Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Francis Ronsin, La Guerre et l’oseille. Une lecture de la presse financière française (1938-1945)

Paris, Syllepse, 2003, 282 p.
Sylvie Chaperon
Référence(s) :

Francis Ronsin, La Guerre et l’oseille. Une lecture de la presse financière française (1938-1945), Paris, Syllepse, 2003, 282 p.

Texte intégral

1Amateurs d’histoire économique ou financière, s’abstenir. Francis Ronsin met les points sur les « i » dès le départ : il n’est pas croyant. À ses yeux « les lois, y compris économiques, sont faites par des hommes dans le but de simplifier et de contrôler la réalité » (p. 8). Pas d’histoire économique donc.

2Au point de départ, une énigme : les cours de la Bourse française connaissent une hausse extraordinaire aux heures les plus sombres de la Seconde Guerre mondiale. La guerre, la défaite, l’exode, l’Occupation se traduisent par un quintuplement des indices boursiers. Ni la Première Guerre mondiale, ni les autres pays européens ne connaissent ce phénomène parfaitement ignoré de l’historiographie. Francis Ronsin s’est alors mis dans la peau d’un boursicoteur bien informé par la lecture de la presse financière du temps.

3Et cette lecture est édifiante. La presse « honnête, courageuse et patriote » salue la chute de Blum, se félicite du règlement de la crise des Sudètes, et ne cesse de vanter la puissance des Alliés. Les cours ne reculent que faiblement lors de la déclaration de guerre et reprennent de plus belle même après car, peut-on lire indéfiniment, l’Allemagne court à sa perte. Cet optimisme perdure même après l’invasion de la Finlande ou du Danemark et, sous une forme atténuée, après les attaques contre la Hollande et la Belgique. Le 10 juin, le gouvernement quitte Paris, la Bourse ferme sine die, les cours clôturent, sans effondrement.

4Les Bourses de Bordeaux, Lyon et Marseille prospèrent tandis que le marché noir s’organise et que la spéculation sur l’or, l’art, la pierre, bat son plein. Devenue « honnête, courageuse et collaboratrice » (p. 97), la presse distille toujours son bel optimisme, fondé sur les espoirs de la collaboration, sur le grand marché européen, sur l’inflation fiduciaire. Elle a changé pourtant ; quatre titres disparaissent pour refuser les règles du jeu des autorités allemandes, un périodique est aryanisé.

5Les cours baissent cependant, à partir de la fin janvier 1943. Effet de la défaite allemande à Stalingrad ? Les chroniqueurs ne retiennent pas cette explication. Mais c’est bien la perspective d’une paix prochaine, d’un retour à la normale et l’incertitude de l’issue de la guerre qui dégonfle les cotations. Du coup, les bons du trésor, plus sûrs, deviennent particulièrement attractifs. Le repli vire au marasme à la Libération ; le résultat des élections, les nationalisations, les impôts au titre de bénéfice illicite ; voilà autant de sujets d’inquiétude.

6Visiblement Francis Ronsin s’est beaucoup amusé à écrire ce livre. Son ironie court de phrase en phrase, telle cette conclusion du chapitre IX : « Que n’a-t-on écrit sur les terribles souffrances des civils et des militaires en cette terrible année 1943, n’a-t-on pas, ce faisant, trop négligé les angoisses qu’ont alors endurées les investisseurs et les spéculateurs ? » (p. 205). Il multiplie les traits d’humour, les points d’exclamation ou de suspension lourds d’allusions. Il emploie un « je » complètement nature ; se dit « stupéfait » ou « très surpris », interpelle ici ou là ses lecteurs. Chemin faisant, il égratigne certains de ses « collègues », tels ceux qui, comme les journalistes de l’époque, voient de fortes ressemblances entre les totalitarismes nazi ou communiste.

7Le récit peut surprendre. L’ordre est étroitement chronologique. L’historien s’efface presque complètement derrière ses sources. Les citations, longues et abondantes, s’enchaînent les unes aux autres, séparées par quelques mots de liaison, tel ce lapidaire : « Bref, la presse financière rénovée est antisémite » (p. 116). Le travail de l’historien se voit surtout dans le choix et l’ordre des citations. Ainsi, aux propos lénifiants tenus par Le journal de la bourse de Paris l’hiver 1940, affirmant n’avoir fait aucune concession pour sauvegarder sa liberté d’expression (p. 97), succèdent des extraits de l’été 1945 de journaux expliquant pourquoi ils ont refusé de paraître sous le joug allemand (pp. 99-100).

8Faut-il y voir une entreprise de déconstruction de l’Histoire ? Le récit causal, construit, cohérent, nourri de citations illustratives, laisse la place au chaos de l’actualité, aux contradictions et incertitudes du présent, aux interprétations des experts de l’époque souvent calamiteuses. Ni le sujet, à dix mille lieues des travaux précédents de l’auteur, ni son traitement, ne se laissent aisément identifier. En tout cas, en donnant à lire cette presse financière, Francis Ronsin montre de l’intérieur les intérêts particuliers de la corporation, où seules importent « les vraies valeurs : l’argent, la bourse… », loin, très loin de l’intérêt collectif. Il n’est sans doute pas mauvais de s’en souvenir à l’heure de la mondialisation libérale.

9Et puis finalement quelques « lois » se dégagent : « la Bourse ne redoute rien autant que l’incertitude » ; « lorsque les Allemands marchent sur Moscou les cours montent, alors que quand les Alliés marchent sur Berlin, les cours baissent » (p. 236), et puis encore ceci : « Les mouvements de la Bourse sont très largement impénétrables à la raison » (p. 150). Au total : « Je serais bien en mal de l’expliquer. De toute façon, je ne l’expliquerai pas, j’ai terminé mon travail » (p. 242).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Chaperon, « Francis Ronsin, La Guerre et l’oseille. Une lecture de la presse financière française (1938-1945) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 96-97 | 2005, mis en ligne le 24 juin 2009, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1051

Haut de page

Auteur

Sylvie Chaperon

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page