Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Transmettre l'Histoire

Écrire l’histoire des femmes d’un point de vue féministe égyptien.

Entretien avec des animatrices du Forum Femmes et Mémoire (Moltaqa al mar’a wa al dhâkira).
Didier Monciaud
p. 161-178

Texte intégral

  • 1  Nos remerciements à toutes les membres du Moltatqa pour leur accueil, leur disponibilité et leur d (...)

1Interviews réalisés au Caire les 19.07.04 et 28.07.04 au siège de la fondation Moltaqa al mar’a wa al dhâkira (Forum Femmes et Mémoire) avec les principales animatrices, Mmes Hoda Elsadda, Omaima Aboubakr et Hala Kamâl, en présence de Mme Hoda El-Saadi 1. La première partie de l’interview a été, en accord avec les animatrices de l’association, consacrée aux structures et actions du Forum Femmes et Mémoire (Moltaqa al mar’a wa al dhâkira). La seconde partie, réalisée une semaine après, avait pour thème l’écriture de l’histoire et l’identité du projet. Le contenu de ces deux interviews a été relu et approuvé par les animatrices du FFM.

Le Forum Femmes et Mémoire (Moltaqa al mar’a wa al dhâkira) : cadre et activités

Question : Pouvez-vous raconter l’origine du Forum Femme et Mémoire ?

2Hoda Elsadda :
En fait, il y a deux histoires complémentaires qui conduisent à la création du Forum. En premier, on trouve l’idée générale que la recherche en histoire permettra de développer les droits des femmes. Il s’agit là d’utiliser l’histoire et la recherche. Cela concerne différentes périodes historiques : l’époque contemporaine, le xixe siècle mais aussi des périodes plus anciennes de l’histoire islamique par exemple.

3En second lieu, il faut remonter à la campagne de 1994 pour changer la loi sur le mariage. Il faut expliquer ici que les lois en la matière votées sous l’égide de Jihane al Sadate, épouse du président égyptien de 1967 à 1981, étaient très favorables aux femmes : droit au logement pour la femme divorcée, droit de demander le divorce en cas de remariage de l’époux… Après l’assassinat d’Anouar el-Sadate en 1981, ces lois ont été l’objet d’une forte campagne pour leur remise en cause. En 1985, une campagne de défense de ces lois a été lancée. Un groupe de femmes pensent alors qu’il est nécessaire de publier des brochures et documents sur les droits des femmes afin de les faire connaître. En 1994, le congrès mondial de la population qui se tient au Caire fournit l’occasion d’une intervention spécifique sur ce terrain. L’idée est de réviser la loi sur le divorce. Utiliser l’histoire pour argumenter paraît très utile. C’est dans un tel contexte que cette idée se trouve renforcée, notamment en matière de droit au divorce, droit de refuser la polygamie, le droit de voyager ou de travailler sans autorisation de l’époux… Ces sujets entraînent de nombreuses discussions et de vives oppositions. Utiliser des exemples historiques concrets sur le travail des femmes, les déplacements, renforce l’argumentaire en faveur des droits des femmes.

  • 2  Spécialiste du mysticisme en Égypte, tant musulman que copte (christianisme local souvent assimilé (...)

4Il s’agit donc bien d’utiliser l’Histoire pour justifier une action en faveur d’un changement de la loi. À la suite de nombreux débats, cette idée apparaît bonne. Différentes personnes comme moi-même, Hoda Elsadda, Omaima Aboubakr2, toutes deux enseignantes d’anglais à l’université du Caire, et Somaya Ramadan, une écrivain, réfléchissons sur la façon de revenir sur le passé et les périodes anciennes pour mieux influencer au présent.

5Peu à peu, trois grands axes se cristallisent :

  • relire l’histoire des femmes égyptiennes et arabes

  • revivifier l’héritage des femmes

  • revoir les différents courants existant sur la place et le rôle des femmes dans la société égyptienne

  • 3  Lorsqu’à la fin du xviiie siècle Napoléon envahit et occupe brièvement l’Égypte.
  • 4  Le Nouvel appel.
  • 5  Association d’orientation libérale créée à la fin des années 1990 par le Dr Sayyed al Naggar décéd (...)
  • 6  Enseignante d’histoire à l’université américaine et spécialiste du soufisme au Moyen Age islamique (...)

6Chaque membre de l’association procède à ce type de travail selon ses propres intérêts : la fin du xixe siècle et le début du xxe siècle pour moi-même (HS), l’époque de l’expédition d’Égypte 3 pour Somaya Ramadan ou l’époque islamique des xe-xve siècles pour Omeima Aboubakr. Un projet se met en marche autour de recherches historiques dans le cadre de l’association Al-Nida al-Gedid 4 de Sayyed al Naggar 5. Ce dernier nous accueille au siège après que j’ai écrit des articles sur la condition féminine et les droits des femmes dans le quotidien al-Wafd. On a donc débuté comme un projet au sein de Al-Nida al-Gedid. L’historienne Hoda Lutfy 6 faisait partie de notre cercle de départ. Cela s’est finalisé dans un congrès régional dont les actes sont aujourd’hui publiés.

7Notre idée était de s’adresser à des personnes partageant nos préoccupations et nos intérêts. Le succès de cette première étape a renforcé notre volonté de poursuivre. On est finalement sorties du cadre de Al-Nida al-Gedid pour devenir autonome.

