Navigation – Plan du site
DÉBATS

Où en est le mouvement contre la réhabilitation du colonialisme et pour l’autonomie de l’histoire ?

Claude Liauzu
p. 181-186

Résumé

Le texte de Claude Liauzu publié ci-dessous a été écrit avant que le Président de la République décide d’abroger l’article 4 de la loi du 23 février. Cependant, la réflexion de l’auteur, replaçant la loi dans le contexte global des affrontements politiques et mémoriels, conserve toute son actualité. Le débat ouvert sur la fonction de l'histoire et de son enseignement, notamment à propos du passé colonial, se poursuit comme l’annonce l’auteur.

Haut de page

Texte intégral

1La loi du 23 février 2005 « portant reconnaissance de la Nation et contribution nationale en faveur des Français rapatriés » a suscité une mobilisation des historiens en France mais aussi à l’étranger contre l’article 4, qui stipule que « les programmes scolaires reconnaissent en particulier le rôle positif de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord ». Cette phrase prétend imposer une histoire officielle, contraire à la démocratie et à la tradition d’autonomie de la discipline. La loi prévoit aussi la création d’une Fondation destinée à l’étude de la guerre d’Algérie, qui fait l’objet d’une mission préparatoire. En attendant les résultats de cette mission, il faut rappeler, en dépit de la misère des études universitaires, l’importance des progrès réalisés dans des conditions de pénurie de moyens et malgré les difficultés d’accès aux archives. Il faut aussi souligner la nécessité de libres recherches et le refus de tutelles politiques, de pressions des lobbies de mémoires. Le précédent du Mémorial de la France d’outre-mer, les problèmes que posent aux spécialistes les exigences des associations de rapatriés les plus exclusives, comme le dit son directeur Jean Jacques Jordi, incitent à la vigilance. Mais on en reste ici aux problèmes de l’enseignement, en attendant le prochain dossier, Lectures de l’histoire coloniale, annoncé par les Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique.

Les conséquences de la loi du 23 février

2Depuis 1881 les enseignants choisissent librement les manuels. Quant aux programmes, la règle est qu’ils sont établis par concertation entre ministère, inspection générale et représentants des enseignants : cela a permis des compromis, un consensus évitant les conflits. Un principe de base : la loi n’intervient pas pour dire le contenu des connaissances, qui est du domaine des spécialistes. Imagine‑t‑on nos politiciens décider pour ou contre les thèses évolutionnistes, sur la rotation des astres comme les théologiens wahhabites d’Arabie ?

3Cette loi tranche de manière mensongère sur des problèmes qui font débat entre chercheurs, et impose une histoire pieuse colonialiste pour satisfaire un lobby minoritaire. Lobby qui accuse les enseignants de parti pris, voire de falsification, animés qu’ils seraient d’une prétendue animosité contre les « pieds-noirs ». Dans le rapport Diefenbacher, commandé par le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, on affirme que les chapitres des manuels sur l’Algérie seraient « contraires à la vérité » ! Et on souhaite que le ministre de l’Éducation nationale ait un « droit de regard » sur eux. Les sites des associations de rapatriés sont remplis d’anathèmes contre universitaires et profs. Aucun historien n’a été consulté durant les trois années de préparation de cette loi !

4La classe politique a donc choisi de complaire à un groupe de pression revanchard, en bafouant le devoir de vérité des historiens, en amputant le métier de sa fonction sociale, en prenant le risque de discréditer l’école et de favoriser les communautarismes au sein de populations auxquelles on dénie tout droit à un passé. Comment ne pas voir le lien entre cette loi et les monuments à la gloire de l’OAS édifiés dans le sud de la France ? Ceci pour l’Hexagone. Il faut ajouter qu’en traitant par le mépris des États indépendants, qui ont durement payé du prix du sang et des larmes leur décolonisation, on ne pouvait que s’attirer des réactions virulentes du côté algérien. Le traité de paix et d’amitié entre Paris et Alger est gelé, dans l’attente d’un geste de Jacques Chirac. Quelle image d’une France qui est perçue comme le Japon refusant toute mise en cause de ses crimes coloniaux !

5Même si l’on fait la part des excès du discours nationaliste à Alger, de l’exploitation de la guerre comme mythe fondateur au service du pouvoir, imagine-t-on les conséquences à l’étranger, dans les établissements ouverts aux enfants d’élites francophones et francophiles ? Sait-on que les frais de scolarité au lycée de la Mission culturelle à Tunis représentent le quart du salaire d’un universitaire ? Imagine-t-on l’accueil des historiens marocains et tunisiens à leurs collègues du Nord, lors des colloques qui se tiendront en 2006, pour le cinquantenaire des indépendances ?

