Navigation – Plan du site
FILMS

Les réquisitions de Marseille (mesure provisoire)

de Sébastien Jousse et Luc Joulé
Roger Bourderon

Texte intégral

1À la Libération, des réquisitions ponctuelles visent dans plusieurs régions des entreprises collaborationnistes. Dans les Bouches-du-Rhône, le phénomène prend une ampleur particulière, avec quinze réquisitions prononcées du 10 septembre au 5 octobre 1944 par le Commissaire régional de la République Raymond Aubrac : trois entreprises de réparation et de construction navale, deux de réparation de matériel ferroviaire, cinq de manutention portuaire, une de production et de distribution d’électricité, deux de matériel et travaux électriques, une de travaux publics, une de menuiserie. Ces réquisitions s’accompagnent de la mise en place de formes de gestion inédites : un directeur nommé par le commissaire de la République est entouré d’un comité consultatif de gestion composé d’un ingénieur, d’un technicien, d’un ouvrier – désignés dans chaque entreprise avec l’accord des syndicats – et de représentants des actionnaires – qui n’acceptent pas toujours de siéger. Comme l’écrit Robert Mencherini, auteur de La Libération et les entreprises sous gestion ouvrière – Marseille, 1944-19481, ouvrage essentiel pour pénétrer dans cette histoire, ces mesures « donnaient, de fait, une part prépondérante au personnel et aux organisations ouvrières dans la conduite de ces établissements ». Les syndicats parleront eux-mêmes de « gestion ouvrière ». Sans doute convient-il de nuancer selon les entreprises, ce que fait judicieusement Robert Mencherini, mais l’expérience, même si elle fut brève, est d’un grand intérêt pour l’histoire ouvrière, aussi bien par les nouvelles donnes de fonctionnement qu’elle instituait que par les résultats obtenus, le redémarrage se traduisant généralement par une forte reprise de la production et des bilans financiers très positifs.

2La plus longue de toutes, l’aventure marseillaise est stoppée par les arrêts du Conseil d’État annulant les réquisitions (juin-juillet 1947) après recours des actionnaires, et par la loi « régularisant la situation des entreprises placées sous réquisition », votée le 9 août 1947 par l’Assemblée nationale à l’unanimité, communistes compris – il est vrai que d’emblée les directions du PCF et de la CGT avaient été réservées face à l’expérience, par crainte, entre autres, de donner du grain à moudre aux adversaires des réquisitions, qui criaient à la soviétisation de l’économie. Pourtant, sur le terrain, la fédération communiste comme l’UD CGT avaient fermement soutenu les formes de gestion issues des réquisitions, non sans se faire rappeler à l’ordre par les instances dirigeantes. L’expérience restera lettre morte pour le mouvement ouvrier : aucune réflexion, politique ou syndicale, ne se penchera sur elle.

3Présenté à Marseille en octobre 2004 à l’occasion du 60e anniversaire du journal La Marseillaise, le film de Sébastien Jousse et Luc Joulé vient opportunément rappeler ce très bel épisode de la vie ouvrière en donnant la parole à ceux qui en furent les acteurs. Il évoque les quinze réquisitions, images à l’appui, notamment des entreprises liées à l’activité portuaire, et rappelle que 15000 ouvriers ont été concernés. La projection d’actualités cinématographiques de l’époque rappelle une autre réquisition qui fit du bruit, celle des usines Berliet à Lyon. Mais le film porte essentiellement sur l’usine marseillaise des Aciéries du Nord (ADN), spécialisée dans la réparation des locomotives à vapeur, qui compte alors 1500 salariés. La Résistance, impulsée par le PCF et la CGT, hégémoniques, a été très active dans cette entreprise qui a travaillé sans vergogne pour l’occupant. Dès la Libération, le directeur est incarcéré pour collaboration, tandis que le comité de libération de l’usine décide le redémarrage immédiat de la production. Le 10 septembre, Aubrac signe l’arrêté de réquisition – le premier de la série – et, avec le soutien de la CGT, nomme directeur un ingénieur licencié en 1943, Georges Comin. Le comité consultatif est rapidement en place – mais les actionnaires refusent d’y siéger.

4C’est sur l’emplacement de l’usine, immense hangar aujourd’hui vide, propriété de l’État, que se déroule une bonne partie du film, après une première séquence montrant la célébration officielle de la Libération et rappelant la volonté des résistants de fonder une société nouvelle et une démocratie économique. Insolite en ce lieu, un piano égrène pudiquement quelques notes, ponctuant les témoignages d’anciens ouvriers des ADN, qui évoquent avec émotion – c’est « très remuant », dit l’un – la chaîne de réparation des locomotives : ressurgissent les bruits, les paroles, le pont roulant, la réfection des chaudières, d’où les ouvriers sortaient tout noirs et arrivaient à peine à se décrasser chez eux, les coups de sifflet de la loco sous pression, prête à sortir, enfin remise à neuf. Et l’atmosphère de ces journées de labeur avec, dominante majeure de tous les témoignages, la mémoire d’un enthousiasme collectif, d’un travail, non pas joyeux parce qu’il était très dur, mais très fraternel, générateur d’amitiés poussées très loin. Cela grâce aux nouvelles conditions de gestion, qui donnent l’assurance qu’on ne travaille pas seulement pour le profit, mais que se mettent en place une solidarité et une démocratie sociales que des milliers d’ouvriers font vivre dans l’agglomération.