  • 7 « Compagnie civile ».

8Omaima Aboubakr :
Il s’agit de continuer selon l’axe de la recherche historique. Al-Nidaal-Gedid était plus préoccupé par le développement et avait, finalement, peu d’intérêt pour l’histoire et le travail historique. Ses membres étaient plus soucieux d’un travail d’action sociale comme la lutte contre l’analphabétisme ou la lutte sur les aspects juridiques. Leur orientation est plus développementaliste que culturelle. C’est pour cela que nous nous sommes séparés, dans le but de poursuivre le travail engagé. On s’est structurées comme « cherika madanya » 7 et on a recherché des financements.

Question : La question du financement, notamment étranger, est épineuse en Égypte. Cela ne vous a pas posé de problèmes ?

9Hoda Elsadda :
C’est un sujet en effet sensible. En 1990, on aurait sûrement refusé. Mais plus ensuite. Cela se passe sur un mode concret. On ne fait que ce que l’on veut bien faire. La recherche de fonds se passe sur la base suivante : des structures respectables et aucune condition.

10Omaima Aboubakr :
L’initiative vient toujours de nous.

  • 8  Fondation américaine très active en Égypte et qui est souvent perçue par différentes sensibilités (...)

Question : Accepteriez-vous, par exemple, un financement de la Fondation Ford 8 ?

11Hoda Elsadda :
Pas de problème ! La Fondation Ford est une fondation privée. D’une manière générale, on est raisonnables et on ne travaille qu’avec des structures « respectables ». Cette évolution sur la question du financement s’est faite progressivement.

Question : Pourriez-vous nous parler de vos activités et projets ?

12Omaima Aboubakr :
On a commencé avec un projet, toujours en cours, d’histoire orale des femmes. Jusque-là peu de chose existait en la matière. Il s’agit d’interviewer des femmes ayant eu un rôle et une trajectoire particuliers dans la société. On s’intéresse à leur vie, leur action et leur place dans la société, la culture et les institutions.

Question : Pouvez-vous donner des exemples ?

13Hoda Elsadda :
Kawkab Hefni Nassef, première femme égyptienne à faire des études de médecine dans les années 1920, Fatma Hamza, directrice du Collège Américain, Widad Mitri, enseignante et militante de gauche, Zeinab El-Etrebi, éducatrice… On a beaucoup interviewé des enseignantes. L’idée est de produire des archives sur les femmes. L’ambition est de fonder une bibliothèque d’histoire orale des femmes. Le projet continue. On a ciblé plusieurs catégories de femmes : des enseignantes, des médecins, des militantes de gauche, des artistes, des infirmières.

Question : Et vos autres projets ?

14Hoda Elsadda :
L’idée de revivifier l’héritage féminin d’Égypte s’est traduite par la décision de rééditer des livres importants et d’organiser des conférences pour débattre du rôle de femmes et de leurs idées. On a choisi des personnalités oubliées ou peu connues. On a cherché à encourager l’écriture et la recherche sur ces femmes mais aussi sur des sujets liées à leurs idées et trajectoires. On a ainsi réédité des livres aujourd’hui difficilement trouvables et on a publié les communications des conférences organisées. Il y a eu celle sur Nabawya Moussa. Il s’agissait d’écrire sur elle et ses idées, notamment en matière de travail et d’éducation des filles. En 1998, il y a eu celle sur Malak Hefni Nassef, en 1999 sur Nabawya Moussa, en 2002 sur ‘Aycha Taymour. En octobre 2004, c’est la personnalité de Qadarya Hussein qui est le thème.

Question : Et la conférence sur la mémoire alternative ?

  • 9  Professeur de philosophie de l’université du Caire, auteur prolixe et partisan d’un projet nationa (...)

15Hoda Elsadda :
C’est dans le cadre de Al-Nida al-Gedid, en 1996, qu’on a organisé cette conférence sur la mémoire alternative. On avait déjà pris une série d’initiatives avec une journée thématique avec Hoda Lotfi, Hassan Hanafi9 et d’autres sur l’image des femmes dans l’histoire et la culture.

Question : L’enseignement semble occuper une place importante pour vous…

16Hoda Elsadda :
Nous sommes des enseignantes de l’université égyptienne. Nous sommes sensibilisées aux questions d’éducation. Celles-ci occupent aussi une place importante dans la conscience des gens.

  • 10 « Histoires ».
  • 11  Romancière.
  • 12  Il existe deux niveaux de langue : le dialecte ou parler courant et l’arabe classique, langue plus (...)

17Hala Kamâl :
En 1998, j’ai commencé comme chercheuse associée. L’idée était de s’intéresser à l’histoire pas seulement officielle mais aussi de regarder dans d’autres directions. Notamment l’héritage populaire avec l’exemple des histoires populaires ou des Mille et Une Nuits. Un groupe « hekeyât » 10 s’est constitué avec différentes personnes dont des écrivains femmes comme Somaya Ramadân ou Mona Prince ainsi que des critiques littéraires. L’idée était d’examiner de manière critique l’héritage de la littérature populaire, notamment des éléments clés de la culture à propos des femmes en termes de représentations, images et stéréotypes. On s’est posé la question suivante : si l’on pouvait changer le contenu à propos des femmes, comment procéderions-nous ? On est passé à la production de textes. Chacun à partir de ses préoccupations propres (par exemple, une histoire qu’on raconterait à son fils, ou aller vers une production plus littéraire,). Sahar El-Mougi 11 a ainsi été dans le sens de la production de véritables textes littéraires, différents des productions initiales. On est ainsi passé de la lecture critique à l’écriture puis à la relecture et la réécriture… Certaines ont opté pour le dialecte 12.

