dir. M. LAPIED, C. PEYRARD,  ed. R. CHAGNY, La Révolution française au carrefour des recherches, Aix, 2003.

– Y.-M. BERCE, Introduction de dir. J.-P. Poussou, Le bouleversement de l’ordre du monde, SEDES, Paris, 2004.

– H. DELPONT, La victoire des Croquants. Les révoltes paysannes du grand Sud-Ouest pendant la Révolution, Nerac, 2002.

– A. ROLLAND-BOULESTREAU, Les notables des Mauges. Communautés rurales et Révolution 1750-1830, Rennes, 2004.

– V. SOTTOCASA, Mémoires affrontées. Protestants et catholiques face à la Révolution dans les montagnes du Languedoc, Rennes, 2004.

– P. DUPUY, « Réformisme, révoltes et conscience nationale dans les Îles britanniques (1773-1802) », in Révoltes et Révolutions en Amérique et en Europe (1773-1802), Association des Historiens Modernistes des Universités, Paris, PUPS, pp. 25-43, 2005.

– G. LEMARCHAND, « Facteurs internationaux et facteurs intérieurs dans les révolutions du xviiie siècle : la révolution brabançonne », Cah. d’Hist de Inst. de Rech. Marxistes, 1986, 26.

– J. BLUM, The end of the old order in rural Europe, Princeton, 1978 (Europe centrale et orientale).

– J. TOPOLSKI, « Reflections on the first partition of Poland 1772, Acta Poloniae Historica, 1973, 27.

– E. DONNERT, « Les luttes politiques et les tentatives de rénovation sociale en Pologne pendant la Diète de 1788-92, Rev. des Et. Slaves, 1989, 1-2.

– R. PORTAL, L’empire russe de 1762 à 1855,  Paris CDU, 1966.

– D. EECKAUTE, « Les brigands en Russie aux xviie-xviiie siècles, Rev. d’Hist. Mod. Contemp., 1965, 3.

– M. EDROIU, « La révolte d’Horea et le contexte politique Sud-Est européen », Rev. Et. Sud-Est-Européen, 1984, 4.

– V. MIHORDEA, Maîtres du sol et paysans dans les Principautés roumaines au xviiie siècle, Bucarest, 1971.

– I. RANCA, « Les antécédents politiques du « Supplex » des Roumains de Transylvanie », Rev. Roumaine d’Histoire, 1970, 1.

– E. HAUMANT, La formation de la Yougoslavie xve-xxe siècles, Paris, 1930.

– J. NOUZILLE, Histoire des frontières : l’Autriche et l’Empire ottoman, Paris, 1991.

– D. DJORDGEVIC, La révolution nationale des peuples balkaniques 1804-1914, Belgrade, 1965.

– B. CVETKOVA, « Les mouvements anti-féodaux dans les terres bulgares sous domination ottomane xvie-xviiie siècles », Études historiques, Sofia, 1965.

– P. COQUELLE, Histoire du Monténégro et de la Bosnie depuis les origines, Paris, 1895.

– J. BATTAIL, R. BOYER, V. FOURNIER, Les sociétés scandinaves de la Réforme à nos jours, Paris, 1992.

– F. SKUBBELTRANG, « The history of the Finnish peasant », Scandinavian Economic History Review, 1964, 2.

– J. GEORGELIN, L’Italie à la fin du xviiie siècle, Paris, 1989.

– A. DOMINGUO ORTIZ, Sociedad y estado en el siglo XVIII espagnol, Madrid, 1976.

– M. ZYLBERBERG, « Les mouvements populaires en Espagne xvie-xviiie siècles », Cah. d’Hist. de Inst. de Rech. Marxistes, 1981, 6.

– J.-A. GALLEGO, El motin d’Esquilache 1766, Madrid, 2003 (déborde 1766).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guy Lemarchand, « Pour une typologie des troubles ruraux en Europe (1760-1802) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 94-95 | 2005, 27-56.

Référence électronique

Guy Lemarchand, « Pour une typologie des troubles ruraux en Europe (1760-1802) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 94-95 | 2005, mis en ligne le 01 janvier 2008, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1064

Haut de page

Auteur

Guy Lemarchand

Professeur émérite à l’Université de Rouen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page