5Ces souvenirs sont effectivement très vivaces, car tous ont le sentiment d’avoir vécu une expérience hors du commun, sur fond de charte du CNR et de volonté de reconstruire le pays en donnant toute sa place au peuple, comme l’exprime un ancien responsable du PCF. On rappelle donc la conscience de participer alors, par-delà l’entreprise, à une œuvre générale. On évoque les discussions politiques nourries qu’engendraient les nouvelles donnes et le gros effort idéologique qui les accompagnait (est-ce qu’on fait comme les Russes ? faut-il remplacer le capitalisme ?). On souligne que les ouvriers travaillaient plus ardemment et faisaient volontairement si besoin des heures supplémentaires ; que la bonne entente entre ouvriers, maîtrise et cadres abolissait les barrières d’autrefois car on se parlait désormais d’égal à égal ; que l’on réussissait à concilier gestion rigoureuse et amélioration des conditions des travailleurs, au terme de discussions parfois vives entre comité consultatif et syndicats. De cela il ressort, comme dit l’un des témoins – tous le pensent – qu’une entreprise peut fort bien vivre sans patron… Un autre estime que la gestion ouvrière a démontré que l’on peut faire aussi bien que le capitalisme. Devant la caméra, les deux filles du directeur Georges Comin sont sur la même longueur d’onde : leur père voulait que la société s’améliore, il a cru à un changement de société où la gestion ouvrière aurait une place.

6C’est aussi le temps, ancré dans les mémoires, de l’amélioration de la condition ouvrière et des réalisations sociales, dont le centre d’éducation Charles Nédelec et la construction d’un lotissement de villas ouvrières sont le fleuron, au point que des descendants d’ouvriers des ADN, sollicités par les réalisateurs, affirment qu’ils ont vécu, enfants, des moments exceptionnels, et qu’ils ont eu l’impression forte d’avoir été des privilégiés quand ils ont été confrontés au désenchantement de la vie active.

7Quelle part d’idéalisation dans ces souvenirs ? La question est légitime, mais somme toute secondaire. Car l’essentiel est bel et bien la perception durable – jusqu’à nos jours – d’un passé sans commune mesure avec la réalité qui a suivi, de quelques années où les protagonistes de l’expérience marseillaise ont pu penser que le monde était en train de changer de base et qu’ils devenaient les maîtres de leur destin, comme si l’utopie se réalisait. C’est ce qui donne au film sa remarquable chaleur humaine. On comprend de ce fait l’amertume qui pointe lorsque l’un de ces militants, ex FTP, communiste, rend compte devant la caméra de la frilosité de la direction du PCF face aux réquisitions ; du discours sur la nécessité de ne pas effrayer ; du rappel que Marseille n’était pas la France ; des reproches faits par le parti à Lucien Molino, secrétaire de l’UD CGT, très engagé dans l’aventure ; des interrogations de la direction nationale de la CGT – la Fédération des métaux laissant venir et ne poussant pas à l’extension de l’expérience.

8Raymond Aubrac, interviewé dans son ancien bureau de commissaire de la République, rappelle la genèse des arrêtés de réquisition et le rôle très important des syndicats dans la reprise du travail en 1944, insistant sur la classe ouvrière comme force politique et sur la peur des patrons pour l’ordre social et le sort de ceux d’entre eux qui s’étaient mal conduits sous l’Occupation. Il rappelle aussi que, très vite, des mises en garde officielles lui sont adressées : René Mayer, alors ministre (non inscrit) des Transports et des Travaux publics, lui rend visite pour l’avertir – très amicalement – que les réquisitions inquiètent, font craindre une remise en cause de la propriété, qu’elles sont mauvaises pour sa carrière. René Lacoste, ministre (SFIO) de la Production industrielle, lui signifie que c’est au gouvernement de faire, que les comités d’entreprise sont en gestation. Le 23 janvier 1945 enfin, Aubrac est convoqué à Paris par Adrien Texier, ministre (SFIO) de l’Intérieur, qui l’informe de son remplacement par Paul Haag, lequel refusera d’ailleurs de lever les réquisitions.

9Les séquences finales sonnent bien entendu la fin, triste, des réquisitions marseillaises : les annulations par le Conseil d’État, sans même qu’Aubrac soit auditionné ; les bénéfices des ADN remis à l’État, et dont une bonne partie indemnisera les actionnaires ; le retour de ceux-ci ; la dissolution du comité consultatif ; la reconversion de Comin dans l’apiculture ; la fermeture du centre Nédelec, et même la mise en vente des villas ouvrières. Un parfum de revanche de classe ?

10Final : une photo de groupe de salariés des ADN alterne avec la vue de l’intérieur du hangar, où la pianiste Anna Pechkova et le chanteur Cyril Rovery interprètent le prologue de Paillasse, l’opéra de Ruggero Leoncavallo.

11Au total, une très belle réalisation, qui contribue à sortir de l’oubli cet épisode éphémère, expérience sans précédent si fortement vécue par ceux qui en ont été les acteurs.

Haut de page

Notes

1  L’Harmattan, 1994. L’histoire des réquisitions de Marseille a été ouverte par un article de Jean Domenichino, « Marseille, les usines réquisitionnées » paru dans l’ancêtre des Cahiers d’histoire que furent les Cahiers de l’Institut Maurice Thorez (n°4, juillet-septembre 1973).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roger Bourderon, « Les réquisitions de Marseille (mesure provisoire) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 96-97 | 2005, mis en ligne le 22 juin 2009, consulté le 23 juillet 2016. URL : http://chrhc.revues.org/1024

Haut de page

Auteur

Roger Bourderon

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page