18Le résultat de ce travail a été publié. Mais on ne s’est pas limité à cela. On a ainsi commencé à raconter les histoires produites en les lisant accompagnées de musique. Le centre d’intérêt est toujours la culture, l’histoire et la culture des femmes. Avec pour objectif la conscience des gens. Le livre produit comprend une introduction sur le projet et la liste des textes critiques. On a aussi organisé des soirées « histoires » au centre culturel espagnol. De même, on s’est associée à une initiative d’étudiants de l’Université Américaine du Caire « Du Caire aux camps » qui vise à favoriser des activités culturelles en direction des camps de réfugiés palestiniens.

  • 13  Demeure historique islamique restaurée et aménagée en palais de la culture dans le quartier du vie (...)

19Une action a été aussi développée en direction des bibliothèques scolaires. On a produit différents documents pour rendre nos idées accessibles. On a réussi à établir un partenariat avec l’Association du Développement de la Société et de l’Environnement. Avec cette association, une action est possible en direction des enseignants des écoles et des camps d’été pour élèves. Une soirée à la maison Harânî 13 a aussi été organisée avec une dimension plus théâtrale. Les textes ont été racontés et un débat a été organisé.

  • 14  « La Nouvelle Femme », petit groupe très actif qui est quasiment aujourd’hui en Égypte le seul gro (...)
  • 15  Sud de l’Égypte.
  • 16  Autour du personnage très populaire par-delà les frontières d’Aladin.

20Un autre projet existe intitulé « égalité et création » et animé par Sahar al Mougi. Enfin, un partenariat avec l’association féministe Al mar’a Al gedida 14 permet l’animation de mobdi’at fil zil : ce projet commun vise à aider des femmes écrivains de province dans les gouvernorats de Minieh et Assouan 15. On a ainsi produit deux petits livres « sit al shuttar » en dialecte et « masbah ‘alâ al eddîn » 16 en arabe classique.

Question : Avez-vous d’autres projets ?

  • 17  Gender, notion d’origine anglo-saxonne que l’on pourrait traduire par relations et rôles entre les (...)
  • 18  Faqihât : religieuse islamique.

21Omaima Aboubakr :
En fait, on n’a pas une seule intervention mais de multiples actions en parallèle. Personnellement, j’étais intéressée par le soufisme et la dimension gender 17. On a travaillé sur le discours religieux islamique moderne par rapport aux femmes. De même, on a travaillé sur la femme dans l’histoire islamique, les livres saints, les discours. On a développé une étude sur les époques des ixe, xe, xie et xiie siècles, la place et le rôle des femmes alors en collaboration avec Hoda El-Saadi du département d’histoire de l’université du Caire. Cette collaboration va donner naissance à des recherches publiées dans une série. Deux sont déjà sortis, le troisième est en cours. Ces travaux concernent les professions des femmes (faqihât 18, médecins, marchandes). L’objectif de telles recherches est d’éclairer sur les réalités effectives de la société pré-moderne. Avec pour objectif d’utiliser ces exemples pour la période actuelle. Par exemple, en matière de divorce, il est utile de montrer que cette réalité existait déjà à ces époques. De même, le travail des femmes était répandu dans la société de cette époque, contrairement aux idées fréquemment diffusées aujourd’hui à ce propos. La critique d’un certain modernisme et d’une certaine modernité s’exprime ici. Il ne s’agit pas de revenir à l’idée d’un « âge d’or » existant alors à la différence d’aujourd’hui mais de montrer les réalités d’alors. Écrire l’histoire de cette époque s’avère difficile, notamment en matière de sources. Les manuscrits et les documents sont rares et trop souvent en mauvais état. On peut s’appuyer sur des sources déjà publiées mais aussi s’efforcer d’aller trouver des sources nouvelles pour approfondir l’analyse et la connaissance.

Question : Comment articulez-vous ces différents projets ?

22Omaima Aboubakr :
En fait, il existe des projets collectifs et des recherches individuelles. On peut parler d’activisme féministe. Dans mon cas personnel, je parlerais de recherche féministe à référence islamique avec une étude des sources (Coran, Fiqh,). Bref, un féminisme de sensibilité islamique…

  • 19  Les biens de mainmorte islamique occupent une place décisive dans la vie sociale des sociétés où l (...)

23Hoda Elsadda :
On s’efforce de lier recherche et activisme femme au travers de l’histoire et de la recherche historique. On a produit un livre de caricatures dans le but de s’adresser à des personnes non spécialisées par la recherche et l’histoire. C’est une activité à poursuivre avec des livres de dessins thématiques. Deux sujets sont retenus pour le futur programme de nos activités de recherche : les awqâf 19 et la société civile ; la culture visuelle. En 2005, nous organiserons une conférence régionale sur le thème de l’histoire orale des femmes et son écriture. Deux publications sont prévues : histoire orale des femmes et des professions, histoire orale des femmes et de leurs résistances. Sans parler d’autres livres et publications.

