Navigation – Plan du site

Le mot de la rédaction

Anne Jollet
p. 3-4

Texte intégral

1Revenir sur le Front populaire maintenant que le cœur des passions éditoriales s’est déplacé vers d’autres anniversaires peut prendre figure de gageure. Face à la masse des productions, souvent vastes synthèses associant l’ample production photographique de l’époque, les Cahiers ont fait le choix du renouvellement des études sur le sujet. Ce sont donc des échos de recherches en cours que nous publions ici. Ce sont aussi des études qui cherchent à inscrire l’événement dans un temps long de la politique et des évolutions sociales, temps plus long que celui, inévitablement court, des anniversaires et des commémorations.

2 Ce n’est pas le bruit des rassemblements populaires, l’écho des occupations d’usine, de leurs chants, de leurs danses que les historiens donnent à entendre ici. L’ancrage de ces réflexions les situe du côté d’une recherche sur ce qui permet de comprendre les brusques coalescences des forces sociales, surprises du temps court qui viennent bousculer les attentes, en susciter de nouvelles et ouvrir à un devenir soudainement redéfini. Les auteurs s’intéressent ici aux cheminements culturels qui déterminent les solutions politiques mises en œuvre si rapidement lors de la crise, à ce qui en rend, presque immédiatement, l’acceptation possible par les principales forces de gauche et le grand nombre des manifestants. Cette histoire culturelle est donc une étude des cheminements idéologiques qui rendent les convergences politiques, les mobilisations de masse possibles, davantage que celle des formes de la mobilisation et des revendications des masses. Il s’agit de l’étude des propositions disponibles dont les acteurs peuvent se saisir dans le temps court de l’événement et de la façon dont ces propositions se sont construites dans des confrontations diverses, pour des échéances autres, pour du non avenu. Ainsi l’article d’Olivier Jacquet explore comment intérêts locaux et positions nationales s’entremêlent à propos des enjeux viticoles et comment les enjeux d’une redéfinition des qualités noués dès les lendemains de la Guerre prennent des significations politiques nouvelles. Morgan Poggioli revient sur l’apport du planisme à la pensée de la gauche réformatrice telle qu’elle s’exprime dès 1934. Thierry Hohl dégage, lui, les antécédents du recours à l’intervention de l’État dans l’économie comme outil de la « démocratie sociale » dans les réflexions politiques du tournant du xxe siècle, partiellement mises en œuvre dans la contexte de la Première guerre et remise en chantier dans les années 20, notamment à propos de la grande question des assurances sociales. Vincent Chambarlhac montre, quant à lui, l’enracinement de l’héroïsation de Léon Blum à la suite de l’attentat de février 1936 dans une histoire qui chemine de l’affaire Dreyfus à l’assassinat de Jaurès, celle de Maurice Thorez dans une histoire qui, de la Commune au Rassemblement populaire, vise à l’intégration de la classe ouvrière dans la nation. Cette mise en perspective du Front populaire au sein du premier xxe siècle ne nie pas l’exceptionnel de l’événement, de l’extraordinaire temps court d’affirmation de possibles dans l’ordre du social que fut 36 : elle cherche à en rendre compréhensible par diverses voies les conditions de possibilité.

3Cette approche entre en contraste avec les propos du témoin que fut Maurice Kriegel, propos recueillis par un journaliste de la radio locale de Montreuil-sous-Bois, et présentés ici dans Aux sources de l’histoire. Les propos de Kriegel sont vibrants d’émotion, traduisant la fraîcheur de la présence d’événements vieux de 70 ans dans la mémoire de cet homme âgé qui en avait pourtant vu bien d’autres : s’y exprime l’enthousiasme vis à vis de l’événement fondateur de l’engagement, de l’entrée dans le collectif militant, expérience de jeunesse à jamais mémorable.

4La présentation des activités de Ciné-archives complète cette évocation des sources de l’histoire, rappelant combien la présence des images, et d’images pensées, voulues, promues, dont la belle production de l’artiste François Féret en page de couverture du présent numéro peut être lue comme une nouvelle efflorescence, combien ces images, ici mouvantes, souvent sonores, participent désormais des histoires de l’événement.

5Chantiers conduit vers d’autres horizons, historiques, sociaux mais aussi méthodologiques. L’analyse de Claude Cailly n’est pas une histoire de l’enthousiasme, mais une histoire qui compte, une histoire qui croise les sources à propos d’un petit espèce pour y comprendre le fonctionnement d’un système de production, ici la production d’étamine au xviiie siècle. Histoire devenue rare que celle des systèmes de production et de leurs conséquences sociales dont on ne peut qu’espérer qu’elle croise à nouveau les interrogations des jeunes historiens, soucieux de compréhensions globales de ce qui fait bouger les sociétés.

6C’est du côté de cette recherche de compréhension globale que nous conduit Vincent Bontems dans Débats à travers une lecture originale de Marx, sortant du cadre européen pour analyser la place que l’auteur du Capital faisait à l’Amérique dans le devenir du capitalisme, l’importante question de la territorialité du développement capitaliste est ainsi à nouveau posée.

7C’est donc à beaucoup d’aller et retours temporels et à quelques changements d’échelle spatiale que ce numéro des Cahiers veut à nouveau inviter, aller et retours qui, par la pensée de l’altérité de ces passés, nous aident à avancer dans la compréhension de l’indissociable hérité et neuf qu’est notre présent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 103 | 2008, 3-4.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 103 | 2008, mis en ligne le , consulté le 25 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/102

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page