Navigation – Plan du site
DOSSIER
Approches méthodologiques

Aperçu des tendances et des enjeux historiographiques : le nécessaire débat

Claude Mazauric
p. 19-25

Résumé

Comparant la conjoncture historiographique différentielle des années présentes et celles d’il y a vingt ans, l’auteur se livre à une analyse serrée des déplacements du « paradigme interprétatif ». Il montre que l’heureuse évolution qui a consisté à placer les « révoltes » et « révolutions » au centre des questionnements est à mettre au crédit des recherches et des travaux entrepris et achevés au cours des années du Bicentenaire, dans les directions indiquées principalement par Michel Vovelle, historien novateur, héritier de toute la tradition historiographique dite « jacobine ».

Haut de page

Texte intégral

1Je voudrais être bref en ne proposant que quelques jalons pour une discussion et une réflexion à prolonger au-delà de la présente journée. Je ne reviendrai pas sur le contenu de ce que j’ai exposé dans mon article paru en septembre 2004 dans le recueil dirigé par Serge Bianchi et Philippe Bourdin aux Editions du Temps (pp. 23-42), mais ce que j’exposerai ici s’inscrit dans la continuité de ce que j’ai développé dans l’article en question. Pour commencer, observons l’originalité du moment actuel par comparaison avec ce qui dominait hier.