24Hala Kamâl :
Deux projets de publications existent : alf leila (Mille et une nuits) et un livre d’histoires pour enfants (en dialecte et en arabe classique).

Question : Et votre bulletin ?

25Hoda Elsadda :
Nous avons eu quelques difficultés à assurer la publication régulière de notre bulletin.

Question : Est-ce lié à la question de votre statut légal et de l’évolution de la loi sur les ONG et les associations ?

  • 20  Chercheuse en science sociale spécialisée dans la question femme et développement en Égypte.

26Hoda Elsadda :
En 1997, on s’est enregistrées comme société civile. La loi a été modifiée deux fois. Depuis 2003, nous sommes placées sous la responsabilité du ministère des Affaires Sociales. On a présenté une demande de reconnaissance comme fondation dans le cadre de la nouvelle loi et obtenu l’agrément du ministère des Affaires Sociales. À cette occasion, Hoda Lutfî nous a quittées. Imân Baybars 20, Rania Abdel Rahman et Hala Kamâl nous ont rejointes. Plus tard, Sahar Sobhi est venue. Aujourd’hui, on trouve de nouveaux membres dans le Conseil du Forum : les chercheuses Mervat Hatem, Amira Sombol, Afaf Mahfouz, Amal Aboul Fadl, Amina al-Bindari, et l’avocate Mona Zulficar.

Question : Comment est structuré votre groupe ?

27Hoda Elsadda :
D’après la loi, on distingue 7 membres fondateurs et un conseil de 11 membres (dont des personnalités invitées). On peut parler d’une trentaine de membres.

Question : Quels sont les critères pour être membre ?

28Hoda Elsadda :
Il n’y a pas d’adhésion. L’équipe d’animation accepte ou non d’accueillir la venue de nouveaux membres sur un mode informel. Deux critères définissent notre acceptation : être un chercheur sérieux et être proche de nos préoccupations. Il s’agit de favoriser des travaux de recherche historique sur les femmes et d’avoir des moyens pour les traduire dans le réel d’aujourd’hui.

Question : Comment peut-on intégrer votre groupe ?

29Hoda Elsadda :
En fait, on procède par une forme de rituel. On discute avec la personne. Les membres proviennent essentiellement des milieux académiques.

Question : Souhaitez-vous rester dans ces cercles académiques ?

30Hoda Elsadda :
On a la réputation d’être fermées (rire).

31Omaima Aboubakr :
On a l’air élitiste. En fait, on recherche la qualité.

32Hoda Elsadda :
En fait, on n’a pas d’adhérents au sens réel du terme.

33Omeyma Aboubakr :
Il s’agit surtout d’anthropologues, d’historiennes et de diverses spécialistes.

  • 21  Intellectuel égyptien (1863-1908), auteur d’ouvrages célèbres sur la question de la femme à la fin (...)
  • 22  Intellectuel (1889-1973) célèbre et controversé. Aveugle, de formation religieuse, il s’est imposé (...)
  • 23  Chef militaire qui dirigea un mouvement de révolte en 1880 connu en Égypte comme « la révolution ‘ (...)

34Hoda Elsadda :
On a été l’objet d’attaques contre nos choix. Par exemple, le fait de choisir Malak Hefni Nassef a été dénoncé car elle s’opposait à Qassem Amîn (1865-1908) 21. Qaderya a défendu une identité islamique. Nabawya Moussa était favorable à la monarchie et était opposée à Taha Hussein 22. Enfin, Aycha Taymour s’était exprimée contre ‘Urabi Pacha 23.

35Omaima Aboubakr :
Qu’est-ce qu’en fait que l’identité nationale ? Vaste question. C’est la même chose avec la notion de féminisme. Il s’agit de débattre. Dans les années 1920, on retrouve ce débat autour des notions de patriotisme, d’islamité (islamyat). C’est la même controverse. Le thème de réislamisation de la société apparaît. De même que la question de la définition d’une identité féminine.

Question : Vous évoquez Qassem Amîn. Qu’en est-il de son rôle réel en faveur des droits des femmes ?

  • 24  « Tahrîr al mar‘a » (libération des femmes), 1899.
  • 25  « Al mar’a al gedîda » (la nouvelle femme), 1901.
  • 26  Religieux (1849-1905), figure du réformisme islamique. Rationaliste, libéral et conservateur, il e (...)
  • 27  Figure intellectuelle (1872-1963), journaliste, écrivain et homme politique. Considéré comme le pè (...)

36Hoda Elsadda :
On peut sembler très dures contre lui. En fait, il n’y a pas de problèmes particuliers avec lui. Le problème, c’est la place donnée dans l’historiographie à Qassem Amîn qui est problématique. Les femmes égyptiennes écrivent dès les années 1860 dans des journaux. Et notre histoire oublie ces femmes qui se sont exprimées avant Qassem Amîn. Les voix féminines sont négligées et il est présenté comme l’avocat, le précurseur de la cause féminine ! Cela soulève de nombreux problèmes. De plus, son première livre est extrêmement conservateur 24. Le second25 est en fait le résultat du travail du cheikh Mohamad ‘Abdu26 pour la partie juridique, d’Ahmed Lutfî al- Sayed 27 et de Qassem Amîn. C’est un ouvrage assez contradictoire. La section rédigée par Amin est centrée sur l’éducation des femmes et des filles dans la perspective d’en faire de meilleures épouses et de meilleurs éléments dans la sphère domestique. Son dernier livre est, en matière de divorce, marqué par l’influence de l’héritage catholique sur le sujet !

