Navigation – Plan du site
DOSSIER

Des révoltes au temps de la Révolution française

Michel Biard
p. 11-15

Notes de la rédaction

Il s’agit de l’introduction faite à la journée d’étude organisée le 21 janvier 2005, tenue dans les locaux de l’IUFM de l’Académie de Rouen, à Mont-Saint-Aignan. Cette journée n’aurait pu être possible sans le soutien enthousiaste de Madame Françoise Fleury, directrice de l’IUFM. Qu’elle en soit ici remerciée, de même que Mme Chevtchenko qui a bien voulu nous aider pour la transcription de l’un des textes. 

Texte intégral

1L’opportunité d’une question proposée pour le capes et l’agrégation d’histoire 2005-2006 conduit aujourd’hui les historiens de la Révolution française, et d’autres avec eux, à repenser non seulement les liens et rapports entre les révolutions de la fin du siècle des Lumières, mais aussi à réfléchir de nouveau à l’association des mots « révoltes » et « révolutions ». Si une question ainsi mise au concours ne donne en général pas lieu à de nombreuses publications scientifiques marquantes, elle est, en revanche, toujours l’occasion d’une réflexion et de synthèses qui témoignent de l’état de l’historiographie et des recherches à un moment donné. Ainsi, force est-il de constater que ces « révoltes et révolutions » n’ont pas dérogé à une tradition bien établie, puisque c’est désormais une bonne douzaine de manuels sur la question qui est proposée par des éditeurs soucieux d’occuper un marché évidemment toujours rentable. On trouvera parfois dans ces ouvrages d’intéressantes réflexions sur les notions de « révolte » et de « révolution », même s’il est inquiétant de constater que çà et là ces mots sont définis à l’aide de dictionnaires récents, là où leur sens au xviiie siècle donne pourtant à penser quant aux étapes qui peuvent mener d’un stade à l’autre d’une révolte, voire d’une révolte à une révolution (il suffit à cet égard de consulter les diverses définitions offertes par les éditions successives au xviiie siècle du Dictionnaire de l’Académie). Les différences entre ces manuels, que d’aucuns analyseront en d’autres lieux, sont considérables et attestent avec force que la période révolutionnaire non seulement reste un terrain de recherches d’une grande richesse, mais est toujours l’objet de polémiques. Il suffit à cet égard de constater la différence entre le « guide » et le manuel produits sous la direction de Jean-Pierre Poussou (publiés en 2004-2005 aux éditions SEDES). En effet, si le « guide » bibliographique et historiographique, publié quelques temps avant le manuel, laissait apercevoir une louable ouverture d’esprit, dans la mesure où la plupart des travaux sur la période étaient cités (fût-ce pour en contester le contenu), quelques chapitres du manuel sont hélas consternants dans leur évidente volonté de garder un silence total sur nombre d’ouvrages, articles, contributions et communications. Reste à espérer que les références bibliographiques scandaleusement lacunaires qui y sont données ne conduiront pas de malheureux étudiants vers un désastre certain, tant cette étrange pratique du silence conduit à des aberrations scientifiques.

2Mais laissons là les manuels de concours pour revenir à la question posée. La conjonction de coordination placée entre les deux termes présents dans cette question donne bien sûr sens à celle-ci et autorise, au-delà d’un simple voisinage de vocabulaire, une vision dialectique des processus qui lient étroitement révoltes et révolutions. La présente journée d’étude ne prétend en rien proposer une synthèse qui couvre l’ensemble de la question, elle se veut simplement réflexion à plusieurs voix sur les révoltes au temps de la Révolution française, afin notamment d’insister sur un fait essentiel, au cœur de la question : la construction d’un nouvel ordre qui s’accompagne d’un discours sur les notions d’ordre et de désordre, que ce soit à l’intérieur des frontières nationales ou au-delà de celles-ci. Pour ouvrir les débats de façon quelque peu provocatrice, je soulignerais volontiers que si la Révolution française est indubitablement liée aux révoltes qui l’ont précédée et accompagnée, elle est aussi un temps où se met en place un nouvel ordre qui entend terminer au mieux et au plus tôt le processus révolutionnaire ainsi qu’empêcher les révoltes. Pour autant, cette Révolution qui ne se conçoit en rien comme « permanente » marque également un temps fort de la diffusion d’idées émancipatrices que des individus, des groupes sociaux, voire des nations, vont reprendre, adopter et adapter. Aussi, au gré de la radicalisation des affrontements politiques, économiques et sociaux, certains vont-ils justement tendre à transformer la Révolution en un processus « permanent », allant jusqu’à affirmer que chaque individu doit opérer en lui-même une révolution aussi profonde que celle qui a bouleversé la France. Aussi encore, selon la vision chère au peintre Jacques Réattu, la liberté née de la Révolution française fait-elle le tour du monde, que ce soit par le seul impact de ses idées et de ses réalisations, ou que ce soit par la force de ses armes dès lors que la France révolutionnaire plonge dans la guerre au printemps 1792. D’aucuns ont certes objecté que bien avant 1789, l’exemple révolutionnaire américain avait lui aussi eu une influence considérable dans le monde entier. Il ne s’agit en rien de le nier et l’on sait notamment l’extrême importance de la « guerre d’Amérique » pour certains milieux politiques et culturels en France, ce dont un individu comme Brissot pourrait porter témoignage. Pour autant, force est d’insister sur le fait que l’impact de la « Révolution de France », comme l’appelle Burke, est infiniment plus profond que celui de la guerre d’indépendance devenue révolution en « Amérique », ne serait-ce qu’en raison même du pays touché ! La France de 1789, c’est alors la plus grande puissance politique, militaire, économique, démographique. C’est le pays qui depuis des siècles a voulu et souvent su imposer son action, ses appétits territoriaux, ses arbitrages dans le concert des nations. Le fait même que les armées françaises aient pu si longtemps tenir tête aux armées de pays européens coalisés contre la Révolution suffit à  constater cette particularité française. Par ailleurs, il est évident que le bouleversement issu de la Révolution française est infiniment plus important que dans le cas américain, le séisme de 1789 s’accompagnant de clivages politiques particulièrement durables, de très profonds changements économiques et sociaux (notamment dans la conception et la distribution de la propriété), d’un schisme religieux, de bouleversements culturels, mais aussi bien sûr d’une onde de choc politique et militaire qui a déferlé sur l’Europe et dont les effets ont duré au moins jusqu’en 1815, et même à bien des égards au-delà de cette date. Pour oser la simplification, la Révolution américaine est une étape clé dans la naissance et le développement d’une nouvelle nation, une fois débarrassée de la puissance coloniale qui la maintenait dans son orbite, là où la Révolution française marque l’entrée d’une très ancienne puissance européenne dans une nouvelle ère, avec comme prix des rapports de force et des conflits fratricides qui marquent durablement la vie du pays et les consciences.