2Nous voilà il y a vingt ans : les préparationnaires du capes et de l’Agrégation d’aujourd’hui sortaient à peine de l’école maternelle et celles et ceux qui les enseignent étaient tout juste en train de commencer la préparation de leurs travaux de recherche ! Insérée dans un ensemble plus vaste portant sur « L’Europe à la fin du xviiie siècle : vers 1780-1802 (à l’exclusion des pays scandinaves, de la Russie et de l’Empire ottoman) », l’histoire de la Révolution française était donc inscrite par un biais au programme de l’Agrégation d’histoire et du capes d’histoire et de géographie et c’est sur elle en tant que partie du programme que portèrent la plupart des questions d’oral et même la question d’écrit de l’Agrégation au concours de 1985. Replaçons-nous dans la configuration historiographique de l’époque : elle était marquée par la récente hégémonie de l’historiographie libérale-conservatrice d’origine anglo-saxonne, représentée en France, à sa manière, par François Furet, lequel présidait aux destinées du principal lieu de recherches en histoire, sciences sociales et humaines à Paris, l’EHESS, et influençait, à la suite de Fernand Braudel, la plus grande partie de l’édition française opérant dans le champ de l’histoire. Albert Soboul était mort depuis deux ans et Michel Vovelle venait tout juste d’être intronisé à la direction de l’IHRF, étant élu sur le poste de professeur d’histoire de la Révolution française qui existait à la Sorbonne depuis Aulard en 1885. En ces années-là, nous entrions dans la phase de préparation de la commémoration du bi-centenaire de la Révolution auquel le Président de la république, François Mitterrand, élu en mai 1981, voulait donner un éclat tout particulier, le plus consensuel possible pour ne pas dire ambigu. Simultanément, une histoire de la Révolution française délibérément contre-révolutionnaire faisait un retour dans l’espace public, d’autant plus spectaculaire qu’elle était portée par un grand nom, Pierre Chaunu, lequel œuvrait à la fois à l’Institut de France et à l’Université de Paris-Sorbonne où il entraînait dans son sillage tout un groupe composite d’historiens allant des fidèles du Souvenir vendéen ou de la tradition maurassienne et d’anciens communistes repentis comme Alain Besançon et Jacques Dupâquier, à des libéraux comme Jean Tulard (celui-ci mezzo voce) et quelques autres proches du Front national alors en pleine croissance d’effectifs et d’influence. Historiens et Géographes, la revue de l’Association des professeurs d’histoire et de géographie, publia dans son numéro 300-301 de septembre/octobre 1984 (pp. 57 à 77), la bibliographie « officieuse » de la question de concours dont l’auteur, suggéré comme à l’habitude par le jury d’agrégation, en l’occurrence directement par Jean-Pierre Poussou (dont je reparlerai bientôt), fut Jean Meyer, historien de la noblesse bretonne, professeur à Paris IV et connu pour son engagement très à droite. D’inspiration ouvertement anti-révolutionnaire, donc partiale et s’affichant comme telle, au surplus pleine d’inexactitudes et d’approximations dans le jeu des références, cette bibliographie suscita la protestation de Jacques Godechot (auquel elle rendait pourtant hommage !) et celle, unanime, du séminaire de Michel Vovelle, ce qui conduisit, fait unique dans les annales de l’APHG, à la publication d’une protestation dans un numéro suivant d’Historiens et Géographes. Sans exagérément forcer le trait, il me semble que la bibliographie proposée par Jean Meyer s’ordonnait autour de trois idées peu ou prou inscrites dans la tradition historiographique hostile à la Révolution. La première, très furétienne (première manière) dans la démarche, mais venue de toute la tradition historiographique libérale-conservatrice, retenait, contre une supposée position « marxiste », l’idée du « dérapage » (« des dérapages successifs » [sic] de la Révolution) : à la volonté de réforme maîtrisée et dominée par les élites nobiliaires et bourgeoises, inspirée par les « Lumières » modérées, et mise en œuvre sous des formes diverses en mouvement dans tous les Etats européens, s’est ajoutée en France à partir de l’automne de 1789 ou après 1791 une révolution populaire pensée comme l’avait décrite Taine dans les Origines de la France contemporaine, une sorte de malédiction à effet durable qui a contribué à fonder cette « spécificité française » (« la Révolution, phénomène spécifique français » [sic]), celle de la présence active dans la politique de porte-parole autodésignés de couches populaires tenues pour attardées et jalouses, une présence, d’ailleurs, certes, encore vivace mais assurément sur le déclin en cette fin du xxe siècle. De la tradition royaliste, Jean Meyer retenait l’idée que la révolution populaire et jacobine n’avait pu s’imposer à une France rétive et hostile à la guerre qu’en raison précisément de cette guerre voulue par les révolutionnaires contre l’Europe, pacifique mais divisée, de princes éclairés, attachés à l’équilibre entre les puissances mais jaloux les uns des autres. La logique événementielle conduisit ensuite à ce que la guerre produise la prolongation de la guerre, notamment maritime avec l’Angleterre… Troisième thème, très inspiré de la doxa historiographique germanique du xixe siècle : finalement, l’Europe, engagée comme elle l’était depuis un demi-siècle dans un processus apaisé de modernisation voulue par des souverains et des ministres réformateurs, inspirés par le « caméralisme » de type habsbourgeois ou prussien, « refusa » (sic) aussi bien les idées subversives que portait la nouvelle « culture politique » issue de la Révolution que les formes et modèles d’institutions « nationales » ou étatiques qu’elle introduisit par la force en Europe. La bibliographie de Jean Meyer n’hésitait pas ainsi, par les titres d’ouvrages retenus, à se projeter, bien au-delà du terme du programme d’étude, jusqu’à évoquer la Sainte Alliance !

32004-2005 : vingt ans plus tard ! Nous voici devant un tout autre paysage et une tout autre manière de réinsérer la Révolution française dans son espace international et chronologique le plus large. Aujourd’hui, on traitera de la Révolution en la resituant moins dans un xviiie siècle apaisé et soumis à des pouvoirs d’État guidés par la Raison que dans un ensemble plutôt rebelle de « révoltes » et, le cas échéant de « révolutions », ayant affecté pendant les trois dernières décennies du siècle toute l’Europe de l’Oural à l’Atlantique, de la Norvège à la Sicile, et les deux Amériques y compris, naturellement, l’aire coloniale caraïbo-antillaise : l’accent est donc délibérément mis sur la comparaison, de sens, de formes et d’effets, des luttes populaires, rébellions, émeutes, dissidences collectives et insurrections, certes d’ampleur inégale et de portée ou de signification variables, voire opposées, mais qui ont traversé, souvent chamboulé ou transformé, comme ce fut le cas en Amérique du Nord, à Saint-Domingue ou en France, l’ordonnancement du monde. Autre donnée pour faire image : les membres du jury de l’Agrégation d’histoire, au regard de la question mise à l’étude, sont, de notoriété publique, de sensibilité différente de celles et ceux qui composaient le même jury en 1985-1986. Observons-le également et sans rien surestimer : les ouvrages disponibles récents ou spécialement édités en vue de la préparation des concours traduisent, dans leur nombre et leur diversité, l’existence d’un panorama historique indiscutablement transformé.