Question : Quel public touchez-vous ?

37Omaima Aboubakr :
On est aujourd’hui « connues » et nous disposons d’une certaine audience.

38Hoda Elsadda :
On est connues dans différents cercles préoccupés par la question de la femme et aussi dans les cercles des défenseurs des droits de l’homme. De même, on a une audience auprès de cercles culturels et universitaires. Le lien se fait autour de la question du gender et des droits des femmes.

Question : Qu’en est-il de la dimension régionale arabe ?

39Omaima Aboubakr :
Lors des conférences organisées, on a eu la participation de chercheur(e)s venant du Liban, de Palestine, ou du Maroc et de Tunisie.

Question : Connaissez-vous des difficultés ?

40Hoda Elsadda :
Disons qu’avec la nouvelle loi et le statut de fondation, on est confrontées à la bureaucratie et à l’administration. Toute décision doit être approuvée par le ministère des Affaires Sociales et cela peut compliquer notre action en termes concrets.

Question : Vos activités sont-elles toutes bénévoles ?

41Omaima Aboubakr :
Nous sommes toutes salariées à l’extérieur donc la question du bénévolat est simple. On ne finance que le staff technique et les travaux de recherche. Par ailleurs, nous ne sommes pas une organisation caritative mais de recherche. Nous recherchons des financements pour des activités de recherche. L’intervention individuelle des membres de notre Forum participe de leurs actions en faveur des droits des femmes.

Question : Et quelles seront vos prochaines activités ?

42Hoda Elsadda :
La prochaine conférence sera consacrée à Qaderya Hussein, princesse qui écrivit, dans les années 1920, un livre en turc consacré aux femmes célèbres en Islam, une sorte de dictionnaire biographique. Il fut traduit en arabe en 1924. Les écrits de ce type étaient très populaires à l’époque, notamment dans les journaux féminins. Ils étaient utilisés par les militantes femmes pour propager la question des droits des femmes. Il s’agissait déjà d’utiliser l’histoire pour défendre cette cause. À cette époque, le califat ottoman vient juste de disparaître. Le débat sur l’identité de l’Égypte est très dynamique. Égyptien ? Arabe ? Musulman ? C’est aussi l’amorce de l’éveil féminin (nahda nisa’iya).

Identité d’un projet, dimensions et enjeux : une écriture féministe de l’histoire des femmes

Question : Comment définiriez-vous votre projet ? Peut-on parler de « féminisme » ?

43Hoda Elsadda :
C’est un projet porté par des personnes intéressées par la question des femmes. On se définit et s’affirme comme féministes.

44Omaima Aboubakr :
Dans un monde idéal, on utiliserait partout le même terme. Dans la réalité, cela peut être selon le contexte.

45Hoda Elsadda :
La question est de comment exprimer son message et de penser l’enjeu de l’audience. On se situe entre deux cultures : de langue arabe et de la langue anglaise. Si on avait été seulement de langue arabe, cela aurait peut-être été différent. Mais la notion de « identity politics » (politique de l’identité) ne signifie absolument rien pour un public arabe. Si c’est en anglais selon… Il faut faire attention aux termes et aux concepts. Si on est perçues comme « occidentalisées », cela aura des conséquences sur les perspectives de notre projet. On est bien conscientes de tout ceci. On agit pour s’adresser à partir des perceptions propres des gens. Par exemple, il s’agit d’expliquer ce que signifie le féminisme.

Question : Justement le féminisme (nisawya) peut-il être une référence aujourd’hui en Égypte alors qu’il est tellement décrié et stigmatisé ?

46Hoda Elsadda :
Ce terme a aujourd’hui une image négative. Il signifie parler mal de l’Égypte en direction des Occidentaux. L’idée est répandue que la féministe est occidentalisée. Il faut prouver que vous ne l’êtes pas.

47Omaima Aboubakr :
Moi je ne peux pas être occidentalisée puisque je porte le voile. Mais je ne peux pas être libérale et critique car le voile signifie le conservatisme !

48Hoda Elsadda :
Par exemple, un jour Omaima Aboubakr et Hoda El-Saadi ont présenté leur recherche sur les théologiennes musulmanes devant un auditoire composée d’Égyptiens et de quelques personnes originaires du Golfe. On leur a parlé ainsi : « Docteur Hoda, si vous pouviez être voilée… ; Docteur Omaina, vous êtes libérale et une bonne chercheuse, si vous pouviez ne pas l’être… ». Bref, des raccourcis et des stéréotypes.

Question : Donc vous utiliseriez quels termes ?

49Hoda Elsadda :
Un projet consacré à la question femme, spécialisé sur l’histoire des femmes.

50Omaima Aboubakr :
Notre « trinité » serait la suivante : Femmes, Culture, Histoire.

Question : Parleriez-vous d’une histoire féministe ?