3Toutefois, constater la radicalisation progressive de la Révolution jusqu’à ce qui était autrefois défini avec l’an II comme son « apogée », constater le fait que la participation populaire à la politique a pu parfois laisser croire à une « permanence » de la révolution à accomplir, constater la puissance de l’onde de choc, tout cela n’empêche en rien un autre constat : le souci d’un nouvel ordre à créer et à défendre a été affiché dès les premiers temps de la Révolution, et ce souci a évidemment pesé très lourd vis-à-vis des révoltes. Certaines des communications qui suivent décriront cette place du mouvement rébellionnaire au temps de la Révolution française, y compris dans des pays étrangers où les idées révolutionnaires ont pu contribuer à déclencher des révoltes, d’autres évoqueront la construction et le maintien du nouvel ordre issu de 1789. Pour ma part, j’insisterai brièvement, en conclusion, sur un point nodal de la rencontre entre révoltes et Révolution en France, c’est-à-dire le rapport entre les législateurs et les révoltes populaires, rapport essentiel à bien des égards. Dans l’un des manuels récemment parus, Sophie Wahnich évoque à ce propos deux « conceptions de la représentation », l’une où « le législateur doit être le traducteur de la voix du peuple, l’autre où le législateur s’appuie sur un peuple réduit à une fiction théorique et où il n’a pas à être “peuple” ». Dans la première catégorie, se rangeraient, à l’en croire, tous les députés qui ont compris la nécessité d’opérer « la traduction des émotions [populaires] en lois », dans la seconde tous ceux qui refusent « tout échange avec le peuple et ses porte-parole ». Si l’idée de lois justes et destinées à construire un ordre susceptible de rendre inutiles les révoltes dans une Cité idéale peut être validée, il me semble au contraire que, d’une part, la coupure établie entre les deux types de législateurs est par trop schématique et omet les fréquents reclassements politiques aussi bien que la complexité de chaque itinéraire individuel, et que, d’autre part, il convient de ne pas oublier que les militants parisiens qui font pression, les armes à la main, sur les représentants du peuple forment eux aussi un « peuple réduit à une fiction théorique » puisqu’ils prétendent incarner le peuple français dans son entier. Ce ne sont pas deux conceptions de la représentation qui s’affrontent, mais deux conceptions de la vie politique dans une démocratie et derrière elles apparaît le hiatus entre révoltes et Révolution (à condition de considérer que les « journées révolutionnaires » marquent l’exercice du « droit à l’insurrection » et que, dans les définitions du temps, l’insurrection est l’une des formes de la révolte) : quand et sur quelles bases « terminer la Révolution », c’est-à-dire achever l’élaboration d’un ordre qui, comme tout ordre, peut et doit réprimer les « désordres », bref d’un nouvel ordre qui en a fini aussi bien avec le processus de changement révolutionnaire qu’avec les révoltes ?