Le mouvement de défense de l’histoire

6L’appel des historiens pour l’abrogation de cet article 4 publié par Le Monde du 25 mars a recueilli en trois semaines plus d’un millier de signatures, preuve de sa représentativité dans le métier. La demande a été reprise par l’Association des professeurs d’histoire et géographie, forte de 11 000 adhérents. Des enseignants se sont engagés à ne pas apprendre à leurs élèves le « bon vieux temps des colonies ».

7Les inspecteurs généraux, sollicités dès le 27 avril par le collectif des historiens, se sont prononcés très tardivement. Dans La Croix du 12 juillet, ils trouvent la loi « maladroite », mais ne s’inquiètent guère de son application, qui exigerait « toute une procédure complexe et assez longue d’environ trois ans. » M. Bergounioux précise : « Ce travail est également passé au crible de la science qui filtre de manière la plus consensuelle possible. » On ne comprend pas bien cette nature de filtre consensuel qui serait celle de la science. Demeure une interrogation : l’Inspection générale demande-t-elle, comme l’immense majorité du métier auquel elle appartient, l’abrogation de la loi ? A-t-elle fait une démarche en ce sens auprès du ministère ? Est-elle tenue par un devoir de réserve et jusqu’où va-t-il ? Qu’en est-il d’une commission réfléchissant à une réforme des programmes, où seraient représentées les associations de rapatriés, dont fait état le… ministre des Anciens Combattants ? Qu’en est-il du colloque annoncé par… le même ministre des Anciens Combattant pour « sensibiliser les enseignants » ? Quelle instance remplacera la Commission nationale des programmes supprimée par la loi Fillon ? Que deviennent les enseignants dans tout ça ? Et qui est leur ministre de tutelle ? Le silence assourdissant de M. de Robien devient gênant pour lui, surtout après les insultes de M. Mékachéra contre des « spécialistes autoproclamés », puis de « pseudo-historiens » qui n’auraient rien compris à la loi ! Mépris des politiciens envers les « chers professeurs » ou les « professeurs de trahison », haine des intellectuels sur les sites web du lobby Algérie française : cela rappelle les pires moments de la sale guerre. Cela rappelle aussi que les cultures de guerre se portent bien et que, dans un climat de conflit avec l’islam tout est bon qui alimente le réarmement moral.

8La pétition a révélé à l’opinion la gravité de cette tentative d’imposer une histoire officielle. L’attention des médias a été déterminante. La protestation a engagé les syndicats enseignants et les associations démocratiques – LDH, Ligue de l’Enseignement, LICRA, MRAP en particulier… Cet appel a suscité la création d’un mouvement qui s’est associé aux dénonciations de la multiplication des commémorations en hommage à l’OAS, comme celle qui était prévue à Marignane le 6 juillet. Un de ses apports spécifiques est une étude du groupe de pression à l’origine des initiatives tendant à réhabiliter le colonialisme et de ses liens avec l’extrême-droite, des complaisances de municipalités et de parlementaires envers les héritiers de l’OAS. Deux propositions de loi ont été déposées par le groupe communiste et républicain du Sénat et par le groupe socialiste début juillet. Une lettre au président de la Républiques a été préparée.

– L’inauguration de la stèle de Marignane préparée pour le 6 juillet 2005 en l’honneur des « martyrs de l’Algérie française » a dû être désavouée – mollement et tardivement– par le ministre des Anciens Combattants – puis par le ministre de l’Intérieur !- et elle a été interdite en raison du risque « d’atteinte à l’ordre public ». Ce n’est cependant que temporaire, en attendant une parade juridique permettant d’empêcher tout hommage à des auteurs de crimes, condamnés pour leurs actes.

– La loi paraît « gelée » pour son article 4. Les syndicats et les parents d’élèves interviennent auprès du nouveau ministre. Mais l’abrogation de cet article est la seule solution acceptable.

9Les déclarations du président de la République à Madagascar le 21 juillet sont une prise de distance très nette envers les nostalgiques du colonialisme : « le caractère inacceptable des répressions engendrées par le système colonial » concerne celle de Madagascar en 1947, mais aussi l’Algérie et tous les autres cas. À la majorité parlementaire d’en tirer les conséquences, à ceux qui se disent gaullistes de ne pas accepter l’étalage de haines post-mortem contre de Gaulle, comme c’est le cas lors des cérémonies exaltant l’OAS.

10Pour en rester au métier d’historien, à quelque chose malheur est bon : cette loi nous aura appris ou rappelé que le statut de l’histoire est une conquête démocratique, qu’elle doit être préservée.

Perspectives

11Ces péripéties montrent l’ampleur du mouvement de réhabilitation du colonialisme et l’enracinement d’une extrême-droite agissante, très implantée dans certaines régions et influente. Cela s’inscrit dans une grande vague révisionniste à l’échelle internationale (Japon, Grande-Bretagne, Autriche…).