51Hoda Elsadda :
Oui, sans aucun doute.

Question : Quel sens donnez-vous au terme d’histoire ?

52Omaima Aboubakr :
C’est une notion tellement complexe qu’il est difficile de le définir au cours d’un simple entretien en quelques phrases. Pour nous, il s’agit essentiellement de deux axes : d’une part, la constitution d’une histoire des femmes, notamment des plus célèbres, qui est à réaliser et d’autre part, une relecture, une ré-interprétation de la place et du rôle des femmes dans l’histoire de l’Égypte, place récente comme bien plus ancienne. Il s’agit pour nous de discuter du concept de modernité.

Question : Pourriez-vous nous donner des exemples ?

53Omaima Aboubakr :
C’est une critique de la modernité du point de vue des femmes.

54Hoda Elsadda :
Ce concept de la modernité a conduit à l’idée de modernisme. C’est-à-dire que « l’ancien » serait antinomique avec le contemporain. Que « l’actuel » serait supérieur à l’héritage historique. L’héritage historique ne peut être, selon cette approche, qu’arriération. Avec ce discours moderniste, on est invité à rompre complètement avec le passé. Et avec une telle compréhension de la modernité, il s’agit de suivre l’exemple européen, seule voie à suivre pour arriver à une société moderne. On refuse ce type d’approche. Pour les femmes d’Égypte, la question est tellement plus complexe. Il ne s’agit pas d’un combat entre ancien et moderne.

55L’idée selon laquelle aujourd’hui les femmes auraient des droits et qu’avant cela n’était pas le cas est fausse. En fait, elles bénéficiaient de droits, de nombreuses femmes travaillaient et intervenaient dans la sphère publique. On peut donner des exemples de femmes commerçantes. On ne peut simplement considérer la première femme devenue ingénieur à la fin du xixe siècle. L’idée qu’avant l’époque moderne la femme était recluse est fausse historiquement. Donc notre objectif est non seulement de commémorer les femmes et leurs activités mais de faire connaître leur place et rôle réels. On citera encore un autre exemple : l’existence de femmes médecins. On essaie donc de briser une équation réductrice.

Question : En somme, il s’agit de rompre avec l’idée d’une histoire linéaire, en marche directe vers le progrès ?

56Omaima Aboubakr :
Il s’agit de connaître les réalités des femmes et la place qui était la leur dans la sphère publique. Les questions de l’éducation des filles, de la sphère domestique et du conservatisme se sont développées dans notre société dans le contexte de la domination coloniale. Celui-ci a nourri et considérablement renforcé le conservatisme de la société.

Question : Le conservatisme ?

57Omaima Aboubakr :
Oui, le conservatisme. Qui est différent du traditionalisme. Les deux existent bien mais ils sont différents.

58Hoda Elsadda :
Les préjugés existent bel et bien…

59Omaima Aboubakr :
L’idée existe ici du dernier bastion : le colonialisme nous a tout pris. Il ne resterait qu’une sphère, celle des femmes et de la famille, où il serait possible de conserver l’identité.

60Hoda Elsadda :
L’histoire officielle ici nous dit que Qassem Amîn est le pionnier de l’émancipation des femmes. En fait, avant lui des femmes sont déjà actives sur la scène publique. Il ne vient pas du vide. Il s’agit de retrouver cette place que les femmes ont elles-mêmes construite.

  • 28  Notion de « nature ».

61C’est comme la question du retour de la femme dans la sphère domestique et ce fameux retour aux traditions. Il faut surtout réexaminer les réalités. L’idéologie de la femme recluse dans la sphère domestique apparaît avec la révolution industrielle et la séparation des rôles sociaux. Progressivement, une différenciation s’opère entre l’espace public et l’espace privé. C’est ainsi que naît l’idéologie de la femme responsable de la maison. Elle va pénétrer les sociétés arabes via notamment la presse et l’influence occidentale, notamment dans le domaine de l’éducation avec les écoles des missions. Bien sûr, dans l’héritage islamique, on trouve la notion de fitra 28 de la femme. Et ce type de conception est présent dans le fiqh. Mais cette idéologie arrive avec la pénétration coloniale.

62On assiste alors progressivement à la cristallisation de ces idées. Or jusqu’au xixe siècle, le rôle des hommes dans l’éducation des enfants est important. Les changements sociaux et économiques entraînent des changements dans la structure sociale et des modifications des places et rôles. L’idée de la femme comme maîtresse de maison et servante n’était que peu présente. L’enjeu de classe se révèle aussi alors important.

Question : C’est donc l’idée de la modernité que vous critiquez ?

63Hoda Elsadda :
C’est surtout l’idée que la femme à la maison fasse partie de la tradition arabe et que les idées libératrices proviennent seulement de l’Occident que nous rejetons.

  • 29  Penseur laïc.
  • 30  Penseur libéral arabe.

64On veut donc rechercher l’héritage des femmes qui ont été négligées et oubliées par l’Histoire. Du moins par l’histoire officielle. Celle qui oppose tanwîr (lumières) à tradition. Par exemple, un penseur progressiste comme Chibli Schmeil 29, qui a introduit le darwinisme en Orient, pouvait être profondément réactionnaire sur la question femme. De même un Amîn Al Khôlî 30.

