Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Gilbert Achcar, Le choc des barbaries, terrorismes et désordre mondial

Bruxelles, 2002, Éd. Complexes, 166 p., rééd. Paris, Éd. 10/18, 2004, 188 p.
Didier Monciaud
Référence(s) :

Gilbert Achcar, Le choc des barbaries, terrorismes et désordre mondial, Bruxelles, 2002, Éd. Complexes, 166 p., rééd. Paris, Éd. 10/18, 2004, 188 p.

Texte intégral

1Les conséquences du 11 septembre signifient maintenant une offensive des états-Unis sans précédent depuis des années. Après l’attaque de l’Afghanistan, l’administration de George W. Bush a ciblé l’Irak de Saddam Hussein. La situation internationale est devenue complexe. Au Proche-Orient, la situation du peuple palestinien s’est détériorée comme jamais jusque-là. Une telle réalité sinistre se trouve renforcée par l’affirmation d’une mouvance intégriste islamiste ultra radicale autour des réseaux Al-Qa’ida. Les remous, les tensions et les difficultés dans cet ensemble régional n’en sont que plus criants.

2Les derniers développements tant au niveau international que régional sont au cœur de ce livre stimulant. Loin des approches réductrices ou des couvertures sensationnalistes, l’auteur, un intellectuel libanais marxiste vivant en Europe depuis le début des années 1980 et enseignant à l’université Paris VIII, propose un traitement dynamique et précis en les resituant dans leur profondeur historique.

3La politique des états-Unis est le point de départ de toute compréhension de ce qui se déroule dans cette région. L’accélération de sa logique de domination explique la présente période et ses caractéristiques. Depuis l’effondrement de l’URSS et du bloc dit socialiste, « la domination militaire unipolaire » (p. 113)1 est devenue l’axe principal de la politique de Washington. Il est donc possible de parler « d’unilatérisme hégémonique » (p. 117). Cette approche a débuté bien avant les attentats du 11/09. Ceux-ci ont surtout permis aux Etats-Unis d’accentuer dramatiquement cette orientation. L’essor des réseaux Ben Laden doit être appréhendé dans le contexte particulier des pays et sociétés du Sud et de la région moyen-orientale en particulier. La crise et les mécanismes de domination y offrent un terreau toujours plus favorable à l’affirmation de courants intégristes pourtant déjà anciens.

4La mouvance al-Qa’ida prend naissance dans l’expérience particulière de l’Arabie Saoudite. Ce régime théocratique et tribal repose sur une équation singulière : l’alliance étroite d’une tribu-famille, les Al-Sa’oud, et d’un courant religieux ultra-rigoriste, le wahhabisme, ce dès la fin du xviiie siècle (p. 41). L’existence de ressources pétrolières immenses font ensuite de cette entité un véritable « Texas islamique » (p. 46).

5L’analyse du phénomène de l’intégrisme islamique occupe une place de choix dans le livre. Cette question est d’une extrême importance pour la région. Son ampleur se révèle décisive pour tous ceux qui, sur place, défendent des perspectives radicales et progressistes. L’auteur opte pour l’appellation d’ « intégrisme ». Il rejette les termes de fondamentalisme et d’islamisme car il considère que ceux-ci ne sont pas très judicieux tant ils entretiennent la confusion en raison de leur proximité avec le terme islam. Il convient absolument de distinguer ces deux notions au risque de participer au renforcement des préjugés contre la religion islamique et les musulmans. Il critique, avec une extrême vigueur, les travaux qui parlaient il y a peu de « post-islamisme ». On lit avec plaisir la réfutation des écrits de Gilles Képel.

6A partir d’un ancien texte militant datant de 1981, il met en avant une analyse du phénomène qui repose sur un diptyque « ni fascisme ni progressisme » (p. 70). « L’intégrisme islamique radical et anti-occidental est l’expression dévoyée et réactionnaire du ressentiment des classes moyennes et des couches plébéiennes contre le développement difforme du capitalisme et la domination occidentale, souvent aggravés par un pouvoir local despotique » (p. 60).