4De ce point de vue, trois caractéristiques me semblent émerger :

1. A l’image d’une Europe des Lumières et des élites rassemblées sous l’autorité respectueuse de monarques modernisateurs succède le tableau d’un monde européen-occidental marqué par les révoltes et leur répression, par le dissensus (antonyme de consensus) des peuples, l’esprit d’indépendance, observé dans une aire géopolitique qui englobe le monde colonial, c’est-à-dire qui associe sous le même regard dominants et dominés, exploiteurs et exploités, États-métropole et périphéries plus ou moins dépendantes : ce qui implique, même si cela n’est pas central au vu du libellé de la question, une juste appréciation des phénomènes de gestion impériale ou étatique, des réalités économiques et des modalités très diverses des rapports sociaux (Gutsherrschaft, Grundherrshaft, servage en Europe orientale, esclavage et traite dans l’Ouest atlantique, seigneurialité, « féodalisme », « Exclusif », construction du marché mondial, capitalisme marchand et manufacturier, urbanisation, monnaies, etc.).

2. Replacée dans cette configuration, la Révolution française est saisie inévitablement comme l’une des voies du développement historique, pas la seule, mais pas non plus un isolat dans le monde de ce temps. L’accent est donc à mettre sur les effets induits, sur les interactions politiques ou idéologiques, sur les échos venus d’un lieu et opérant ailleurs : par exemple, d’Amérique du Nord en France avant 1789, de France en Irlande, Pologne ou Italie après 1790, de la Révolution de France sur celle de Saint-Domingue et dans les Antilles, etc., et même jusqu’aux légers tremblements qui affectent la Russie de Paul Ier.

3. Du point de vue historiographique, le renouvellement des auteurs de recueils divers et de livres de synthèse est sensible. Pour m’en tenir aux seuls Français et sans négliger ou effacer la présence des ouvrages d’auteurs plus anciens (Lefebvre, Labrousse, Godechot, Furet, Soboul, Suratteau, etc.) ou de la génération qui leur fut immédiatement postérieure (Vovelle, Bertaud, Poussou et alii, etc.) , je remarque que de nouveaux noms d’auteurs occupent le devant de la scène : Philippe Bourdin et Jean-Luc Chappey, Jean-Pierre Jessenne, Jean-Clément Martin, Michel Biard et Pascal Dupuy, Annie Jourdan, Serge Bianchi, Marcel Dorigny, Jacques-Olivier Boudon, Marc Belissa, d’autres encore : tous insérés dans des lieux de recherche et des établissements largement plus disséminés sur tout le territoire et pas seulement parisiens. L’observation de la bibliographie internationale, évidemment peu sensible à « l’effet-concours » français, conduirait, je crois, à un constat sensiblement comparable : on en pourra discuter.

5Comment interpréter ces évolutions ? Telle est la question que je voudrais aborder dans ce troisième point. Je crois y déceler le résultat de trois facteurs spécifiques et pour une part conjoncturels :

1. D'abord l’influence considérable exercée sur l’historiographie révolutionnaire et du temps de la Révolution française par le bicentenaire de 1789 avec, au centre, le Congrès mondial de 1989 dont Michel Vovelle fut le maître d’œuvre et, en amont comme en aval jusqu’en 1992, les centaines de colloques qui ont accompagné la commémoration et relancé la recherche sur la Révolution française et l’espace de temps dans lequel elle fut insérée. Je pourrais multiplier les exemples… mais chacun pourra établir sa propre sélection !

