Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Jean-Yves Le Naour, Catherine Valenti, Histoire de l’avortement, XIXe-XXe siècles

Éd. du Seuil, coll. « L’univers historique », 2003, 388 p.
Jocelyne George
Référence(s) :

Jean-Yves Le Naour, Catherine Valenti, Histoire de l’avortement, XIXe-XXe siècles, Éd. du Seuil, coll. « L’univers historique », 2003, 388 p.

Texte intégral

1Les auteurs estiment que « le temps est venu d’une histoire dépassionnée de l’avortement ». Dans l’introduction, ils replacent le sujet dans le temps long. Dans l’Antiquité, l’avortement est toléré. C’est avec le christianisme qu’il devient un problème car cette religion considère que la vie est sacrée dès le stade fœtal. L’avortement reste cependant peu visible car confondu avec les maladies de femme.

2Une première rupture se produit en 1810 : l’avortement devient un crime car contraire aux intérêts de l’État et de la société comme le précise l’article 317 du code pénal qui punit de réclusion les femmes qui se livrent à des avortements. La répression reste néanmoins faible, alors que l’acte se généralise, les potions cédant devant les moyens mécaniques. Une seconde rupture marque la fin du xixe siècle lorsque monte la peur devant la baisse de la natalité. La volonté de répression s’accroît alors. Les auteurs attirent notre attention sur le fait que l’article 317 du code pénal est moins cité que la loi de 1920 qui, elle, ne vise que la propagande anticonceptionnelle des néo-malthusiens. Le rôle de ceux-ci est relativisé (chapitre II). Propagandistes plutôt de la limitation des naissances que de l’avortement, ils émettent cependant pour la première fois l’idée de la libre disposition de son corps par la femme.

3Le législateur refusera longtemps d’aborder la question de l’avortement. Il faut attendre 1852 pour que l’Académie de médecine l’envisage sous son aspect thérapeutique. Même dans ce cas, l’Église catholique condamne tout fœticide. Aucune de ces deux institutions ne dit qui doit être sauvé de la mère ou de l’enfant. Les drames humains se succèdent, c’est-à-dire des morts de femmes (chapitre I).

4À partir de la guerre de 1870, l’avortement est considéré comme un péril national. Il devient un crime non seulement contre le fœtus et la femme, mais aussi contre la nation et la race. On gonfle les chiffres pour faire peur (chapitre III). Pour faciliter la répression, on pense à sortir de l’article 317 du code pénal qui recourt aux assises, procédure trop lourde, et à faire de l’avortement un délit passible de la correctionnelle, plus rapide. Cette solution, prévue dès 1910, est à l’origine de la loi du 27 mars 1923 qui s’ajoute à celle de 1920 (chapitre IV). De 1923 à 1939, la répression a peu d’effet. En même temps débute un mouvement limité en faveur du contrôle des naissances. La répression s’emballe avec le code de la famille de 1939, qui cependant légalise l’avortement thérapeutique, et avec les lois édictées par le régime de Vichy (chapitre V).

5À la Libération, seules ces dernières lois sont abrogées. Jusqu’au début des années soixante, l’avortement reste un tabou. Puis la parole se libère, en grande partie grâce à l’action du Planning familial en faveur de la liberté de la contraception qui aboutit à la loi de 1967 autorisant celle-ci. Le parti communiste, « au prix d’un de ces revirements dont il est coutumier », revient sur l’opposition exprimée en 1956 par Jeannette Veermersch et Maurice Thorez. « En 1965, le parti communiste est donc le seul parti à défendre comme une unique et même cause l’avortement et la contraception » (pp. 220-221). L’Église catholique, l’ordre des médecins s’opposent à la libéralisation de l’avortement. À partir de 1970, le mouvement féministe issu de 1968 s’empare de cet objectif. Partisans et adversaires se mobilisent avec passion. Un premier projet de loi déposé le 6 juin 1973, par Pierre Messmer, Premier ministre de Georges Pompidou, est rejeté à une large majorité. En avril 1974, le président Pompidou décède, et, en mai, Valéry Giscard d’Estaing est élu. Il est favorable à une évolution. Un projet de loi, défendu par la ministre de la Santé Simone Veil, finit par être voté le 29 novembre 1974 et aboutit à la loi du 17 janvier 1975 dont un article exige la création d’un centre d’orthogénie dans tous les établissements hospitaliers. Le Premier ministre Jacques Chirac est contre, les patrons de médecine aussi. L’application de la loi, prudemment prévue d’abord pour cinq ans, est lente, mais en 1979, quand il faut la proroger, l’opinion et l’ordre des médecins s’y sont ralliés (chapitres VI et VII).

6De 1980 à 2001 (chapitre VIII), le front du refus est mis en échec. L’opinion considère dorénavant le droit à l’avortement comme un acquis démocratique. Le 20 décembre 1981, alors que la gauche arrive au pouvoir, l’Assemblée vote le remboursement par la Sécurité sociale de ce qu’on appelle désormais l’interruption volontaire de grossesse. Lors du retour de la droite au gouvernement en 1986, la ministre de la Santé, Michèle Barzach, ne revient pas sur la loi. L’opposition se cantonne à l’extrême droite. La loi est refondue en décembre 2000 pour pallier certaines difficultés d’application (utilisation par les mineures, délais).

7Avec la nouvelle loi du 22 juin 2001, le droit de disposer de son corps a été véritablement acquis. Les auteurs de l’Histoire de l’avortement concluent en nuançant : « L’avortement n’est pas seulement une affaire de femmes mais une question de liberté individuelle et collective […] Pour autant est-ce une libération ? […] Penser l’avortement comme une libération résulte plutôt d’une confusion entre la fin et les moyens, car si le droit à l’avortement est effectivement une libération, l’avortement lui-même est un acte empreint d’une certaine gravité, un choix entre deux maux, un dernier recours […] C’est le droit de n’être mère qu’à son gré qui constitue la véritable émancipation » (pp. 311-312).

8Jean-Yves Le Naour et Catherine Valenti qui utilisent des documents très variés : judiciaires, littéraires, administratifs, ont tenu leur engagement et nous donnent une très utile histoire « dépassionnée ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jocelyne George, « Jean-Yves Le Naour, Catherine Valenti, Histoire de l’avortement, XIXe-XXe siècles », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 96-97 | 2005, mis en ligne le 23 juin 2009, consulté le 18 août 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1043

Haut de page

Auteur

Jocelyne George

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page