4Pour risquer le paradoxe, la Révolution terminée marque certes la fin des révoltes, mais symbolise également le triomphe de celles qui l’ont accompagnée et l’ont radicalisée dans la mesure où le fruit de l’ensemble de ces mouvements se retrouve, fût-ce en partie, dans la législation qui désormais régit le nouvel ordre des choses. Pour ne prendre qu’un exemple, il est évident que les luttes rurales incessantes à partir de 1788-1789 ont radicalisé le cours de la Révolution et conduit les législateurs à supprimer peu à peu les droits et pouvoirs des seigneurs. Or, au temps des luttes achevées et de la Révolution terminée, jamais la législation n’est revenue sur la liquidation de la « féodalité », preuve de ce triomphe des révoltes inscrit désormais dans un nouvel ordre révolutionnaire et suffisamment puissant pour s’imposer au-delà de 1815. Certes, nombre d’autres objectifs des révoltes populaires n’ont pas été atteints et n’ont par exemple pas réussi à insérer de manière durable dans la France révolutionnée une égalité qui aille plus loin qu’une simple égalité civique. Certes encore, beaucoup de révoltes se sont déclenchées contre la Révolution et ne sauraient évidemment s’inscrire dans la législation née de la décennie 1789-1799. C’est bien pour cela que « révoltes et révolutions » doivent justement être toujours analysées avec en arrière-plan la notion d’ordre. Tout comme Arlette Farge a pu écrire qu’il y avait de l’ordre dans les désordres populaires, je conclurais volontiers que la Révolution française est, par sa nature même, le fruit d’une série de désordres porteurs du désir d’un ordre plus juste, un combat contre la légalité au nom de ce qui est compris comme une légitimité. Mais, au-delà de la rupture de 1789, les régimes politiques qui en sont issus ont tous tenu un discours sur l’ordre et sur la nécessité d’empêcher les désordres. Robespierre, en novembre 1792, affirmait le peu d’importance du respect de la légalité si la légitimité réclamait une radicalisation de la Révolution : « Citoyens, vouliez-vous une révolution sans révolution ? » Si cette phrase a évidemment des implications et un contexte précis, elle n’en pose pas moins le problème central du rapport entre révolutions et révoltes : quand et comment peut-on considérer qu’un « Nouveau Régime » issu d’une révolution est solidement fondé et que face à ce nouvel ordre doit cesser tout désordre, quel qu’il soit ? Quel contrôle auront les citoyens sur cet ordre et comment pourront-ils, le cas échéant, le contester sans tomber sous le coup des lois réprimant les désordres ? Derrière la notion d’ordre se profile alors celle de pouvoir et celui-ci ne saurait être analysé uniquement dans ses aspects politiques.

5Le pouvoir implique des hiérarchies sociales, des rapports de force économiques, des liens avec la religion, comme le montrait dès 1789 un pamphlet anonyme publié sous le titre Synonymes nouveaux, qui donne la définition suivante, intéressante à bien des égards : « Patriote. En France, c’est l’ennemi des soit-disant aristocrates ; en Brabant, c’est leur partisan ; dans l’exacte signification, c’est l’ennemi de l’ordre [souligné par moi], du bien public, et de toute autorité légitime ; l’apôtre de la licence, le sectateur de la révolte et de l’anarchie, qui préfère le malheur et la subversion de son pays au respect et à la soumission dus à la religion, aux lois et au roi. » Avec une telle définition, on comprend à quel point le bouleversement de 1789 a pu être compris par les individus les plus conservateurs non comme une volonté de réformer le royaume, a fortiori comme la création d’un nouvel ordre, mais comme une sorte de gigantesque désordre contre lequel il convenait de lutter, y compris les armes à la main. Le même pamphlet, qui refuse donc d’unir comme Camille Desmoulins « les révolutions de France et de Brabant », et qui qualifie même la France révolutionnaire d’« Empire du désordre et de la licence », offre en outre une définition qui devait être reprise de façon durable par toute une historiographie hostile à la Révolution française : « Révolution de M. DCC. LXXXIX. Conjuration du vice et de la corruption contre le bien public ; de quelques scélérats puissants contre le trône ; de quelques Avocats faméliques, et dévorés d’ambition contre le clergé et la noblesse ; de ceux qui n’ont rien contre ceux qui possèdent quelque chose. » Les ultimes mots de cette phrase sont sans doute l’une des meilleures façons de caricaturer les notions de révolte et de révolution, justement car ces dernières ne sont ainsi perçues que comme des désordres contre un ordre public qui ne doit souffrir aucune contestation. Pourtant, n’en déplaise à l’auteur de ce pamphlet qui va jusqu’à voir dans la prise de la Bastille un « exploit de polissons et de brigands ivres ; entreprise digne de Cartouche et de ses suppôts », si la mise à mort de l’Ancien Régime peut être assimilée à un chaos, tant est immense la rupture accomplie par les Constituants en quelques mois, c’est bien de ce chaos que surgit la création d’une France nouvelle, d’un ordre né d’une révolution.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Biard, « Des révoltes au temps de la Révolution française », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 94-95 | 2005, 11-15.

Référence électronique

Michel Biard, « Des révoltes au temps de la Révolution française », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 94-95 | 2005, mis en ligne le 01 janvier 2008, consulté le 24 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1058

Haut de page

Auteur

Michel Biard

Professeur d’histoire moderne à l’Université de Rouen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page