2. Les succès universitaires de dizaines de chercheurs historiens spécialisés, français, européens et américains, qui, pour le plus grand nombre d’entre eux, ont travaillé, non dans la mouvance de Furet et de Chaunu, mais en se plaçant, pour la plupart, dans le sillage de l’IHRF dirigé par Michel Vovelle, en ayant eu l’audace et l’intelligence de ne pas faire l’impasse sur les orientations adverses mais, tout au contraire, en prenant à bras-le-corps les problématiques inspirées du libéralisme conservateur ou de la contre-révolution, qui ont su développer, contre les points de vue dépréciateurs, une profonde histoire à la fois sociale et culturelle, renouvelée en ses démarches et ses sources, capable de rendre compte de l’importance de la Révolution française en la replaçant entièrement dans les configurations générales de son temps : au cheval de Troie d’une vision idéologique de la « culture politique » à la manière de Keith Baker, ils ont répondu par de remarquables travaux d’histoire de la sociabilité politique et de sémantique ou de terminologie ; à la réduction du phénomène révolutionnaire à la violence ou à la Terreur d’État, ils ont opposé des recherches sur le fonctionnement de l’État national en construction, l’observation du champ de la citoyenneté, du circonstanciel et de la guerre, l’étude des institutions arbitrales en voie d’institution. La responsabilité des grands leaders ? On y a répondu par une mise à l’épreuve d’enquêtes biographiques distanciées et remises en contexte. Prospérité ou catastrophe ? Le débat ne s’est pas enlisé dans l’indifférencié ou le global, mais dans le différentiel des enrichissements et des régressions, selon les lieux, les catégories, les destinataires des flux de survaleurs ou de la vente des biens fonciers et immobiliers, etc. Contre-Révolution ? Certes, mais aussi les faits d’anti-Révolution, leur origine, leur sociologie, leur appui sur des réseaux d’influence plus que l’anatomie de « courants » indifférenciés. Culture et idéologies ? Assurément, mais aussi éducation, presse, journaux, institutions culturelles, iconographie et mise à jour des codes iconiques… Et puis voici l’Église, les Églises et les confessions, observées sous le prisme du grand processus de laïcisation, commencé bien avant elle, mais dont la Révolution française a, du fait de ses circonstances singulières, inventé les prémisses d’un « modèle » d’une puissante originalité.

6De ce déplacement que j’essaie de ne pas surestimer, des faits témoignent à l’évidence : je n’en retiendrai qu’un seul, symptomatique. Alors qu’il y a vingt ans les positions, d’ailleurs changeantes sur quelques points centraux, de François Furet régnaient presque sans partage sur l’historiographie américaine et qu’en 1990, encore, au Congrès international des sciences historiques de Montréal, on rendit hommage en séance plénière à son herméneutique en la considérant comme quasiment indépassable, les 19 et 20 juin derniers, lors de l’imposante assemblée, tenue dans le Grand auditorium de la Bibliothèque nationale François Mitterrand à Paris, de la Society for French Historical Studies, un hommage solennel était rendu à Michel Vovelle pour l’ensemble de son œuvre : on y entendit les propos élogieux et pertinents de quelques grands noms de l’historiographie anglo-saxonne d’aujourd’hui (Timothy Tackett-Université de Californie à Irvine, Peter Mc Phee-Melbourne, Colin Jones-Warwick, Donald Sutherland-Maryland, Isser Wolloch-Columbia à New-York) sans qu’aucun d’entre eux n’ait entrepris d’en rabattre sur l’orientation « jacobine » de l’œuvre historienne de Michel Vovelle.