12Cette situation pose des problèmes centraux pour les historiens, dont l’indépendance (comme celle d’autres professions sensibles) est menacée par le pouvoir. Cette indépendance est aussi mise en question par des groupes de pression mémoriels opposés sur la colonisation, l’esclavage, l’immigration (domaines longtemps traités par le silence officiel et négligés par l’école historique française, il faut souligner ce lien entre trop-plein et vide). Face à ces prises en otage de la discipline, à l’instrumentalisation du passé pour des fins politiques, l’exercice du métier, les usages publics de l’histoire deviennent des enjeux urgents qui exigent des réponses collectives.

13Une forte demande des enseignants appelle une réflexion et des initiatives sur plusieurs problèmes :

1. La prise en charge de la fonction sociale de l’histoire. Est-il besoin de souligner que notre profession a des liens privilégiés avec la nation, que ces liens doivent faire l’objet d’une réflexion critique pour préserver le caractère scientifique de la discipline. Pierre Bourdieu mettait en garde contre l’inconscient des savoirs institutionnalisés, c’est-à-dire leur origine oubliée. Cette amnésie est bien le comble du métier d’historien. Mais le « cordon ombilical » avec la nation n’est plus ce qu’il était du temps de Ferry et Lavisse. Et la crise des identités ne peut épargner l’histoire.

2. L’absence dans notre culture historique, dans les programmes et dans la formation des maîtres, de pans entiers du passé qui a façonné la société française. Le vide en la matière favorise un traitement médiatique, une histoire spectacle, dont témoigne la vogue des « doc-fictions ». L’image l’emporte sur l’analyse, la mise en scène sur l’étude des processus, l’émotion sur l’interprétation, le jugement moral sur l’explication. Une vulgate tend ainsi à tenir lieu de culture historique, qui se présente parfois sous les dehors sympathiques de la défense des opprimés, de l’antiracisme.

3. Le poids des idéologies : les études historiques subissent la pression de deux camps opposés. L’un reprend jusqu’à la caricature le tiers-mondisme, en présentant la conquête comme une extermination, en réduisant la colonisation à des zoos humains. Le paradoxe n’est pas mince : le discours dénonciateur ne peut se passer de sa cible et demeure enfermé dans un jeu d’images qui ne permet pas d’étudier le colonisé réel, ni son irruption comme acteur de son histoire ! L’autre école, qui vise une relecture libérale du fait colonial, utilise ce manque de rigueur pour discréditer toute analyse critique. Un projet de colloque s’interroge gravement sur « la colonisation a-t-elle été un génocide ? A-t-elle été un pillage ? A-t-elle été un racisme ? ». Ce couple fonctionne très bien d’autant que certains historiens ne sont pas insensibles aux feux de la rampe.

14On se doit d’ajouter que le procès post-mortem du colonialisme n’interroge jamais la suite de l’histoire, les germes des pouvoirs autoritaires dans les nationalismes. Ce n’est pas rendre service à une société algérienne en crise, à une jeunesse prisonnière des Pères du Maghreb et du Maghreb des pères, aux intellectuels qui ne bénéficient pas de liberté d’expression. Ce n’est pas avancer vers une indispensable coopération transnationale entre chercheurs.

15Les rapports entre histoire et mémoires, les difficultés d’enseigner des passés qui passent mal sont au coeur du présent des historiens : ces passés – le génocide antisémite, l’esclavage, la colonisation – sont l’enjeu de revendications de groupes au nom du devoir de mémoire qui incitent à légiférer, qui poussent aussi à la concurrence des victimes. Certains groupes prétendent imposer comme inconciliables la critique de l’antisémitisme et celle du racisme colonial. Comprendre sans justifier, dire le vrai sans cultiver le culpabilisme ne relève pas que de l’art pédagogique ; les historiens sont contraints de réfléchir aux caractères nouveaux que prennent les mémoires aujourd’hui, autrement dit à leurs rapports avec leur société.

16Cela appelle une réflexion de fond sur la part des passés dans l’élaboration d’un devenir commun pour les diverses composantes de la société française et de la société mondiale en gestation. Faute d’une refondation, l’histoire ne pourra trouver une alternative à la crise qu’elle subit.

17Des numéros spéciaux de revues (l’Histoire en septembre, la Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, les Cahiers d’Histoire, le supplément de l’US…), des colloques, ont abordé ou aborderont ces problèmes saisis par les uns et les autres dans toute leur urgence. Un colloque international est en préparation pour le printemps 2006. Les sites de la LDH de Toulon et www.hermes.jussieu.fr, en particulier, fournissent régulièrement des informations sur cette actualité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Liauzu, « Où en est le mouvement contre la réhabilitation du colonialisme et pour l’autonomie de l’histoire ? », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 96-97 | 2005, 181-186.

Référence électronique

Claude Liauzu, « Où en est le mouvement contre la réhabilitation du colonialisme et pour l’autonomie de l’histoire ? », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 96-97 | 2005, mis en ligne le 01 janvier 2008, consulté le 30 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1019

Haut de page

Auteur

Claude Liauzu

Professeur émérite, Université de Paris 7

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page