7L’analyse de l’absence de démocratie dans la région rompt avec les approches culturalistes et essentialistes qui la considèrent par la culture locale et/ou la religion. « Deux données fondamentales permettent de comprendre cette exception despotique arabe. La première, c’est la malédiction du pétrole ; la seconde, c’est la nature de l’opposition à l’ordre établi, dominée par les islamistes » (p. 66).

8Un livre donc passionnant et stimulant. Proposons toutefois ici quelques remarques critiques qui n’enlèvent rien à la valeur de l’ouvrage. L’auteur a tendance à sous-estimer l’ancienneté et la profondeur des courants intégristes. On ne peut les réduire à leur utilisation par les pays occidentaux, les états-Unis en particulier, contre les forces nationalistes et de gauche. L’auteur montre comment les directions nationalistes (nassériens, FLN, Ba’th…) ont réussi à réduire significativement l’audience de ces courants, principalement par leur politique de réformes significatives. Dans le cas égyptien, il parle de « résorption » de l’intégrisme (p. 61). Cela tord le coup aux visions qui expliquent le recul de l’intégrisme par la seule répression, qui fut bien sûr réelle. C’est bien l’échec de ces expériences de régimes issus de la décolonisation politique qui a ouvert un boulevard pour la réaffirmation des intégrismes.

9Cependant, l’auteur n’aborde pas ou presque l’épineuse question de l’enracinement profond d’un réel conservatisme culturel et social dans les sociétés où l’islam occupe une place centrale dans la vie de leurs habitants. De même, l’ouvrage tend à sous-estimer le rôle des courants et forces de gauche. On ne peut expliquer l’essor intégriste « par suite de la faillite ou de l’élimination des formes modernistes impérialistes et populistes, ou socialistes anticapitalistes ou une combinaison de ces dimensions » (p. 60). Pour le cas de l’égypte, il est par trop rapide de considérer que les Frères Musulmans soient devenus le plus puissant courant politique en raison de « la pusillanimité de la bourgeoisie libérale nationaliste représentée par le Wafd » d’une part, de « la faiblesse du mouvement ouvrier et la marginalité de l’opposition communiste […] dans les années 1920 » d’autre part (p. 61). C’est ignorer les activités et le rôle important des courants marxistes dans les années 1940 et 1950. Il est nécessaire de s’interroger sur les raisons de « leur échec ».

10Enfin, les luttes et leurs rôles dans ces sociétés ne sont pas abordées. Or, les luttes sociales, économiques, mais aussi démocratiques, ont une importance décisive quand on sait que ces sociétés sont marquées par la domination, les régimes autoritaires, la force des conservatismes et la puissance de l’intégrisme.

11Pour la période actuelle, l’auteur accorde une importance au renouveau de luttes progressistes dans le contexte des mobilisations contre la mondialisation. Elles lui apparaissent comme « le principal contre-feu aux intégrismes religieux et autres fanatismes identitaires » (p. 136).

12Il appelle, judicieusement, à « refuser l’indignation sélective » (p. 23). Ce phénomène opère trop souvent depuis l’effondrement des tours jumelles de New York. C’est un véritable « choc des barbaries » auquel nous sommes aujourd’hui confrontés. On espère que l’auteur approfondira ses travaux sur l’intégrisme. Le besoin d’une analyse sur ce phénomène est immense ici et là-bas. Un ouvrage à lire et à faire lire !

Haut de page

Notes

1  Les pages citées sont celles de la première édition.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Didier Monciaud, « Gilbert Achcar, Le choc des barbaries, terrorismes et désordre mondial », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 96-97 | 2005, mis en ligne le 23 juin 2009, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1031

Haut de page

Auteur

Didier Monciaud

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page