7Je voudrais conclure sur la question de cette « spécificité française » dont la Révolution aurait manifesté le moment essentiel, sinon fondateur, d’une dérive biséculaire qu’on tient généralement pour éminemment regrettable dans la bonne société. Sur cette question, je crois qu’on peut parler d’une modification du « paradigme interprétatif ». Autrefois déjà, de 1970 à 1982, Albert Soboul avait combattu l’idée que la Révolution française incarnait le modèle « classique » des révolutions bourgeoises comme on le répétait après le « jeune Marx » et sous l’influence des leçons de Hegel en 1831 dans son cours professé à l’Université de Berlin dans lequel on voyait combien l’expérience révolutionnaire française l’avait fasciné. Soboul insistait au contraire, dans la ligne de l’Histoire socialiste de la Révolution française de Jean Jaurès, sur l’originalité plébéienne, paysanne et roturière, de la « voie » française au capitalisme et à la démocratie républicaine. François Furet et les historiens libéraux-conservateurs, eux, dans l’esprit de Tocqueville, insistaient pour leur part et contradictoirement sur la traditionnelle « spécificité » du cas français, marqué par cette « passion » populaire de l’égalité (notamment sociale et pas seulement civile ou « formelle ») et cette présence incongrue des « forces de la misère et de la colère », formule reprise de Michelet, dans un pays dont les « élites » avaient magnifié les « Lumières » et soutenu la théorie (et même les pratiques du « prince souverain éclairé ») avant de se rallier au principe du « gouvernement représentatif » d’essence démocratique. Deux points de vue antithétiques qui ont cependant convergé pour exemplariser le « modèle » français. On en est visiblement sorti et c’est une avancée qu’un comparatisme soigneux permettra d’approfondir, notamment par la mise en valeur des enjeux sociaux et des formes politiques ou culturelles qui ont différentiellement marqué les divers mouvements « nationaux » d’émancipation et d’accession aux institutions représentatives de l’époque contemporaine, corrélatives au développement du capitalisme industriel.

8Cependant, point trop n’en faut ! On se réjouira par exemple, s’agissant de la Révolution française, que des historiens qu’on positionnera, pour le dire vite, « à droite » ou au « centre » comme plusieurs de ceux qui se rassemblent autour de Jean-Pierre Poussou, aient renoncé (pour la plupart sinon tous, ce qui serait illusoire) à emboîter le pas aux nostalgiques de la contre-révolution qui campent toujours au sein de l’Académie des sciences morales et politiques, hésitant moins que naguère, comme cela apparaît dans leurs derniers écrits, à replacer le mouvement de transformation propre à la France dans un vaste processus qui traverse l’Europe et les Amériques. Cependant, on n’oubliera pas, en refusant de se laisser gagner par une banalisation outrancière de la vérité des choses et du respect de la spécificité de chaque révolte, rébellion ou « révolution », que dans ce processus multiforme de transition, à la fois économico-social et politico-éthique, comme nous le mettions en valeur en novembre 1992 au Symposium de Rouen (telle est l’appellation exacte de ce colloque), et qui s’est réalisé au cours des trois quarts de siècle qui ont suivi, la France révolutionnaire a exercé une triple influence décisive qui marque son irréductible originalité : d’abord en raison de sa situation de première puissance en Europe (à la fois productive, démographique, financière, militaire…) de 1789 à 1814, ensuite par la radicalité, toute plébéienne, de son engagement révolutionnaire dans le cadre de la nation souveraine, « modèle » qui a suscité partout en Europe et dans une partie du monde, une suite d’adhésions, d’imitations, de réactions et contre-réactions, dont l’écho ou l’effet se sont énergiquement manifestés jusqu’au-delà de 1848 et 1871, enfin par la portée idéologique et la réflexivité théorique du discours révolutionnaire français sur lui-même que l’exemplarité des institutions nées de la Révolution et consolidées en partie par Napoléon a contribué à rendre omniprésentes dans le champ culturel et politique européen et même mondial.

9L’Europe ni une bonne partie des Amériques n’ont pas « refusé la Révolution » comme le disait autrefois Jean Meyer dans la chronique que j’évoquais en commençant : elles se sont au contraire pliées de gré ou de force ou, le plus souvent après la décennie 1815-1830, insérées comme par induction dans le nouveau cours des réalités qu’avait incarné à sa manière la France en révolution.

10Ici se marque la relative spécificité de l’histoire française et l’importance cardinale de sa révolution à la fin du xviiie siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Mazauric, « Aperçu des tendances et des enjeux historiographiques : le nécessaire débat », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 94-95 | 2005, 19-25.

Référence électronique

Claude Mazauric, « Aperçu des tendances et des enjeux historiographiques : le nécessaire débat », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 94-95 | 2005, mis en ligne le 01 janvier 2008, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1060

Haut de page

Auteur

Claude Mazauric

Professeur émérite à l’Université de Rouen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page