  • 31  Période médiévale.
  • 32  Des femmes qui enseignent les hadiths, propos du prophète Muhammad.
  • 33  Des femmes qui exercent une fonction religieuse dont la capacité est reconnue pour émettre des avi (...)

65Omaima Aboubakr :
Il n’en reste pas moins que le discours conservateur reste fort : des droits existent pour les femmes en Islam mais il y a leur fitra… En fait, c’est la société qui a évolué et a progressivement exclu ou limité la place des femmes dans l’espace public ou certaines professions. Par exemple, celle de juges. Or dans l’histoire islamique des usur al wasta 31, on trouve des Faqihât, des Mouhadithat 32 et des mouftihat 33. Alors qu’aujourd’hui, cela est devenu extrêmement rare. On trouve des exemples de femmes médecins. Cela avant la modernité et la place qu’elle leur a accordée… Il existe aussi une question de classe. C’est très difficile de trouver des sources anciennes pour étudier la vie des femmes de conditions modestes. On s’intéresse ainsi ces derniers temps aux commerçantes et à leur action financière.

Question : Revenons à votre ambition aujourd’hui en termes d’action en faveur des femmes et de leurs droits…

66Hoda Elsadda :
Il s’agit aussi de contrecarrer le discours sur le retour à une certaine tradition. Cela se fait avec des actions et des exemples concrets qui donnent une légitimité.

  • 34  Courant très conservateur se réclamant d’une certaine lecture de la tradition.

67Omaima Aboubakr :
Moi, je ne suis pas partisane du discours sur le retour à l’âge d’or. Je ne souhaite pas le retour à l’ancien. On refuse de choisir entre le passé et le présent au vu des problèmes et des réalités. Il s’agit de tout examiner de manière critique. Par exemple, dans le discours islamique, on trouve une nette tendance à l’affirmation du retour nécessaire de la femme dans le domicile conjugal ou familial au nom de la tradition. Alors que les réalités effectives de cette période sont totalement méconnues. Même les salafistes 34 affirment connaître cette histoire. Ils expliquent souvent que telle ou telle chose est harâm (péché, interdite), arguant que les anciens ne faisaient pas ainsi. Alors que les réalités de l’époque sont aux antipodes de ces affirmations rapides. Par exemple, le Prophète utilisait du khol (noir aux yeux) ou du parfum. À l’époque, c’était socialement répandu. Aujourd’hui certains courants refusent ces faits.

68Hoda Elsadda :
Utiliser des précédents et des exemples anciens sert notre argumentation pour défendre aujourd’hui les droits et l’émancipation des femmes. On tente de déconstruire les idées qui relèvent d’une idéalisation du passé.

  • 35  L’héritage.

Question : Les dimensions conservatrices existent dans le turâth 35

69Omaima Aboubakr :
Bien sûr et le poids de ces conservatismes est réel et très important.

70Hoda Elsadda :
Il faut avancer…. Malgré les échecs… et aller vers de nouvelles étapes…

71Omaima Aboubakr :
Les résistances existent…

Question : Votre Forum m’apparaît pluraliste. Quels sont les éléments qui vous rassemblent ?

72Hoda Elsadda :
Le refus d’une idée de la modernité faite de progrès linéaire et d’occidentalisation obligatoire. Nous rassemble aussi un intérêt pour les droits des femmes, l’histoire et la recherche historique sans oublier les aspects culturels et de mémoire.

73Omaima Aboubakr :
Il faut aussi ajouter que nous sommes égyptiennes et que nous aimons profondément notre pays.

74Hoda Elsadda :
Nous sommes bien sûr réunies aussi par un intérêt pour la question de gender au sens large.

Haut de page

Bibliographie

Publications du Moltaqa al mar’a wa al dhâkira (par ordre chronologique)

– Elsadda, Hoda et Aboubakr, Omaima (dir.), « Zaman al nisa’wa al dhâkirat al badîla » (Le temps de la femme et la mémoire alternative), Le Caire, 1998

– Elsadda, Hoda (dir.), « Al nisa’iyât, malak hefni nassef » (Féminisme, Malak Hefni Nassef), Le Caire, 1998.

– Moussa, Nabawya, « Târikhi bi qalamî » (Mon histoire par ma plume), présentation par Hâla Kamâl et Rânia Abdel Rahmân, Le Caire, 1998.

– Kamâl, Hâla, « Qâlet al râwya », Le Caire, 1999.

– El-Saadi, Hoda et Aboubakr, Omaima, « Al Nisa’wa mihna al tibb fî al mogtama’ât al islâmia » (Femmes et professions médicales dans les sociétés islamiques), n° 1, série awrâq al dhâkira, (Papiers de la mémoire), Le Caire, 1999.

– Elsadda, Hoda (dir.), « Min Râ’idât al qarn al ‘acherin : chakhseyât wqa qadayâ’», Le Caire, 2001.

– Aycha Taymour, « Marât al ta’amul fi al omour », Présentation Mervat Hatem, Le Caire, 2002.

– Elsadda Hoda (dir.), « Madhkal ila qadaya al mar’a », Le Caire 2002.

– Aboubakr, Omaima (dir.), « Misbah ‘alâ al dîn », Le Caire, 2002.

– Soleyman, Mounira (dir.), « Sitt al Shuttâr », Le Caire, 2002.

– ‘Abdel Salâm, Seham, « Hekaya al al ayâm al sab’a lil shâter wa al shâtara », Le Caire, 2002.

– El-Saadi, Hoda et Aboubakr, Omaima (dir.), « Al Mar ‘a wa al hayat al dinya fî al ‘usur al wasta bayna al islam wa al gharb » (La femme et la vie religieuse dans l’époque médiévale entre l’Islam et l’Occident), n°2, série awrâq al dhâkira (Papiers de la mémoire), Le Caire, 2002.

– Ra’fat, Sohâ, « Hekeyât houreya », Le Caire, 2003.

Rasâîl al dhâkira (Lettres de la mémoire), bulletin, (4 numéros publiés).

Coordonnées du Forum Femmes et Mémoire (Moltaqa’al-mar’a wa al-dhâkira) :

4 ‘Omar Ibn Abdel ‘Azîz Street, al Mohendissin, Le Caire, Égypte

Tél/Fax : 202-335 71 30. Mail : wfm@wmf.org.eg Site Web : www.wmf.org.eg

Haut de page

Notes

1  Nos remerciements à toutes les membres du Moltatqa pour leur accueil, leur disponibilité et leur dynamisme.

2  Spécialiste du mysticisme en Égypte, tant musulman que copte (christianisme local souvent assimilé, à tort, au christianisme orthodoxe).

3  Lorsqu’à la fin du xviiie siècle Napoléon envahit et occupe brièvement l’Égypte.

4  Le Nouvel appel.

5  Association d’orientation libérale créée à la fin des années 1990 par le Dr Sayyed al Naggar décédé en juin 2004.

6  Enseignante d’histoire à l’université américaine et spécialiste du soufisme au Moyen Age islamique (terme inapproprié).

7 « Compagnie civile ».

8  Fondation américaine très active en Égypte et qui est souvent perçue par différentes sensibilités politiques nationalistes avec une certaine suspicion, sans que celle-ci semble pour autant fondée.

9  Professeur de philosophie de l’université du Caire, auteur prolixe et partisan d’un projet nationaliste de « gauche islamique ».

10 « Histoires ».

11  Romancière.

12  Il existe deux niveaux de langue : le dialecte ou parler courant et l’arabe classique, langue plus structurée que l’on trouve au niveau du discours religieux et de l’écrit.

13  Demeure historique islamique restaurée et aménagée en palais de la culture dans le quartier du vieux Caire islamique.

14  « La Nouvelle Femme », petit groupe très actif qui est quasiment aujourd’hui en Égypte le seul groupe se revendiquant véritablement d’une identité féministe.

15  Sud de l’Égypte.

16  Autour du personnage très populaire par-delà les frontières d’Aladin.

17  Gender, notion d’origine anglo-saxonne que l’on pourrait traduire par relations et rôles entre les sexes.

18  Faqihât : religieuse islamique.

19  Les biens de mainmorte islamique occupent une place décisive dans la vie sociale des sociétés où l’islam est une religion importante.

20  Chercheuse en science sociale spécialisée dans la question femme et développement en Égypte.

21  Intellectuel égyptien (1863-1908), auteur d’ouvrages célèbres sur la question de la femme à la fin du xixe et au tout début du xxe siècle, devenu ensuite dans l’historiographie officielle le père du mouvement en faveur de l’émancipation des femmes.

22  Intellectuel (1889-1973) célèbre et controversé. Aveugle, de formation religieuse, il s’est imposé comme le père d’une pensée libérale insistant sur la dimension méditerranéenne de la culture égyptienne.

23  Chef militaire qui dirigea un mouvement de révolte en 1880 connu en Égypte comme « la révolution ‘urabiste ». Son échec devait précipiter la mise sous tutelle du pays par la Grande-Bretagne.

24  « Tahrîr al mar‘a » (libération des femmes), 1899.

25  « Al mar’a al gedîda » (la nouvelle femme), 1901.

26  Religieux (1849-1905), figure du réformisme islamique. Rationaliste, libéral et conservateur, il est le disciple de Gamâl Eddîn al-Afghani, connu pour sa polémique contre Ernest Renan.

27  Figure intellectuelle (1872-1963), journaliste, écrivain et homme politique. Considéré comme le père du nationalisme libéral.

28  Notion de « nature ».

29  Penseur laïc.

30  Penseur libéral arabe.

31  Période médiévale.

32  Des femmes qui enseignent les hadiths, propos du prophète Muhammad.

33  Des femmes qui exercent une fonction religieuse dont la capacité est reconnue pour émettre des avis (fatwa).

34  Courant très conservateur se réclamant d’une certaine lecture de la tradition.

35  L’héritage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Monciaud, « Écrire l’histoire des femmes d’un point de vue féministe égyptien. », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 96-97 | 2005, 161-178.

Référence électronique

Didier Monciaud, « Écrire l’histoire des femmes d’un point de vue féministe égyptien. », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 96-97 | 2005, mis en ligne le 01 octobre 2008, consulté le 25 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1016

Haut de page

Auteur

Didier Monciaud

Chercheur associé au GREMAMO (Groupe de recherche sur le Maghreb et le Moyen-Orient, Paris VII)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page